Coache sportive à domicile, en route vers le bien-être

Aujourd’hui, je vous parle de ma séance avec une coache sportive à domicile. Mais avant cela, petit retour en arrière pour savoir d’où vient cette idée et pourquoi.

 

Egalipère et ma dysmorphophobie 

Après une énième discussion au sujet de mon “gros cul”, j’ai bien vu que mon mari se sentait démuni face à la “situation”. Voilà près de 15 ans qu’il tente, en vain, de me faire entendre raison. Près de 15 ans à me dire qu’il faut que j’arrête de me focaliser sur cette partie de mon anatomie. Il a supporté mes différents régimes en me disant qu’il valait mieux rééquilibrer notre alimentation. Quand j’ai voulu me remettre au sport, il m’a encouragée et a repris lui aussi une activité physique. Je lui en ai voulu de perdre 4 kilos en quelques semaines alors que le running ne me fait pas maigrir. Bref, vous l’avez compris, le poids de mon humeur est aussi le poids de son humeur…

Cet homme là est très patient, vraiment. Mais quand une nouvelle fois, il subit les dommages collatéraux de mon trouble dysmorphophobique, il craque. Il me voit perdre confiance en moi, me camoufler sous des vêtements trop grands, ne plus oser me montrer nue… Il sait que discuter avec moi dans ces moments là ne servira au mieux, à rien, au pire, à aggraver les choses. Alors, comme à son habitude, il cogite. Beaucoup.

C’est comme ça qu’un weekend, alors que nous étions en train de caler nos agendas pour la semaine à venir, il y a eu ce moment :

Il m’a demandé : “Tu es libre mercredi de 15 h 30 à 16 h 30 ?”.
J’ai répondu “oui”.
Il m’a dit : “Ok. Tu ne veux pas…

Publié par Egalimère sur mercredi 14 juin 2017

Une coache sportive à domicile ! 

Même si je ne m’attendais pas à ça, j’ai tout de suite été séduite par l’idée d’une séance avec une coache sportive à domicile.

Je n’ai pas envie d’entendre parler ni de régime, ni de thérapie. Je sais que c’est dans ma tête, je travaille là-dessus. J’avais justement besoin d’autre chose, d’une manière différente d’aborder le problème.

Il fallait qu’une personne extérieure à ma famille me “rentre dans le lard”, entende mon mal-être et me soutienne.

Le mercredi, elle est donc arrivée à 15 h 30.

“Ma” coache sportive est une sportive de haut niveau. Elle connaît bien le corps, ses besoins, la manière de faire travailler les muscles pour obtenir des résultats.

Première étape : le bilan

Avant d’envisager un programme de remise en forme, elle m’a posé différentes questions. Nous avons abordé mon âge, mes problèmes de santé (hashimoto et entrée en pré-ménopause), mon activité physique, mon activité professionnelle, mon alimentation.

Puis, plus délicat, elle m’a amenée à parler de ce qui ne me plaît pas chez moi, donc, à parler de mes fesses. Quand je lui ai dit que j’avais une image faussée de mon derrière, elle m’a regardée d’un drôle d’œil. Alors, je lui ai montré cette partie de mon anatomie dont j’aimerai être dépourvue. Elle n’a pas nié que j’avais de la cellulite et un relâchement musculaire qui renforce l’aspect peau d’orange.

Enfin quelqu’un qui ne me dit pas “Mais arrête, tu es bien comme tu es, c’est dans ta tête.

Ça n’a l’air de rien mais l’entendre reconnaître que tout n’est pas que dans ma tête, ça m’a fait du bien. C’est surtout l’entendre me dire qu’on va faire quelque chose pour ça ensemble qui m’a boostée.

Oui, j’ai des fesses qui se relâchent et de la cellulite mais non, ce n’est pas irréversible.

Deuxième étape : définir un objectif

Pour elle, je n’ai pas de poids à perdre et donc pas à me lancer dans un énième régime. Bon, ce n’est pas une raison pour me jeter sur le chocolat et les gâteaux. Nous allons continuer, en famille, à faire attention, à équilibrer nos menus tout en nous faisant plaisir de temps en temps. Oui, tous les weekend. L’apéro du vendredi soir, je ne suis pas prête de m’en passer par exemple. Les repas du samedi soir non plus…

Elle me propose de travailler spécifiquement sur le remodelage de mes fesses et de compléter avec du renforcement musculaire.

A propos de la cellulite, il ne faut pas que je m’attende à des résultats spectaculaires m’a t’elle prévenue. Mais nous allons raffermir mon fessier pour donner un aspect plus galbé.

Notre objectif (parce que oui, nous l’avons presque contractualisé), c’est de réduire l’aspect culotte de cheval avec des exercices ciblés.

Remodeler pour raffermir, diminuer la cellulite, galber… Et me réconcilier avec mes fesses 🙂

Troisième étape : les exercices ciblés

Elle m’a donc concocté une séance à base de squats, exercices au sol et cardio.

Je lui ai montré les exercices que je faisais dans le cadre du Top Body Challenge (TBC, LE programme qui a remporté un grand succès MAIS qui m’a fait mal aux genoux et cervicales).

Elle m’a demandé de réaliser une première série de squats. Dès le deuxième, elle m’a demandé de m’arrêter. Ma position n’est pas bonne du tout d’où les douleurs aux genoux. Pour réaliser de bons squats sans douleur, il ne faut pas que les genoux fléchis dépassent le gros orteil. Les fesses doivent donc être bien en arrière.

Squat - Coache sportive à domicile

Source de l’image Médiactu

 

Idem pour les exercices au sol. Mon bassin n’était pas bien verrouillé ce qui pouvait provoquer des douleurs. Elle a donc bien pris soin de corriger chacune de mes postures et de mes mouvements.

Nous avons donc enchaîné des squats, fentes, gainage, fessiers pendant près de 30 minutes. J’ai bien senti la différence avec les fois précédentes. La position adoptée sous contrôle de la coache sportive à domicile permet de travailler les muscles de manière bien ciblée.

Nous avons terminé par une séance de cardio qui m’a fait un bien fou. J’ai enfilé des gants de boxe et j’ai enchaîné les directs, revers, uppercut, coups de genoux.

J’étais à bout de souffle, en sueur, mais cette sensation de bien être dans ma tête ne m’a pas quitté de la journée.

Rendez-vous la semaine prochaine 

Elle revient mercredi prochain avec des exercices différents. Pour les corser un peu, elle va ajouter des poids et des sangles.

Une fois que j’aurai bien intégré les enchaînements, que mes postures seront correctes, je pourrais continuer toute seule.

J’apprécie son écoute et ses encouragements. Elle me motive, me pousse à ne rien lâcher, tout en corrigeant mes postures pour éviter les blessures.

Elle a compris que j’avais une espère de rage à l’intérieur de moi enfermée depuis toutes ces années. Son accompagnement ne consiste pas à débloquer ce qu’il y a dans ma tête mais va y contribuer largement. Nous allons continuer à bosser sur le renforcement musculaire et conserver cette partie cardio/boxing.

En route vers le bien-être !

Je suis super optimiste ! J’ai envie d’y croire cette fois et me dire que je vais en finir une bonne fois pour toute avec cette dysmorphophobie.

Le lendemain de la séance, j’ai déjà ressenti que quelque chose avait changé. J’ai remis un petit haut que je n’avais plus porté depuis quelques temps, j’ai marché la tête haute et le sourire aux lèvres.

Toute la journée, je me suis répétée que j’allais bien, que j’étais sur le bon chemin. Et punaise, qu’est-ce que ça fait du bien !

Egalimère, ce n'est pas parce qu'on t'a coupé les ailes que tu ne dois pas trouver un autre moyen de t'envoler

 

 

Commentaires

  1. Par La Mama seule two

    Répondre

    • Répondre

  2. Répondre

    • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :