Nodule, fait moi peur ! Cancer du sein, parlons-en

Par un beau matin d’octobre, d’un pas décidé, je franchis la porte de cet endroit qui m’est un peu familier. Me voilà prête à montrer une nouvelle fois mes seins à des inconnu-e-s. Alors non, je n’ai pas encore rejoint les Femen, j’ai juste rendez-vous pour une mammographie. Mais oui, rappelez-vous, Octobre Rose, le dépistage du cancer du sein, mon engagement auprès de l’Institut Curie

J’aimerai bien dire que c’était pour montrer l’exemple mais en fait, non. Lors de la dernière visite chez ma gynécologue, elle a remarqué une grosseur sur mon sein droit à la palpation. Une grosseur qu’elle n’avait jusque là pas décelée. Elle ne se montrait pas très inquiète mais préférait m’envoyer contrôler cette dernière via mammographie et échographie. Et c’est ainsi qu’ont commencé à germé dans ma tête toutes sortes d’hypothèses, allant de la plus optimiste à la préparation de mon enterrement et la rédaction de mon testament…

Octobre rose

Première mammographie et échographie

Me voilà donc torse nu devant une personne que je ne connais pas. J’ai déjà passé deux mammographie ces dernières années, je connais le principe et j’essaie à chaque fois de me détendre au maximum.

Je m’approche de la machine, la jeune femme, au demeurant fort sympathique, attrape mon sein. Elle le pose en tirant légèrement dessus sur une plaque à grand renfort de « détendez-vous ». La position est assez inconfortable mais le plus dur reste à venir. Le plus dur, c’est lorsqu’elle fait descendre l’autre plaque et que votre sein se retrouve écrasé sans que vous ne puissiez faire le moindre mouvement. « Ne respirez plus… Respirez… ». Allez hop, on passe au deuxième…

Elle me demande de patienter le temps d’aller montrer ses clichés au radiologue. Quinze bonnes minutes à attendre dans une salle, les seins toujours à l’air. Pour la pudeur, on repassera.

Lorsqu’elle revient, elle m’indique que les clichés nécessitent un examen complémentaire avec une échographie. Je suis donc autorisée à remettre mon pull et traverser les couloirs du cabinet de radiologie pour me rendre en salle d’échographie.

Là, un monsieur que je ne connais pas badigeonne ma poitrine de gel trèèès froid et commence son examen. Il s’attarde plus particulièrement à l’endroit de la grosseur qu’il qualifie de nodule.

Le nodule, je connais. J’en ai trois au niveau de ma thyroïde alors je souris en repensant à la tête du dernier radiologue qui m’avait examinée en s’exclamant « Ohhh, mais c’est une magnifique Hashimoto ça !!! ». J’ai dû être son rayon de soleil de la journée. Enfin, rayon de soleil un peu irradié suite au passage du nuage de Tchernobyl . Mais bon, revenons à mon nodule.

Son diagnostic est mitigé. Il me conseille de faire une biopsie de contrôle et de prendre rendez-vous avec ma gynécologue pour en parler.

Deuxième rendez-vous gynécologique et échographique 

Elle observe les résultats et concède qu’il vaudrait mieux un deuxième avis radiologique. Elle m’adresse donc au Centre de Radiologie de la Femme à Paris où j’ai pu avoir un rendez-vous assez rapidement.

Là, rebelote, je patiente les seins à l’air dans une pièce dans l’attente du radiologue. Il arrive, me badigeonne les seins de son gel tout froid (si quelqu’un connaît un centre de radiologie avec un gel chaud, donnez-moi vite les coordonnées !!) et commence l’examen. Là, les choses sont beaucoup plus longues. Il sort un double décimètre, prend différentes mesures qu’il note sur son compte-rendu. Il prend plus de temps que le précédent et j’avoue, une pointe d’angoisse commence à monter.

Femme embarassée

Illustration Les créas de Nono

A la fin de l’examen, il se veut rassurant. Il me demande de me rhabiller et de patienter dans la salle voisine, il viendra me chercher pour le compte-rendu.

Lorsque j’entre dans son bureau, il m’explique qu’il a vu le nodule qui ne ressemble pas, selon lui, à tumeur cancéreuse. Il pourrait me conseiller d’attendre 4 mois avant de faire un nouveau contrôle mais il est certain qu’il me demanderait de faire une biopsie au bout de ce délai. Il me propose donc de procéder tout de suite à ces prélèvements. Il précise qu’il veut être sûr de ne pas passer à côté de quelque chose et qu’il préfère le faire rapidement.

Rendez-vous était pris une semaine plus tard.

Biopsie du nodule

Jeudi 26 novembre, j’avais donc rendez vous au Centre de Radiologie de la Femme pour la biopsie. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre. La secrétaire m’avait dit que ce n’était rien. Lorsque je suis entrée dans la salle, l’assistante me demande d’enlever mon haut. Me revoilà donc la poitrine à l’air, devant deux personnes inconnues. Elle me propose de m’allonger sur la table d’examen et c’est là que mon regard se pose sur les instruments qui vont servir à pratiquer la biopsie sur mon nodule. J’ai hésité entre prendre une photo ou prendre mes jambes à mon cou. Finalement, j’ai juste posé mes fesses sur la table en les fixant. Ah, ah, elle faisait moins la maligne sur le coup Egalimère là !!!

Sans rentrer dans le détail, la biopsie consiste à faire une incision sur le côté du sein et prélever à différents endroits des morceaux de nodule. L’anesthésie locale permet de ne ressentir aucune douleur. La position n’est pas très confortable (sur le côté, bras derrière la nuque) mais c’est surtout la sensation qui est désagréable.

Après une biopsie, la pratique du sport est formellement déconseillée pendant 3 jours (je devais aller me trémousser pour la flashmob des efluent mais non, même ça, il m’a dit que je ne pouvais pas…), de même que le port de charge lourde ou tout effort. Il a déposé un énorme pansement sur mon sein en me donnant des consignes très strictes à respecter. Le sein est un endroit qui s’infecte très rapidement ce qui peut avoir de lourdes conséquences. Alors, la plus grande prudence est recommandée.

L’attente 

Je savais que je n’aurai les résultats que 7 jours plus tard et qu’ils seraient envoyés directement à ma gynécologue. Vous dire que je ne cogitais pas serait mentir. Alors, heureusement que pour me changer les idées, j’ai participé aux efluent4. Un grand rendez-vous organisé par Parole de Mamans pour réunir dans un même lieux 400 blogueurs et blogueuses et des marques. L’occasion de voir « pour de vrai » ces personnes avec lesquelles j’échange au quotidien sur les réseaux sociaux.

Même si je n’ai pas pu danser sur la flashmob, j’ai tenu à y participer en me mettant tout au fond (ehhhh non, vous ne me verrez donc pas sur la vidéo) avec Fanny (de la Team Entre 10 blogs) et Ludivine du site Mam’an forme. J’y suis allée mollo, sans lever les bras. De toute manière, lever le bras m’était très difficile tant j’avais mal sur le côté de mon sein. Parce que oui, le prélèvement s’est fait sur différents endroits du nodule et il fallait bien aller « fouiller » à l’intérieur pour le faire. Donc, outre la petite cicatrice, c’est surtout l’effet hématome qui s’avère douloureux.

Pendant ces quelques jours, mon nodule, mon sein bleuté et moi avons essayé de cohabiter sans se laisser gagner par l’angoisse. Même si tout le monde se voulait rassurant, on y pense quand même à ce fichu crabe qui emporte de nombreuses femmes chaque année.

Enfin, le coup de fil…

Ce soir, ma gynécologue m’a appelée. Elle a eu les résultats un peu plus tôt que prévu et n’a pas attendu pour me les annoncer. Pas de tumeur cancéreuse !!!

Ce nodule est une tumeur qui porte le doux nom d’adénofibrome. Un nom un peu barbare pour dire que tout va bien. Un nom qui m’a fait pleurer parce que je suis soulagée. Un nom que j’ai eu envie de partager avec vous ce soir. Un nom qui me fait dire que j’ai de la chance. Un nom qui me conforte dans l’idée que toute forme de nodule doit être examinée parce que personne n’est à l’abri d’un cancer.

Mon histoire se termine bien mais elle me rappelle aussi que chaque année, le cancer du sein touche une femme sur huit et cause près de 12 000 décès (source Cancer du Sein)

Alors, s’il vous plait Mesdames, même si cela n’est pas très agréable, allez montrer vos seins vous aussi.

Faites-vous contrôler ! Faites-vous dépister !

 

 

Commentaires

  1. Répondre

    • Par egalimere

      Répondre

  2. Répondre

    • Par egalimere

      Répondre

  3. Par fannyfans

    Répondre

    • Par egalimere

      Répondre

      • Par fannyfans

        Répondre

        • Par egalimere

          Répondre

  4. Répondre

    • Par egalimere

      Répondre

  5. Par olivia

    Répondre

    • Par egalimere

      Répondre

      • Par Lisa

        Répondre

        • Répondre

  6. Par Moralotop

    Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :