Je m’organise pour la reprise

A chaque début d’année scolaire c’est la même chose : l’impression de jouer à Tetris avec les emplois du temps. Une brique “boulot”, une brique “activités sportives des enfants” et “activités sportives Egalimère”, une “activités culturelles”, une “activités associatives”… Et voilà comment on en arrive à un “Game Over” dès le mois d’octobre avec cette impression de ne plus rien réussir à tout concilier. Alors cette année, c’est décidé, je m’organise pour la reprise !

Le planning ou organiseur familial

En allant dans une grande surface, j’ai vu ce planning qui coûtait moins de 4 euros. J’aimais bien le côté 3 en un de ce modèle avec les jours de la semaine, le calendrier et une partie “notes”. Et le fait que ça soit effaçable aussi, je trouvais ça pratique.

Je me suis dit qu’il me servirait de base pour noter les temps “fixes” (handball, judo, badminton, musique…) dans la partie avec les jours. La partie note pouvant me servir à inscrire les choses à faire.

Mais, cela faisait beaucoup à noter dans finalement peu d’espace et donnait un côté confus à qui fait quoi.

Je suis donc revenue à ce modèle que j’avais réalisé à partir d’une diapositive sur PowerPoint.

J’ai retiré la partie “semaine du… au…” que j’ai remplacé par “Semaine Type”. Cela va nous servir à avoir une vision globale de qui fait quoi, quand.

Chaque membre de la famille a sa colonne et, pour chaque jour, j’ai noté les activités qui se déroulent chaque semaine.

Semainier familial Egalimère

Maintenant que nous avons un planning type de la semaine, nous avons un aperçu rapide des activités des un.e.s et des autres.

Il est affiché à la place du calendrier sur l’organiseur que j’ai acheté en grande surface. De cette manière, les jours de la semaine restent vides sur le grand organiseur. Nous y noterons les choses à faire en plus : réunion avec les profs, RV médicaux, matchs, compétition de judo… au fur et à mesure.

Je m’organise… mais pas toute seule !!

J’ai bien écrit “NOUS y noterons les choses à faire en plus” car depuis l’année dernière, nous impliquons davantage les enfants dans l’organisation familiale.

Chaque fin de semaine, mon mari et moi calons nos agendas pour pouvoir nous organiser en fonction de nos déplacements, réunions, formations…

Nous demandons aux enfants d’indiquer eux-même leurs matchs ou compétitions, anniversaires des copains et copines, etc…

C’est bien beau de tout noter sur un planning mais au quotidien, comment ça passe niveau organisation ?

De mieux en mieux j’ai envie de dire. C’est l’avantage d’avoir des enfants qui grandissent et deviennent de plus en plus autonomes.

Les trajets maison-école

Depuis son entrée en 6ème, Loulou gère tout seul ses déplacements jusqu’au collège et aux différentes activités culturelles et sportives. J’avoue, cela a été un cap à passer pour moi parce que je ne suis pas rassurée par la circulation des voitures dans ma ville. J’avais donc la boule au ventre au début mais j’ai pu constater qu’il était prudent au moment de traverser.

Loulou est entré en CM2 cette année. Il réclame de plus en plus d’autonomie et souhaite rentrer seul de l’école tous les soirs. Enfin, pas tout à fait seul car ils sont plusieurs enfants de son école à habiter dans le quartier. Ils peuvent donc faire le chemin ensemble et ça me rassure aussi.

Les activités culturelles et sportives

Là encore, Loulou gère tout seul depuis la 6ème que ce soit le hand, le judo, ou la musique.

J’accompagne encore Ti’Loulou à ses entraînements de handball quand je suis en télétravail et que j’ai terminé ma journée. J’aime bien y aller parce que je retrouve généralement une autre maman et nous discutons pendant que les enfants se défoulent sur le terrain.

Cette année, Ti’Loulou change de catégorie au judo et suivra les mêmes cours que son frère. Ils feront donc le trajet ensemble.

Le télétravail

Depuis un an maintenant, j’ai la possibilité de télétravailler une journée par semaine. Cela me permet d’éviter de prendre les transports en commun un jour par semaine et ça fait du bien.

Je m’organise comme je veux cette journée là et j’avance dans mon travail bien mieux qu’au bureau. J’allume mon ordinateur dès que Ti’Loulou est à l’école et je bosse jusqu’à son retour.

Les transports en commun

C’est le gros point noir de l’organisation parce qu’il y a très très souvent des imprévus avec les transports en commun parisiens. Un incident technique, un accident, une panne de signalisation… il ne se passe quasiment pas une semaine sans couac.

Depuis que Loulou est entré à l’école primaire, nous avons mis en place un système de “parents relais” en cas d’urgence. Le principe est simple : en début d’année, plusieurs parents dont les enfants sont dans la même école échangent leurs numéros de téléphones. En cas de retard, on envoie un message à l’ensemble du groupe (sur WhatsApp maintenant mais par sms avant) pour savoir qui peut récupérer nos enfants. Le nom et les coordonnées desdits parents sont sur une liste qui est remise à l’établissement scolaire bien entendu.

Cela m’a été bien utile plus d’une fois. Maintenant, je peux aussi solliciter Loulou. Mais surtout, comme je l’ai mentionné plus haut, Ti’Loulou va sortir plus souvent tout seul de l’école pour rentrer à la maison.

Les tâches ménagères

Répartition et partage des tâches est le maître mot pour éviter que j’y passe tout mon temps “libre”.

Ce partage se fait en fonction de nos emplois du temps, de nos disponibilités mais aussi de nos envies.

Je ne tiens pas de tableau de répartition des tâches parce que chacun sait maintenant ce qu’il a à faire. Il faut parfois rappeler aux enfants de mettre la table, ranger leur linge mais beaucoup moins qu’avant.

Nous avons aussi recours à une personne qui vient une fois par semaine pour faire le plus gros du ménage. Les enfants la voient souvent et savent donc qu’elle travaille quand elle est chez nous. Du coup, ils ont acquis la notion du respect du travail des autres et font plus attention à la maison que si c’était nous qui faisions le ménage.

Du lâcher prise

Impliquer les enfants, ça signifie aussi que tout n’est pas fait comme JE le ferai et l’accepter. J’en avais parlé dans une publication sur Facebook :

Je m’organise en impliquant les autres, en partageant les tâches, en lâchant prise et ça change tout

Je n’ai plus envie de me retrouver dans des situations où j’ai l’impression de tout porter sur mes épaules. J’ai vécu ces situations à l’arrivée de Loulou parce que je voulais ressembler à ces mères parfaites qu’on voit sur les réseaux sociaux. Je voulais bosser tout en gérant tout à la maison. Bah oui, si elles y arrivent, pourquoi pas moi ?

Je n’y suis pas arrivée. J’ai craqué et ce n’est pas faute d’avoir entendu les sirènes d’alarme que m’envoyait mon mari. Mais non, je voulais être une supermamanquibosseetgèretoutàlamaison.

Bref, il est très difficile quand on devient parent de tout faire à la maison en ayant une activité professionnelle ou des engagements. Alors, si c’est possible, on délègue, on partage, on accepte que ça ne soit pas fait comme on le ferait.

Et vous alors, comment vous organisez vous pour la reprise ???

Retrouvez certains témoignages en cliquant sur les liens suivants :

Et rendez-vous le mois prochain pour un nouveau #10dumois sur le thème : Ce n’était pas prévu et puis…

10dumois les thèmes de 2019

Commentaires

  1. Répondre

    • Répondre

  2. Répondre

    • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :