Objectif Bikini mais pas encore pour toutes ?

Cette semaine, j’ai été très choquée par une photo que La Fille Kamoulox a posté sur son compte Instagram. Enfin, non, pas par la photo mais par ce qu’elle a provoqué. A l’approche du fameux objectif bikini, elle a posté une photo de son nouveau maillot de bains. Mais pas juste le maillot de bains, une photo d’elle en maillot de bains. Et vous savez quoi ? Cette photo a été signalée aux administrateurs d’Instagram et supprimée.

Pensant à une fausse manipulation, La Fille Kamoulox tente de publier sa photo à nouveau. Et là, elle reçoit un message : la publication n’est pas possible car la photo a été signalée.

Signalée ! 

Pourquoi ? Par qui ? Pour quel sombre motif ? Allez comprendre ce qui passe par la tête des gens qui signalent ce genre de photos. Mais voilà, nous sommes en 2018 et certaines personnes signalent des photos de femmes qui montrent leur corps. Pas une nana à poil ou portant des dessous “affriolants” dans une pause lascive… Non, non, une photo de femme comme toutes les autres qui ne voulait jusque là QUE montrer son nouvel achat.

Apparement, voir ma story avec mon nouveau maillot de bain à dérangé quelqu’un ! Je l’ai posté une fois, il a disparu. J’ai cru à un bug, je l’ai reposté et j’ai reçu un message disant que la première a été signalé 😂😂 Du coup, je la poste ici, sans filtres, parce que mon gras, mes cuisent qui se touchent, ma cellulite, ma peau d’orange, mes vergetures, mes coup de soleil et moi emmerdons les cons. Alors à toi qui m’a signalé, va te faire cuire le cul, mange ton caca et clique “se désabonner” parce que mon corps et moi, on se kiffe grave. Bisous 😘 #bodypositive #curvygirl #loveyourself #mybodymyrules #fucklescons #objectifbikinifermetagueule #bikinibody #realbody #nofilter

Une publication partagée par Harmony 💄 La fille kamoulox (@harmonybobo) le

Comprenez qu’après avoir été supprimée, cette photo est devenue un moyen de dénoncer ces diktats de la minceur. Un moyen d’affirmer haut et fort que son corps lui appartient et qu’elle en fait ce qu’elle veut.

Et c’est bien là le problème, est ce qu’on en fait vraiment ce qu’on en veut de notre corps ? Est-ce que poser en maillot de bains ne devient pas un acte militant face à ce genre de signalement abusif ? Comment être fière de soi et de son corps quand les autres se mettent en travers de notre chemin ?

Objectif Bikini ferme ta gueule 

Comme vous l’aurez compris, ce n’est pas de voir La Fille Kamoulox en maillot de bains qui m’a choquée. Non, bien au contraire parce que je la trouve juste sublime au propre comme au figuré.

Je pourrai écrire tout un article pour dire ô combien je l’aime mais je vais résumer. La Fille Kamoulox c’est cette fille sans filtre qui a un cœur gros comme ça. C’est cette mère de famille qui ose aller jusqu’au bout de ses engagements quitte à susciter l’incompréhension de certaines personnes. Elle s’assume, elle kiffe son corps, elle le montre, et elle vous emmerde. Enfin, pas vous, mais celles et ceux qui trouvent que ce n’est pas bien, qu’une mère de famille ne devrait pas faire ceci ou cela.

Voilà, La Fille Kamoulox est le genre de personne qui fait du bien dans ce monde de faux-semblant sur les réseaux sociaux et dans les magazines. Surtout à l’ère de l’usage des filtres et retouches à gogo sur Instagram, Snapchat et autres.

La plupart des photos sont tellement filtrées, retouchées, qu’on se demande à quoi ressemblent vraiment les corps des femmes et des hommes dans la “vraie vie”. La retouche est devenue tellement courante qu’un décret a dû imposer l’ajout d’une mention sur les photos à visée promotionnelle qui donnent une image fausse des corps des femmes en majorité.

Crédit @Marie Claire

On nous prend pour des con·nes avec les photos retouchées

Ce décret relatif aux photographies à usage commercial de mannequins dont l’apparence corporelle a été modifiée a été publié au journal officiel le 5 mai 2017.

Ce “décret fixe les modalités d’application et de contrôle de l’obligation d’accompagner les photographies à usage commercial des mannequins dont l’apparence corporelle a été modifiée (pour affiner ou épaissir leur silhouette) de la mention « photographies retouchées » […]”.

“Applicable aux photographies à usage commercial de mannequins insérées dans des messages publicitaires diffusés notamment par voie d’affichage, par voie de communication au public […], dans les publications de presse […], dans la correspondance publicitaire destinée aux particuliers et dans les imprimés publicitaires destinés au public.”

“La mention « Photographie retouchée » […] est apposée de façon accessible, aisément lisible et clairement différenciée du message publicitaire ou promotionnel.”

Victoire !!! Avec un tel décret, on s’attendait à voir ces mentions fleurir sur les pages des magazines féminins, les affiches. On pensait que cela nous permettrait de mieux nous rendre compte de la “supercherie” de ces photos retouchées. De réaliser que tout ceci est fait pour nous inciter à avoir un corps parfait, jeune, lisse et entrer encore un peu plus dans les diktats de la féminité actuels.

Je pense que nous sommes peu nombreux et nombreuses à avoir vu de manière accessible, lisible et différenciée cette fameuse mention “Photographie retouchée”.

Je vous laisse aller lire cet article de Robin Andraca : http://www.liberation.fr/checknews/2018/02/08/depuis-peu-la-mention-photo-retouchee-est-obligatoire-sur-les-publicites-or-je-ne-l-ai-vue-nulle-par_1628407 

Photo extraite de l’article de Robin Andraca

Quid du vrai corps des femmes et des hommes ?

Je parle des femmes parce que je me sens plus directement concernée. Mais les hommes ne sont pas exclus de ces diktats, loin de là.

Voilà donc ce qui me met en rogne. Malgré les différents mouvement de #bodypositive, #objectifbikinifermetagueule, #loveyourself, etc… le corps des femmes et des hommes continue à être chosifié, modifié, affiné, musclé, retouché…

On nous vend de la poudre aux yeux. De la jeunesse à tout va, de la minceur, de la fermeté… à tel point qu’on en oublie de voir la beauté telle qu’elle devrait l’être : sans retouche, sans filtre.

Mais à notre époque du culte de l’image, des réseaux sociaux à outrance, il nous faudrait toujours nous montrer sous notre meilleur jour. Comme si notre vie devait refléter celle des mannequins ou icônes de magazines. Une maison bien rangée et propre, des enfants souriants (et propres), notre tenue parfaite (et propre). Sans oublier nos visages lisses et sans ride ni imperfection. Notre corps mis en valeur avec des hanches fines et une poitrine généreuse. A force de retouches, de filtres, de vouloir maîtriser son image virtuelle, on en oublie bel et bien le réel.

Alors, quand certaines personnes voient le vrai corps d’une femme, elles sont choquées et signalent la photo. C’est ça ? Nous sommes donc tellement habitué·es au côté lisse des images que le corps sans filtre et sans retouche ne devrait pas s’afficher sur les réseaux sociaux ?

Cachez ces vrais corps que nous ne saurions voir. 

Et c’est ça qui m’énerve, qui me met en rogne, qui me donne envie de hurler des gros mots.

Combien sommes-nous de femmes et hommes à chercher à aimer enfin notre corps ou réussir à l’apprivoiser ? A souffrir du regard des autres, de ce manque de confiance en nous, de la peur de nous mettre en maillot de bains ? A pleurer une fois seul·e, le soir venu, parce que l’image qu’on a de nous ne correspond pas à notre idéal (le nôtre, vraiment ?).

Alors, quand une femmes expose son corps dont elle est fière, sa photo devrait faire le tour du monde et non être censurée.

Nous avons toutes et tous besoin de rôles modèles, de personnes qui nous inspirent, qui nous redonnent confiance en nous. De personnes qui nous montrent que c’est possible et que le regard des autres, on s’en fou ! Qu’avoir un corps parfait pour la plage, ça ne veut rien dire du tout ! Que la beauté d’un corps n’est pas dans les retouches ou les filtres mais dans l’histoire qu’il raconte. Notre histoire, la vôtre, la mienne. Et qu’on s’en balance de cet objectif bikini à partir du moment ou on a compris que nous nous mettons nous même des barrières, des limites, des freins.

Alors oui, c’est peut-être plus facile à dire pour moi, pour La Fille Kamoulox, mais bordel, osons ! Osons nous mettre en bikini, osons montrer nos corps, osons être nous, osons affronter le regard des autres, osons dire merde aux rageux et rageuses !

Il est là le message positif que j’ai envie de transmettre pour cet été parce que nous avons toutes et tous le droit de vivre pleinement nos vacances. On s’allège donc la tête, on se dit que l’onjectif bikini c’est d’être nous-même et de profiter du moment présent. Et pis tiens, même qu’on pourrait inventer un hashtag #bikiniavecharmony pour montrer que nous aussi, on peut être fièr·es de nos bodys. Alors une bonne fois pour toutes, on essaie de se convaincre et

OSONS ETRE NOUS-MÊMES ! 

Valentine Féau, la normalitude - objectif bikini ferme ta gueule

La Normalitude avec Valentine Féau

Tags:

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :