Loulou, l’image de la femme, mon image…

Samedi soir, j’étais bien installée sous mon plaid devant The Voice. Loulou était à mes côtés et Ti’Loulou sur le fauteuil à côté. C’est notre moment à nous le samedi soir que ce soit devant The Voice ou Koh Lanta. Après des semaines chargées et des samedis parfois bien remplis, on se pose, on commente, on encourage… Mais ce samedi soir, j’étais loin de me douter que je devrais tout arrêter pour avoir une conversation avec mon fils de 11 ans 1/2 sur l’image de la femme.

Ta mère en short - Egalimère - Dysmorphophobie

Quand est-ce que tu le commandes maman ? 

L’émission commence. Certaines voix ne nous font ni chaud ni froid, d’autres nous donnent des frissons. On ferme les yeux, on s’imagine à la place des coachs, est-ce qu’on se retourne ou non ? A aucun moment pendant l’émission, Loulou ne fait de remarque sur le physique des candidat·e·s. Et puis vient la coupure publicitaire.

Là, devant-nous, Sophie Davant, confortablement installée dans un fauteuil blanc, échange avec une jeune femme :

  • Avec le superprogrammeminceur vous avez perdu 44 kilos. Pourtant vous aviez l’air de vous assumer puisque vous participiez à des concours de beauté pour femmes “rondes” ?
  • Oui – répond la jeune femme – mais je n’aimais pas du tout l’image que je me renvoyais dans le miroir.
  • Qu’est-ce que ça a changé en vous ?
  • Je suis devenue une femme confiante et sereine aujourd’hui !
  • Alors testez une semaine gratuite – annonce une voix masculine suivie d’une présentation – et vous perdrez 2 kilos la semaine prochaine !”

C’est alors que sans que je ne m’y attende, Loulou me dit :

“Ah mais c’est ce qui te faut Maman, quand est-ce que tu le commandes ???”

Je ne vous raconte pas tout ce qui m’est passé dans la tête en l’espace d’une demi-seconde et le choc que ça a été d’entendre ça. Mon esprit s’est pris cette remarque comme un uppercut qui m’aurait mise KO il y a quelques mois encore. Avant de poursuivre cet article, je vous invite vivement à aller lire celui-ci pour éviter de venir me juger https://egalimere.fr/2017/06/dysmorphophobie-origines-du-mal.html

Egalimère - Gants de boxe

Sans tout le travail que j’ai fait pour accepter ce que toute ma vie on a appelé mon “gros cul”, je crois que j’aurai soit pleuré, soit filé au chiottes me faire vomir. Et j’aurai pris la décision sur le champ de maltraiter mon corps encore une fois à coup de régimes.

Mais au lieu de ça, j’ai entamé une discussion avec Loulou.

Loulou et l’image de la femme

Passé l’effet de surprise, j’ai demandé à Loulou pourquoi il me disait ça et s’il pensait que j’en avais besoin. Et là, j’ai presque regretté d’avoir posé la question :

“Bah, tu ne ressembles pas vraiment à un mannequin ou à une femme comme on voit à la télé !”

Nouvel uppercut ! Mais cette fois, je ne le prends pas pour moi (enfin, si, un peu quand même, je ne vais pas mentir) parce que nous y voilà ! Je ne correspond pas aux “standards” de la beauté auxquels sont confrontés nos enfants à longueur de journée. Et punaise, ça me fait mal au bide de me dire qu’à 11 ans 1/2, mon fils a déjà intégré ce stéréotype dans la tête.

Je lui ai demandé si, autour de lui, toutes les femmes étaient comme on les voit à la télé ou dans les magasines. Réponse sans appel : non.

J’ai poursuivi en lui demandant si une femme devait être mannequin pour être belle ? Quelles étaient les femmes qu’il trouvait belles dans notre entourage…

Nous avons discuté avec Loulou sur le métier de mannequin et ses exigences.

Sur le corps des femmes et le fait qu’on puisse préférer des femmes minces ou des femmes rondes. Que la définition de la beauté pour les un·e·s peut être différente de celle des autres…

Exposition Je ne crois que ce que je vois - Image de la femme

Il a fini par me dire qu’il ne voulait pas me faire du mal en me disant ça. Qu’il sait très bien que les femmes ne sont pas toutes des mannequins. Qu’être “belle” ne repose pas que sur l’apparence physique. Et puis aussi qu’il me trouvait belle “pour mon âge” et surtout qu’il m’aimait comme j’étais.

J’ai bien cru que j’avais fait un bon travail de sensibilisation sur mon fils et j’étais contente de moi. Mais ça, c’était avant de discuter avec Egalipère.

Loulou et l’image que je lui renvoie

Comme cet épisode m’a interpellée, j’en discute donc avec mon cher et tendre. Je lui rapporte la conversation avec Loulou, l’image de la femme, le métier de mannequin, etc…

Je vois dans son regard qu’il n’est pas tout à fait d’accord avec moi alors je lui demande pourquoi. Sa réponse me parait si évidente que je me demande comment je suis passée à côté de ça.

En fait, c’est simple. Depuis des années, Loulou m’entends parler de mon poids. Il m’a vue enchaîner des régimes, pleurer en disant que j’avais un gros cul, surveiller mon alimentation…

Il a donc grandi avec une femme qui souhaite rentrer dans les “standard de la beauté” pour se sentir bien dans sa peau. Pour ne plus entendre cette voix qui la rabaissait dès qu’elle prenait un kilo. Avec une femme qui ne mange pas la même chose que sa famille à table. Une femme qui se pèse tous les jours et scrute la cellulite sur ses fesses…

Bref, le poids de mon humeur est devenu son quotidien…

Shooting photo 4 - Nana Cam Photos

L’importance de l’image que je renvoie à mon fils

Il m’avait déjà alertée une première fois lorsqu’il avait refusé de manger ce que j’avais préparé. Lorsqu’il m’avait dit “je veux manger comme Maman pour pas grossir“. Je m’étais rendue compte de l’influence que je pouvais avoir sur mon fils, son rapport à la nourriture, au corps.

Ce fut un des éléments déclencheurs de mon envie d’en finir avec cette dysmorphophobie.

Le parcours a été long, douloureux, et je savais bien que tout n’était pas encore résolu. Mais depuis quelques mois, j’avais l’impression de me sentir vraiment mieux dans mon corps. Il y a des jours avec et encore des jours sans mais rien de comparable à ce que je ressentais il y a encore 6 mois.

Mais je n’avais pas réalisé à quel point le rapport que j’entretenais avec mon corps avait marqué Loulou dans ses représentations.

L’image qu’il peut avoir des femmes est l’image que je lui renvoie. Celle d’une femme éternellement insatisfaite de son corps, qui cherche la perfection, qui veut maigrir encore et toujours. L’image d’une femme qui veut ressembler aux autres. Atteindre un rêve inaccessible que seules peu de femmes peuvent atteindre : la beauté, la minceur, la jeunesse éternelle…

Déconstruire mes propres stéréotypes

L’image de la femme dans les médias n’a pas une influence que sur mes enfants mais également sur moi. Malgré tous mes beaux discours, mes coups de gueule contre ces diktats de la mode, j’ai continué à traîner mes boulets et mes envies de ressembler à ces femmes.

Toutes ces images, ces injonctions, sont bien ancrées dans ma tête. La violence de certains propos et certaines attitudes subies dans mon passé ont eu raison à maintes reprises de mon esprit, de ma volonté d’aller mieux. Parce que vivre 15 ans avec une personne qui exerce un contrôle permanent de votre apparence physique et votre esprit, ça ne s’efface pas en quelques jours…

J’aurai beau dire à mes enfants que les femmes sont belles comme elles sont, si je n’en suis pas convaincue pour moi, comment faire passer le message ? Quelle est ma part de responsabilité dans la remarque de Loulou ? Après tout, il n’a fait que me renvoyer à mes propres réflexions. Il n’y avait rien de méchant dans ses propos, juste une envie de m’aider à perdre du poids.

Et continuer sur le chemin de l’acceptation…

Alors il faut que tout cela cesse une bonne fois pour toutes. Pour moi mais aussi pour mes enfants qui ne doivent pas grandir avec cette image de la femme.

Les échanges avec mon fils et mon mari m’ont ouvert les yeux encore un peu plus. Comment puis-je d’un côté m’insurger contre ces images et de l’autre vouloir leur ressembler ? Par quel moyen puis-je apprendre à mes enfants le respect d’eux même si moi-même je ne me respecte pas ?

J’ai déjà parcouru une bonne partie du chemin pour aller vers le mieux-être mais je ne suis pas encore arrivée au bout. Alors il faut que je fasse le deuil de celle que je ne serai jamais.

J’ai 48 ans, des rides sur le visage, je mesure 1 m 63, je pèse 57 kilos, j’ai des petites jambes par rapport au reste de mon corps, de la cellulite sur les fesses…

Je sais, pour certaines personnes cela semble ridicule d’avoir du mal à accepter mon poids.

Mais encore une fois, avant de venir me juger, apprenez à me connaître. Certaines violences psychologiques laissent des traces bien longtemps après avoir réussi à fuir cette situation. C’est mon cas et je travaille encore là-dessus.

Alors non, je ne correspond vraiment pas à la classe mannequin. Je ne lui ai jamais correspondu et ce n’est pas maintenant que les choses vont changer.

Shooting photo 1 - Nana Cam Photo

 

Le chemin est peut être encore long pour franchir la ligne d’arrivée de l’acceptation de soi. Mais après avoir réalisé que l’image que j’ai de moi influence la vision des autres chez mon fils, je suis encore plus déterminée à tout faire pour y parvenir…

Retour sur mon parcours pour mieux comprendre :

Le poids de mon humeur, ce terrible secret

Pervers manipulateur, se défaire de l’emprise

Jolie bouteille, sacrée bouteille…

Dysmorphophobie, les origines du mal

Conseiller en image et estime de soi

Coache sportive à domicile, en route vers le bien-être

L’épreuve du maillot de bains, la petite victoire !

Shooting photo pour se réapproprier son corps

 

Comments

  1. By Nana

    Répondre

    • Répondre

  2. Répondre

    • Répondre

  3. Répondre

    • Répondre

      • Répondre

        • Répondre

  4. By Photo73

    Répondre

  5. By choufie29

    Répondre

    • Répondre

  6. By Ramette

    Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :