Rentrée des classes, égalité et stéréotypes

Même si vous n’avez pas d’enfant ou plus d’enfants en âge d’être scolarisés, vous n’avez pas pu échapper à cette information fondamentale d’hier : la rentrée des classes !

Pourquoi ? Parce que vous avez vu fleurir sur les réseaux sociaux les images de ces enfants, souriant ou non, avec leurs belles tenues, leurs beaux cartables, la coiffure impeccable… C’est vrai qu’ils sont beaux tous ces enfants en ce jour de rentrée des classes.

Mais en visionnant ces images, plusieurs choses m’ont dérangée cette année. Peut-être parce que j’y suis plus attentive que les années précédentes. Peut-être parce que je les ai regardées avec un œil différent cette fois.

Rentrée des classes -

Rentrée des classes, où sont les pères ???

La première question qui m’est venue en voyant ces photos est : mais où sont les pères ????

Je pense que je peux compter sur les doigts des mains (voire même une seule main), les publications des pères dans mon fil d’actualité. Même à l’entrée de l’école que fréquente mes enfants, ce sont essentiellement les mères de famille qui accompagnaient leurs enfants.

Sans vouloir en faire une généralité, la rentrée scolaire semble être, cette année encore, une “tâche” majoritairement confiée aux mères. Par choix, par envie, par manque d’autres solutions, je ne sais pas, je ne juge pas, je constate et je m’interroge.

Pourquoi cette faible présence des pères ?

Les raisons peuvent être diverses. Des horaires de travail contraignantes, un déplacement, une récupération après une nuit au boulot, un choix, une semaine où la garde alternée est pour la mère…

Mais il peut également s’agir d’un frein professionnel. En effet, dans certaines entreprises, il est encore mal vu que les pères prennent en charge les activités parentales. Ainsi, quand un homme part vers 17 heures pour aller récupérer ses enfants, il peut entendre certaines réflexions. Oui, vous savez “Mais elle fait quoi ta femme ?”, “On voit qui porte la culotte…”, “C’est toi qui t’occupe des enfants ???”… Par peur des remarques désobligeantes, parce que la culture de l’entreprise ne les y incitent pas, il peut leur être difficile de demander à arriver un peu plus tard ou prendre une demi-journée pour la rentrée des classes.

Heureusement, certaines entreprises montrent l’exemple et mettent en place des mesures pour favoriser l’équilibre vie personnelle – vie professionnelle de leurs salarié-e-s. Certains accords collectifs prévoient des souplesses horaires les jours de rentrée scolaire. D’autres employeurs peuvent offrir une demi-journée ou permettre l’arrivée des salarié-e-s plus tard. Ces mesures s’adressent aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Mais il faut le savoir. Il faut aussi oser les demander.

Une rentrée des classes en rose et bleu

Du rose, encore du rose, toujours du rose pour les petites filles. Du bleu, encore du bleu, toujours du bleu pour les petits garçons. Des princesses ou des héroïnes de séries télévisées pour les filles. Des superhéros, des pirates, des bolides pour les garçons.

Pourtant, s’il y a bien un moment où il est possible de lutter contre les stéréotypes, c’est bien la rentrée des classes pour éviter les pièges du marketing ! Rendez-vous dans les supermarchés pour constater à quel point les différentes marques peuvent proposer des vêtements ou accessoires “filles” ou “garçons”. De la colle aux stylos en passant par les paires de ciseaux, les cartables, les vêtements, tout est fait pour inciter les filles et les garçons à vouloir du rose ou du bleu, des princesses ou des pirates.

Rentrée des classes - Mairie de Puteaux - cartables roses et bleus

Crédit : Image Instagram de @Docshadok

Mais, au milieu des princesses et des super héros, j’ai aussi vu des cartables non genrés. Des petites filles habillées en vert et des petits garçons en orange. Ce n’est pas grand chose, mais ça m’a fait du bien.

Les commentaires sous les publications

Je ne vais pas reprendre les différents commentaires qui m’ont fait réagir mais essayer de vous expliquer ce qui me chiffonne.

Prenez une photo de rentrée des classes représentant un frère et une sœur par exemple. Ou n’importe quelle photo représentant côte à côte une fille et un garçon.

A votre avis, quels vont être les types de commentaire en fonction du sexe des enfants ?

Dans une majorité de cas, les petites filles vont être complimentées sur leur tenue vestimentaire, sur leur coiffure, sur la jolie robe ou les jolies chaussures… Quand les garçons vont avoir l’air sérieux, déterminé, motivé… Aux filles les apparences, aux garçons les qualificatifs.

Nous sommes là dans le domaine de l’inconscient collectif. Cela souligne ce que je tente de faire comprendre avec mon blog. Certains stéréotypes sont tellement ancrés dans nos têtes que nous continuons à les reproduire sans nous en rendre compte.

Rentrée des classes, égalité et stéréotypes

Voilà pourquoi j’ai choisi ce titre. J’espère vous amener à regarder ces photos de rentrée des classes d’une manière peut-être différente. Bien sûr, je ne peux pas en tirer des généralités. Il existe bel et bien des exceptions. Des pères accompagnent leurs enfants et ils semblent de plus en plus nombreux, des cartables bleus sont portés par des filles et des stylos roses vont être utilisés par les garçons…

Mais, de l’achat des fournitures scolaires au choix de la tenue, de la personne qui accompagne les enfants le jour de la rentrée des classes aux commentaires sous les photos, peut-être pourrions-nous essayer de changer certaines de nos habitudes pour faire évoluer les mentalités vers davantage d’égalité et moins de stéréotypes ???

 

Commentaires

  1. Répondre

    • Répondre

  2. Par Miealess

    Répondre

    • Répondre

  3. Répondre

    • Répondre

  4. Par Marina

    Répondre

  5. Répondre

  6. Par Alex

    Répondre

  7. Par Fabrice

    Répondre

    • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :