Prendre du temps pour soi

Rappelez-moi de ne plus choisir de thèmes qui font mal au moral pour l’année prochaine s’il vous plait. Parce que prendre du temps pour soi, en théorie, c’est une chose que tout le monde peut faire. En pratique, dans une journée déjà bien chargée, c’est plus compliqué.

Dans ma vie idéale

Prendre du temps pour soi ça serait aller me promener quand bon me semble, me faire bichonner chez la coiffeuse, me relaxer dans un transat au soleil, flâner dans les boutiques…

Prendre du temps, ne pas regarder ma montre, ne pas avoir l’impression de courir toute la journée. Profiter de la vie en dehors de toute contrainte horaire, me laisser porter par mes envies.

Illustration Les Créas de Nono

Dans la réalité, prendre du temps pour moi, c’est m’accorder 30 minutes de sport le matin et les temps de trajet à pied pour aller du RER au boulot et rentrer le soir.

L’importance de l’équilibre vie pro – vie perso

Et oui, encore une fois, on en revient à ce fameux équilibre vie professionnelle – vie personnelle.

Pour prendre du temps pour soi, je ne sais pas chez vous, mais chez moi, il faudrait que je le planifie dans mon agenda genre « rendez-vous avec moi-même, ne pas déranger ».

Depuis plus d’un an, mon rythme de travail a largement augmenté et je suis passée de journées d’une durée moyenne de 7 h 30/8 heures à des 10/12 heures. Vive le changement de poste, les responsabilités, les départs/démissions/recrutement/accompagnement aux prises de postes…

Bref, ma charge de travail a considérablement augmenté et j’ai nettement moins de temps disponible pour tout ce qui concerne les tâches liées à la parentalité, l’éducation, l’entretien de la maison. Alors du temps pour moi, comment vous dire…

Le déséquilibre du partage des tâches

Pendant toute la durée du confinement, alors que la période était compliquée, tout le monde y a mis du sien. Les enfants n’ont jamais rechigné à étendre une lessive, mettre la table, plier de linge, faire cuire des œufs, nettoyer la maison.

Je bossais beaucoup pour être opérationnelle le plus rapidement possible sur mon nouveau poste et, une fois ma journée de travail terminée, je n’avais qu’à me joindre à la joyeuse troupe et préparer le dîner.

Depuis que j’ai repris le travail en présentiel et que les enfants passent plus de temps à la maison, j’ai l’impression que tout a volé en éclat.

Je pensais que cette répartition était acquise mais force est de constater qu’au quotidien, si nous ne sommes pas derrière eux, rien n’est fait.

Alors, quand je rentre à la maison, en ce moment vers 19 h 20, je me transforme en machine à répéter : mets tes papiers dans la poubelle, range des affaires, plie le linge et monte le dans ta chambre, mets la table, tu as fait tes devoirs, ton sac est prêt pour demain, rien à faire signer…

Au quotidien, c’est usant.

Alors nous remettons régulièrement ce sujet sur le tapis dans les discussions familiales. Cela fonctionne quelques temps et puis après, on retombe dans les travers des adolescents et leur fameuse « flemme » ou addiction aux écrans.

Je sais bien que c’est transitoire, que c’est le même constat chez bon nombre d’entre vous. Il n’y a pas de solution miracle alors il faut faire preuve de beaucoup de patience. Répéter encore et encore les choses et puis espérer que l’initiative vienne d’eux même.

Heureusement, ça arrive parfois et dans ces cas-là, j’avoue que j’éprouve une grande satisfaction personnelle. Yes ! Good Job les Egaliparents !

Alors à quel moment prendre du temps pour soi dans ces journées ?

Comme je le disais, je me lève tôt le matin depuis de nombreuses années. J’aime bien ce moment de calme à la maison, quand tout le monde dort encore.

J’en profite pour aller courir ou, depuis quelques semaines, suivre des séances en vidéo à la maison. Commencer la journée par une activité sportive booste mon métabolisme et me donne la pêche.

J’aime aussi les moments de « transit » entre le RER et mon lieu de travail. Deux fois par semaine, il y a un petit marché que je traverse en faisant les yeux doux aux fruits et légumes sur les étals.

Parfois, le vendredi soir, je fais le trajet retour chez moi à pied. Pendant un tout petit peu plus d’une heure, je lève les yeux et je regarde les façades des immeubles parisiens. Je découvre des ruelles toutes belles, des commerces originaux.

Et puis, le soir, une fois que les enfants sont couchés, j’aime me blottir sous un plaid devant une série. 

Un autre idée de la notion de « prendre du temps pour soi » avec des choses toutes simples.

Et vous alors, que faites-vous pour prendre du temps pour vous ? Vous y parvenez ? Quelle organisation mettez-vous en place pour le faire ?

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :