Fleurus, la collection P’tite Fille, P’tit garçon

Lorsque la liste des marques présentes aux Efluent5 a été divulguée, j’ai rapidement été interpellée par des messages du type : « Eh, tu as vu, il y aura Fleurus, tu vas aller les voir ? ». Bien sûr que j’avais prévu d’aller les voir ! C’était l’occasion ou jamais d’aller échanger sur leur collection P’tite Fille et P’tit Garçon qui véhicule tant de stéréotypes.

Fleurus collection P'tite fille Fleurus collection ptit garçon

Le sexisme dans la littérature jeunesse

Vous vous souvenez de l’article “Lutter contre les stéréotypes” ? Oui, celui dans lequel j’explique de quelle manière, depuis bien avant la naissance de notre enfant, nous lui attribuons un rôle social en fonction de son sexe. Comment les stéréotypes sont tellement ancrés dans nos esprits que nous continuons malgré nous à les reproduire. Pourtant, même si nous essayons de faire attention au quotidien, nous sommes rapidement dépassés par les stéréotypes. Ils sont partout ! Dans les magasins de vêtements ou de jouets, dans la presse, à la télévision…

Et la littérature jeunesse n’est hélas pas épargnée ! En effet, de nombreux éditeurs proposent des collections “pour les filles” et “pour les garçons”. Et je vous laisse deviner ce qu’on trouve d’un côté et de l’autre… De l’action, de l’aventure, des découvertes, des sciences pour les garçons. Pour les filles : du rose bonbon, des bijoux, des conseils pour bien choisir ses vêtements et accessoires de beauté…

Si vous ne les avez pas encore lu, je vous conseille ces articles sur le sujet rédigés par Fille d’Album et Toutalégo.

Pour en revenir à Fleurus, les collections P’tites filles et P’tits garçons ont souvent été épinglées parce qu’elles véhiculent des images sexistes. La collection P’tite Fille affiche une couverture rose et des titres évocateurs : Chloé joue à faire le ménage, Ninon joue à la secrétaire. La collection P’tit garçon affiche quant à elle une couverture bleue et les personnages sont dans l’action, pilotent des engins.

Même quand une figure féminine apparaît dans la collection P’tit garçon, elle est souvent passive (assiste à côté du conducteur, en train de regarder le héros de l’histoire…).

Bref, vous l’aurez compris, cette collection de Fleurus n’est pas mon amie 🙂

Ma rencontre avec Fleurus

J’étais curieuse de connaître la version de Fleurus sur ces collections. Je n’y allais pas pour “rentrer dans le lard” mais pour avoir un échange avec la représentante. Parce que oui, cette personne n’est pas responsable de ce qui est publié par sa maison d’édition alors inutile d’être vindicative tout de suite.

J’ai été très bien accueillie sur le stand. Je pense que mon interlocutrice devait s’attendre à ce que le sujet soit abordé lors de cette journée. Lorsque j’ai abordé les images véhiculées dans ces petits livres, elle a tenu à me parler de l’esprit Fleurus.

L’histoire de cette collection Fleurus

C’est parce qu’elle est maman d’une petite fille qui jouait à la dînette, à la maîtresse… que l’éditrice a eu envie de lancer cette collection P’tite Fille. Elle a donc fait appel à sa meilleure amie pour créer des personnages et leur permettre de raconter une courte histoire.

La collection a rapidement rencontré du succès et s’est enrichie de nouvelles histoires.

C’est après avoir eu un fils que l’éditrice a pensé à concevoir la collection P’tit Garçon.

Pour mon interlocutrice, les personnes travaillant sur ces collections ont été peinées d’être taxées de sexistes. Pour elles, c’était avant tout un projet familial qui prenait vie, que cela représentait beaucoup de travail. Elles se basaient sur leur quotidien de parents et des activités réalisées par leurs enfants. Je me suis abstenue de lui proposer de faire lire mon article ci-dessus mentionné 😉

Je lui ai donc indiqué que ce qui me gênait malgré tout, ce sont les images véhiculées par ces collections qui contribuent à renforcer les stéréotypes. Que cela enferme les enfants dans des rôles en fonction de leur genre au lieu de leur proposer d’en sortir.

Du changement chez Fleurus ?

Au travers de notre échange, j’ai aussi compris que ces collections avaient un réel succès auprès des familles.

Comment faire bouger les choses alors même que ce sont les parents qui achètent ces livres pour leurs enfants ?

C’est la loi du marketing : un produit est bien vendu alors la maison d’édition continue d’alimenter la collection. Mais à aucun moment dans ces ouvrages, les rôles changent. Les filles sont toujours passives, dans des activités tournées autours du soin, de la beauté, du ménage… Et les garçons pilotent maintenant des engins spatiaux !

J’entends bien cet argument marketing et je comprends que les lignes éditoriales soient difficiles à faire bouger. J’ai donc demandé s’il était possible, dans ces collections, d’avoir des personnages féminins qui ne soient plus passifs mais prennent part à l’action ? Si on ne pouvait pas voir des petits garçons en train de faire le ménage et des filles qui conduisent ?

Il semblerait qu’un peu de changement soit en train de s’opérer. Je n’en sais pas plus mais j’espère que les différent.e.s personnes qui ont contribué à pointer le sexisme de cette collection auront permis d’aller vers l’introduction de personnages féminins et masculins moins stéréotypés.

Toutefois, pour conclure, mon interlocutrice m’a rappelée que Fleurus, ce n’est pas seulement cette collection mais bien d’autres. Elle m’a donné l’exemple de ce livre dans lequel les filles jouent au foot :

Fleurus collection bravo la famille

Je n’ai pas eu l’occasion de le lire alors je suis bien incapable de vous en décrire le contenu et les idées véhiculées. Je n’ai pas non plus pu consulter les différents livres de cette collection “Bravo la Famille” pour savoir quels rôles sont attribués à chacun. Est-ce que la mère travaille ? Le père participe-t-il aux tâches ménagères ? Est-ce que les garçons peuvent s’occuper des autres ? Je suis bien curieuse de le savoir !

Bilan de ma rencontre avec Fleurus 

Mitigé ! Il me semble que la collection P’tite Fille et P’tit Garçon a encore de beaux jours devant elle. Si les parents achètent ces livres, l’éditeur n’a aucune raison de les retirer de son catalogue.

Pourtant, il ne suffirait de pas grand chose pour que cette collection évolue un peu :

  • montrer les petites filles et les petits garçons exerçant les mêmes activités,
  • arrêter de montrer des filles passives face aux garçons,
  • s’assurer que filles et garçons soient autant représentés l’un que l’autre, quelque soit la collection,
  • élargir les activités des filles à des professions scientifiques, numériques, informatiques
  • montrer des garçons prenant soin des autres personnes ou d’animaux

La liste est encore longue tellement ces livres sont bourrés de stéréotypes…

Donc, j’attends les nouveautés annoncées pour me faire une idée et ne manquerai pas de vous en faire un retour.

Si vous les avez déjà lus, je serais bien intéressée par votre retour alors n’hésitez pas à laisser votre avis en commentaire ! 

Commentaires

  1. Par Mitchka

    Répondre

    • Répondre

  2. Répondre

    • Répondre

  3. Par Canu Eve

    Répondre

  4. Répondre

  5. Par Marie

    Répondre

  6. Par Julie

    Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :