A quel âge correspond l’âge de raison ?

J’ai toujours entendu dire que 7 ans était l’âge de raison. Il m’aura fallu 40 ans de plus pour l’atteindre ! Enfin, je crois. Je finis par me demander si on atteint l’âge de raison un jour. Et pourtant, dans ma tête, je pense avoir enfin trouvé le chemin de la paix et de la sérénité.

Happy Birthday - âge de raison - Egalimère

47 ans, l’âge de raison ?

Pendant des années, j’ai vécu sous la surveillance de mon poids et de mon apparence physique. J’ai donc été très longtemps angoissée par ce temps qui passe et laisse des traces sur mon corps :

  • ces rides qui se creusent de plus en plus au coin des yeux,
  • des poches sous les paupières lorsque je me lève le matin,
  • ma peau qui devient moins élastique et se fripe par endroits,
  • la cellulite qui s’incruste – sans être invitée – et décide de s’installer sur mon gros cul,
  • mes seins qui ne sont plus aussi fermes et rebondis,
  • des tâches qui apparaissent sur mes mains,
  • cette vue qui baisse et m’oblige à passer aux verres progressifs (je ne vous raconte pas le grand moment de solitude à cette annonce chez l’ophtalmo…)

En parallèle de tout cela, je ne me sentais pas encore libérée de ce fardeau qu’est l’emprise. Je traînais donc mes boulets qui m’empêchaient d’avancer dans la vie. J’avais encore cette impression de devoir m’excuser d’être là, de ne pas être légitime dans tout ce que j’entreprenais. Je manquais de confiance en moi, je n’osais pas vraiment prendre la parole en public, j’avais peur de gêner ou de dire ce que je pense. Alors quand, en plus, mon apparence physique s’éloignait de l’image que j’aurais aimé avoir de moi, je ne vous raconte même pas comme la tempête faisait rage dans ma tête.

Wonderwoman - l'âge de raison

Illustration Donald Soffritti

Ces petits riens qui me bouffent bouffaient (?) la vie

Vous allez sourire – ou pas – en pensant : mais c’est pas elle qui dit justement qu’il faut s’aimer comme on est et assumer notre corps et notre personnalité ? 

Si, si, c’est bien moi. Mais c’est comme pour de nombreuses choses, c’est toujours plus facile à dire qu’à faire !

Mais au quotidien, pffffff, qu’est-ce que ça me bouffe la vie tout ça !

Je vous donne quelques exemples :

Le repas : J’ai envie d’un plat chaud, qui sent bon, qui soit appétissant et ravisse mes papilles. Mais dans un coin de ma tête se déclenche l’alarme “attention calories danger” ! Si je mange ce bon petit plat, je vais culpabiliser et me dire que je n’ai aucune volonté, que je vais grossir, que c’est pas bien, beurk, caca… Du coup, bah, c’est viande blanche et légumes verts.

Les fringues : si vous me suivez jusque dans ma penderie, vous allez la trouver monochrome. Des pulls noirs, des pantalons noirs. Mais attention, j’ose la fantaisie de temps en temps avec du gris, youhouuu, soyons fous ! Pourquoi tout ce noir ? Parce que j’ai encore en tête “le noir, ça affine alors pour tes fesses, c’est ce qu’il y a de mieux.” (Je crois qu’un jour, je rédigerai un article entier sur ces petites phrases qui m’ont le plus détruite…).

Parler devant tout le monde : même si je maîtrise à fond mon sujet, il suffit qu’une personne me coupe la parole pour que je perde tous mes moyens et ne me sente plus légitime. Parce que, pendant des années, c’est ce que j’ai subi. Je parlais, il prenait la parole pour finir mes phrases et me renvoyer à mon rôle de figurante.

Bref, vous l’aurez compris, entre ce que je dis et ce que je fais, il y a tout un monde !

Mais à 47 ans, j’ai atteint l’âge de raison !

J’aimerais pouvoir vous dire à quel moment précis a eu lieu le déclic mais je ne le sais pas. Je crois plutôt que c’est l’aboutissement d’un long, trèèèès long cheminement. Il m’a fallu du temps (beaucoup de temps) pour accepter ce temps qui passe, pour apprivoiser mon corps qui change, pour gagner en confiance en moi.

Toutefois, je peux vous dresser une petite liste des choses qui m’ont aidée :

  • le regard bienveillant et encourageant de mon entourage,
  • une activité professionnelle qui me donne envie de me lever le matin parce que je me sens utile au quotidien,
  • des formations sur la prise de parole en public et le mind mapping,
  • la course à pied, le dépassement de soi, et des cours de self-défense,
  • mon rendez-vous avec un conseiller en image,
  • de la couleur dans mes vêtements (je ne suis pas encore passée au jaune, rouge, bleu mais le rouille et le vert bouteille me vont bien 😉),
  • une bonne grosse leçon de courage et de combativité #forçazazou
  • l’écriture (sur mon blog et dans un projet qui reste pour l’instant inachevé…),
  • les retours et les encouragements des personnes qui me lisent,
  • ça va faire un peu cucul mais l’amour que me portent mes enfants et mon mari,
  • avoir des ami.e.s en or,
  • quelques crèmes anti-poches et anti-rides, des patchs contour des yeux,
  • une nouvelle coupe de cheveux,
  • une envie de dire #fucklepassé et de voir la vie en rose, en positif !!!

Vivre ma vie en mieux !

Depuis quelques temps déjà, je sentais un changement au niveau de mon attitude et dans l’envie de m’habiller différemment. J’osais davantage, je me permettais des choses oubliées depuis des années. Bref, j’avais envie de briser ces dernières chaînes qui me reliaient à mon passé.

Aujourd’hui, je me sens plus libre de mes pensées. Quelque chose s’est débloqué et me pousse maintenant à reprendre ce projet d’écriture laissé en suspens.

J’ai des envies de nouveauté professionnelle, de voyager, de découvrir d’autres choses, d’autres livres, d’autres films !

Envie de profiter de tout ce que la vie peut m’offrir, de toutes les occasions qui me seront offertes de me faire plaisir, de gâter les autres, de partager des moments de bonheur !

Mon corps n’est plus mon pire ennemi. Il se transforme, certes, mais le sport m’aide à entretenir ma masse musculaire. J’ai de la cellulite aux fesses malgré 2 h de running par semaine. Voilà, c’est comme ça… Mais plutôt que de me focaliser là-dessus, je tente de mettre en valeur ce que j’aime bien chez moi.

J’ai l’impression d’avoir tourné un chapitre en fait. Je ne sais pas si cette sensation va durer encore longtemps mais laissez-moi vous dire une chose :

Aujourd’hui j’ai 47 ans et qu’est ce que je me sens bien !!! 

Illustration Les Créas de Nono

Tags:

Commentaires

  1. Par Christine

    Répondre

    • Répondre

  2. Répondre

    • Répondre

  3. Par Mag

    Répondre

    • Répondre

  4. Par Stéphanie

    Répondre

    • Répondre

  5. Par La Carne

    Répondre

    • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :