The Zazoo, les livres bilingues d’Ornicar publishing

J’ai rencontré Judith et sa collection de livres The Zazoo alors que nous attendions, mes enfants et moi, notre passage sur Sud Radio pour parler de la prématurité et de l’opération WeLovePréma.

Pour nous faire patienter, Judith a remis aux enfants un exemplaire de ce livre. Nous avons tout de suite été séduits par le concept : apprendre une langue étrangère au travers de la lecture.

 Ornicar publishing - The Zazoo

J’ai donc eu envie d’en savoir plus sur le parcours de Judith et ce beau projet que je vous laisse découvrir. Bienvenu-e-s dans le monde d’Ornicar Publishing et de The Zazoo !

 

logo

Bonjour Judith,

En quelques mots, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Après mon bac et deux années de prépa, j’ai intégré l’EM Lyon (École de Commerce de Lyon). Je me suis spécialisée dans le marketing et la communication puis j’ai travaillé en tant qu’assistante marketing dans une maison d’édition jeunesse.

A quel moment avez-vous eu envie de créer Ornicar publishing ?

Travailler dans une maison d’édition jeunesse me plaisait et je savais que c’était mon “domaine” car j’ai toujours aimé lire, écrire et dessiner. La preuve : j’ai écrit mon premier livre à l’âge de 10 ans ! Cependant, j’avais envie de tenter ma chance et de créer ma propre maison d’édition. Dans la maison d’édition pour laquelle je travaillais, il me manquait le côté créatif et éditorial que je voulais trouver en créant ma propre activité. L’occasion s’est présentée quand, en 2012, j’ai suivi mon compagnon à Londres. En Angleterre, il me semblait plus simple de créer mon entreprise, sur un plan administratif. C’est ce qui m’a poussée à me lancer.

Comment avez-vous fait pour passer de l’idée au projet d’Ornicar publishing ?

Grande adepte des to-do lists, j’ai tout simplement dressé un plan et un calendrier, à respecter. J’ai réfléchi à ma stratégie, à ce que je voulais faire et pourquoi je voulais le faire, à “l’âme” que je souhaitais donner à mon entreprise. Je voulais que mon projet me ressemble et soit en accord avec mes convictions. Puis, je me suis lancée dans l’élaboration de mon premier livre et tout est parti de là.

Ornicar Publishing - The Zazoo

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste Ornicar publishing et The Zazoo ?

Ornicar publishing, est une maison d’édition qui a pour vocation d’ouvrir les enfants sur le monde. La première collection appelée The Zazoo, que j’ai écrite et illustrée, aide les enfants âgés de 2 à 7 ans à découvrir et apprendre une langue étrangère : anglais, allemand, arabe, et bientôt espagnol et breton ! Toutes les publications (livres, posters, jeux de cartes…) sont basées sur une méthode dont l’objectif est de rendre l’apprentissage d’une langue étrangère attrayante, amusante et utile pour les enfants. L’un des principes de cette méthode est l’absence de traduction littérale : dans les livres, les petits lecteurs basculent d’une langue à l’autre et pour les posters et jeux de cartes, tout est rédigé uniquement dans la langue d’apprentissage des enfants. Depuis, j’ai pu élaborer des livres en collaboration avec d’autres auteurs et je suis en constante recherche de nouveaux auteurs et illustrateurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avez-vous pu bénéficier d’un accompagnement pour vous aider dans vos démarches ? D’une aide spécifique pour les femmes ?

Non, je n’ai pas bénéficié d’un tel accompagnement. Mais j’ai lu de nombreuses interviews de femmes (et d’hommes d’ailleurs !) entrepreneur-e-s afin de m’inspirer de leurs expériences et de savoir mieux surmonter les difficultés qu’elles/ils signalaient.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de la création de votre activité et celles que vous pouvez encore rencontrer ?

Mon entreprise étant basée en Angleterre, ma principale difficulté fut tout d’abord la langue. Je me suis vite rendue compte que mon anglais « scolaire » était bien différent de l’anglais parlé ici, il a fallu que je m’adapte rapidement. Je manquais notamment de vocabulaire spécifique (celui liée aux techniques d’impression par exemple). Et de façon générale, il a fallu que j’apprenne pas mal de choses sur le tas.

Maintenant que mon activité est lancée, ma difficulté est de bien m’organiser et de faire des priorités chaque jour, tout en ne repoussant pas indéfiniment une tache qui me parait pourtant secondaire. C’est un juste milieu à trouver.

Comment faites vous pour gérer vos différentes activités du quotidien (boulot, blog, famille…) ? Quelles sont les solutions mises en place pour faciliter votre quotidien ?

Je m’impose de ne pas me laisser complètement “manger” par le travail : lorsque l’on gère son entreprise, on ne compte pas les heures et on passe vite des journées entières à ne faire que travailler. J’essaie de délimiter un temps pour chaque chose et de m’y tenir… sauf urgence professionnelle absolue : un temps pour ma famille, un temps pour me changer les idées, faire du sport, voir des amis… Quand j’aurai des enfants, je pense qu’il faudra que j’adapte encore davantage mon emploi du temps !

Quels conseils pourriez-vous donner à une personne qui souhaite se lancer dans la création d’entreprise ?

Je pense qu’il faut avant tout bien définir son projet et de s’assurer que c’est quelque chose que l’on aime vraiment faire avant de se lancer. Il faut être passionné(e) pour pouvoir continuer à aller de l’avant dans les moments de doute.

Une fois lancé(e), je pense qu’il faut se remettre en question régulièrement, considérer les choses sous un autre angle, tester de nouvelles approches… bref, ne pas tomber dans une routine d’entreprise.

Selon moi, il est aussi important de bien s’entourer : fournisseurs, collaborateurs, employés, réseau professionnel, c’est aussi eux qui contribueront à la réussite de son entreprise. Tout comme il est important de pouvoir se sentir soutenu(e) par sa famille, la personne avec qui l’on partage sa vie, ses amis…

Enfin, je dirais qu’il ne faut pas se décourager à la moindre déconvenue. Une phrase que je me répète souvent : la différence entre l’échec et le succès, c’est de se relever une fois de plus.

Si vous voulez ajouter quelque chose, c’est à vous !

J’encourage tout le monde, et plus particulièrement les femmes, à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Cela peut paraître stéréotypé mais c’est vrai : créer quelque chose, développer un projet dans lequel on croit et se battre pour, c’est tellement motivant et épanouissant… d’autant plus si cela fonctionne ! C’est d’ailleurs ce que je contribue à encourager à travers le programme de revente que j’ai développé avec Ornicar. De nombreuses revendeuses sont des mamans, qui sont au foyer ou qui travaillent à temps partiel. Elles se sont lancées dans l’aventure et ont créé leur propre activité ainsi, ce qui leur permet de trouver un équilibre entre travail et vie de famille et de s’organiser comme elles le souhaitent. Pas plus tard qu’aujourd’hui, l’une d’entre elles m’a dit qu’elle adorait ce qu’elle faisait et qu’elle en était fière. Il n’y a pas de meilleure récompense pour moi que de les savoir épanouies et accomplies…

Merci Judith d’avoir pris le temps de répondre à ces questions.

Pour en savoir plus sur la méthode d’apprentissage et la collection de The Zazoo, rendez-vous sur le site littlebilingues.com

 

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :