Confinement et prise de poste : bilan à 1 mois

Vendredi 13 mars, j’ai quitté mon petit bureau sans savoir que je n’y mettrai plus les pieds, même après le déconfinement. Le soir en rentrant, j’avais l’esprit léger car une soirée poker à la maison nous attendait. Nous avions déjà entendu parler de la distanciation sociale, des gestes barrières. Mais pas encore du confinement.

Confinement du jour au lendemain

Lundi 16 mars, nous étions plusieurs dans ma structure à avoir demandé à être en télétravail. Dans le courant de la journée, la nouvelle est tombée : ma structure fermait pour une durée de 45 jours.

Je ne savais pas encore à ce moment là que ma demande de changement de fonction serait acceptée. Nous avions discuté avec ma responsable de la manière dont nous pourrions faire un tuilage en présentiel si ma candidature était retenue. Elle devait me montrer où se trouvaient les différents éléments dans son bureau, sur son ordinateur, son classement de dossiers, ses tableaux de suivi…

Et puis, il y a eu le confinement…

Très rapidement, toute mon équipe a été mobilisée par des urgences, une enquête à réaliser auprès du réseau, un appel à projet à rendre dans les 15 jours, des demandes diverses et variées. Tout cela en plus de l’activité déjà en cours et du suivi des projets.

Nous avons toutes et tous bossé sans vraiment compter nos heures. Les visio conférence se sont enchaînées, les appels, les mails…

Mais le compte à rebours était enclenché…

Pendant les premières semaines, l’échéance nous paraissait encore bien lointaine. Mais, à 15 jours du départ de ma responsable et de ma prise de poste, nous avons commencé à avoir peur de ne pas avoir le temps nécessaire pour la passation. Et surtout, comment faire à distance ? Sans dossier ? Sans avoir de vision physique des choses ?

Nous avons alors décidé de bloquer une heure par jour pour travailler sur un point particulier, un dossier, une convention, un projet, la gestion de l’équipe, les partenariats… Elle a préparé des tableaux. Nous avons rempli ensemble une première demande subvention. J’ai rédigé un bilan d’action qu’elle a validé.

A distance, ce n’était pas évident mais nous avons bien avancé. Merci les nouveaux outils tels que Teams, Zoom et Skype !

Prise de poste en période de confinement

Le 11 mai, elle démarrait ses fonctions dans une nouvelle structure. Et moi, bah, j’ai sauté dans le grand bain !

J’avais peur de ne pas y arriver, de ne pas tout maîtriser, d’être prise à défaut par mon équipe. Je me suis mis une pression de dingue, j’ai bossé entre 11 h et 12 heures par jour, le week-end, les jours fériés…

Mais j’étais énormément bloquée dans ma prise de poste parce que je ne pouvais pas imprimer de document chez moi. Parce que je n’avais pas accès à l’intégralité de ma boîte mail. Que les dossiers physiques n’étaient pas tous disponibles en format numérique.

Il était donc temps de reprendre le chemin du bureau

Mais les enfants n’étant prioritaires pour une reprise des classes, je n’ai pas pu retourner au boulot tout de suite. Certains de mes collègues ont repris dès le 2 juin mais nous continuions à travailler ensemble à distance.

Et puis, en discutant en famille un soir, j’ai expliqué la situation aux enfants.

Il fallait que je puisse suffisamment leur faire confiance pour les laisser seuls une journée et retourner au bureau. Ils m’ont assuré que les devoirs seraient faits, qu’ils ne se chamailleraient pas, qu’ils ne passeraient pas trop de temps devant les écrans.

Retour au bureau.

Je suis donc retournée au boulot le 9 juin. Quand je suis arrivée dans les locaux, ils étaient encore bien vides. J’ai retrouvé ma collègue de l’accueil, mon super collègue responsable d’un autre département. Cela me donnait un peu l’impression de revenir après 3 semaines “de vacances”. Être là physiquement faisait oublier tout ce temps passé confinée.

En plaisantant, je leur ai dit que j’allais prendre mes nouveaux quartiers. Quand je suis entrée dans ce bureau, ça m’a fait bizarre. Lorsque je suis partie le vendredi 13 mars, ma responsable occupait ce bureau. Et puis d’un coup, elle n’est plus là. Ses affaires personnelles ont disparu mais tous les dossiers sont encore là. Les affiches n’ont pas bougé, il reste quelques unes de ses plantes.

Très vite, je me suis installée sur l’ordinateur et la journée a commencé sur des chapeaux de roues. Appels, mails urgents, réunion à distance… Je n’ai pas eu de temps libre de la journée.

Ce n’est qu’en fin d’après-midi que j’ai pu passer dans mon ancien bureau récupérer quelques unes de mes affaires, ma déco, mon fauteuil… et les mettre dans “mon” nouveau bureau.

Confinement et prise de poste - Egalimère

Je suis retournée au travail pour la 2ème fois depuis le confinement le vendredi 12 juin.

J’ai pris 20 minutes pour récupérer encore quelques affaires et les disposer ça et là dans le bureau. Je me sentais un peu plus “chez moi” après.

Je me rends compte que nous n’avons pas la même organisation avec mon ancienne responsable et je vais devoir reclasser tous ses dossiers “à ma sauce” pour me sentir vraiment opérationnelle.

Mais cela va nécessiter que je sois davantage présente au bureau et là, ça coince encore un peu niveau organisation familiale et professionnelle.

Un bilan plutôt positif

Un mois après ma prise de poste, je dois dire que je me sens soulagée. J’avais très peur de ne pas être à la hauteur de la tâche, de regretter d’avoir pris ces fonctions.

Nous avons assuré comme nous pouvions ce tuilage pendant le confinement. Mon ancienne responsable a été disponible et l’est encore en cas de besoin.

Mes collègues sont d’un soutien considérable et c’est très confortable pour moi de savoir qu’elles peuvent me décharger d’une rédaction à faire du jour au lendemain, d’une participation à un groupe de travail…

Le revers de tout cela, ce sont les heures passées à travailler et la fatigue qui en découle. Au fur et à mesure que le syndrome de l’imposteur diminue, la culpabilité gagne du terrain. J’en parle dans un prochain article.

Cette période est transitoire et j’espère que je vais trouver un rythme de croisière moins soutenu…

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :