Le 8 mars c’est toute l’année #10dumois

Lorsque j’ai proposé le thème le 8 mars c’est toute l’année pour ce rendez-vous #10dumois, je pensais qu’il était évident pour tout le monde. J’ai donc été surprise de recevoir quelques messages me demandant pourquoi ce thème, pourquoi le 8 mars, pourquoi parler de la journée de la femme ?

Je respire un grand coup à chaque fois que je lis ou entend la journée de la femme. Parce que cela porte à confusion de parler de “journée de la femme“. Un peu comme lorsqu’on parle de la journée de ceci, la journée de cela. Bien sûr, ces journées sont importantes pour sensibiliser l’opinion publique à de grandes causes (autisme, endométriose, violences faites aux femmes…). Mais aujourd’hui, je parle du 8 mars et de son amalgame. Parce que parler de “journée de la femme”, c’est ouvrir la porte à la récupération marketing, politique, médiatique. De quoi je parle ? Je vous explique.

Les offres spéciales femmes pour le 8 mars 

Voilà de quoi je veux parler quand je dis “récupération marketing“. Vous savez, toutes ces publicités que vous recevez aux alentours du 8 mars qui vous proposent des offres promotionnelles. Et puis, attention, pas des offres en rapport avec la défense des droits des femmes. Noooooon, on tombe en plein dans les clichés !

Le 8 mars c'est toute l'année

Le 8 mars c'est toute l'annéeLe 8 mars c'est toute l'année

Quelle chance on a, nous les femmes, d’avoir une belle journée comme ça ! Mais oui, une belle journée où on peut nous offrir des chocolats, des fleurs, du parfum. On peut même en profiter pour aller se faire masser, épiler, coiffer avec une belle réduction en plus !  Un vrai bonheur ce 8 mars pour les femmes vous ne trouvez pas ? Ah là, là, si seulement le 8 mars c’était toute l’année…

Vous trouverez d’autres exemples sur le site de Tout à l’égo : http://www.toutalego.com/2017/03/journee-internationale-des-droits-des.html

Le #stopmarketing8mars 

D’ailleurs, ça m’a tellement énervée de voir que ce phénomène marketing prenait de l’ampleur que j’ai voulu faire quelque chose. J’ai créé un petit macaron “Le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes #stopmarketing8mars“. Je l’ai ensuite apposé sur différentes publicités “pour les faaaaames” à l’occasion de leur journée.

Vous pourrez voir tout ça sur ma page Facebook ou sur Twitter – Instagram en suivant le #stopmarketing8mars

Il n’y a pas eu d’effets retentissants de cette tentative mais vous savez ce qui m’a fait plaisir ? C’est que toute la journée du 8 mars, j’ai été taguée sur des publications de ce genre. Que des lectrices et lecteurs m’ont fait parvenir des images pour que j’y appose le macaron. Même La fille Kamoulox a contribué en me faisant parvenir des images qu’elle a repris dans son article. Voilà ce qui m’a touchée, c’est de voir que vous avez été plusieurs à me suivre et élever la voix contre cette récupération marketing.

Les publications féministes qui fleurissent le 8 mars… et les autres jours ??? 

Le 8 mars c’est toute l’année pour moi. Mais le 8 mars, j’ai l’impression que toute une partie de mon fil d’actualité devient féministe. Une fois dans l’année, certaines personnes se rappellent que la moitié de l’humanité est composée de femmes. Et que cette moitié de l’humanité doit encore se battre pour défendre ses droits et faire progresser l’égalité professionnelle ou familiale.

D’un côté, ça me fait plaisir ce bel élan féministe. Mais d’un autre, cela me rend amère. Parce que, le restant de l’année, elles sont rares les publications qui défendent les droits des femmes. Peut-être parce que, parler égalité, sexisme, stéréotypes, violences, c’est se confronter à des réactions souvent très violentes, voire haineuses. Comme le disait Nadia Daam dans son article sur Slate.fr, la réalité des blogs féministes c’est ça : “Les femmes qui osent s’exprimer sur les droits des femmes ont généralement droit à des seaux de merdes, avec insultes, blagues immondes, voire menaces de morts à la clé.

Chaque personne agit à sa manière, au quotidien ou non, mais une chose est sûre, pour faire avancer l’égalité, ce n’est pas d’une journée dont on a besoin ! Non, pour faire avancer les droits des femmes, il va falloir du temps parce que le chemin est encore long.

Quelques chiffres (source : chiffres-clés de l’égalité) pour finir :

Selon le rapport du forum économique mondial (octobre 2016), l’égalité salariale sera atteinte en…2186 !

L’écart de salaire moyen entre les femmes et les hommes (tous temps de travail confondu) est de 24 %.

30,6 % des femmes actives travaillent à temps partiel contre 7,2 % des hommes.

A l’arrivée du 1er enfant, les femmes sont 27 % à réduire ou suspendre leur activité professionnelle. Ce taux passe à 72 % au 3ème enfant.

Seuls 3 % des bénéficiaires du congé parental sont des hommes.

Les femmes consacrent 3 h 52 tous les jours  – qu’elles travaillent ou non – au temps domestique.

Les femmes sont toujours moins de 30 % à créer une entreprise (62 % pour les hommes).

Chaque année, 216 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire intime (mari, concubin, pacsé, petit-ami…).

Voilà pourquoi, pour moi, le 8 mars c’est toute l’année !

Et maintenant, voici les participations sur ce thème

 

Et rendez-vous en avril pour le thème “Qu’est-ce qui cloche ?”

thèmes 10dumois de 2017 - Egalimère

Comments

  1. Répondre

    • Répondre

  2. Répondre

    • Répondre

  3. Répondre

    • Répondre

      • Répondre

        • Répondre

  4. Répondre

    • Répondre

  5. Répondre

    • Répondre

  6. Répondre

    • Répondre

  7. By Assoula

    Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire