Le respect du travail des autres

Un papier jeté par terre, un plateau repas non débarrassé, une personne âgée qu’on laisse avec son cabas trop lourd, une personne qui fait un malaise dont on ne s’occupe pas, un chemin qu’on indique pas… Si vous aussi vous n’en pouvez plus d’entendre comme justification à ces actes :  “Il y a des gens qui sont payés pour faire ça !“, n’allez pas plus loin dans la lecture de cet article car il va en regorger pour parler du respect des autres et de leur travail.

Un petit exemple de non respect

Dimanche dernier, nous décidons d’aller manger dans la cafétéria du coin, le genre qui propose un menu enfant avec des légumes à volonté et pas uniquement un hamburger-frites.

A côté de nous sont installés une mère de famille avec ses deux enfants à une table pouvant accueillir jusqu’à 8 personnes. Lorsqu’ils ont terminé leur repas, toute la table (les 8 places) ressemble à un champ de bataille, le sol est jonché de frites, pièces de puzzle, cannette de soda… La mère semble chercher du regard quelque chose alors je lui indique que les plateaux peuvent être remis sur les étagères mobiles qui se trouvent en face d’elle. C’est alors qu’elle prend un air des plus dédaigneux et me lance “Non, mais, y’a des gens qui sont payés pour ça !!!” avant de me tourner le dos et s’en aller…

Voilà, voilà, il y a des gens qui sont payés pour ça alors pourquoi débarrasser la table en remettant tout sur les plateaux avant de les déposer à l’endroit prévu à cet effet comme l’ont fait d’autres avant ? N’allons surtout pas risquer de mettre au chômage les employé-e-s de cette cafétéria en ramassant toutes les merdes ces petites choses que les enfants ont laissées au sol hein, il ne faut surtout pas qu’ils-elles soient payé-e-s à ne rien faire… Ce n’est pas comme si ils-elles avaient déjà de nombreuses tâches à accomplir entre la réception des colis, les inventaires, les mises en chambre froide, les préparations, le service, le nettoyage…  Ah ah, il faut bien que les salarié-e-s méritent leur paye en fin de moi alors allons-y gaiment et laissons tout derrière nous !!! Remarquez, elle n’est pas la seule à penser comme cela puisque le petit couple assis non loin fait la même chose (un peu plus proprement quand même…).

Ce qui me désolée, c’est que cette réflexion, j’ai l’impression de l’entendre de plus en plus souvent.

Alors je me suis demandée à quoi ressembleraient mes journées si j’arrêtais de faire des choses pour lesquelles je ne suis pas payée…

Je commencerais par dire à mon mari et mes enfants de ne plus rien faire chez nous : plus de coup de balai à la fin des repas, plus de chiffon passé sur les meubles pour retirer cette poussière, pas de rinçage de baignoire… puisque nous avons enfin trouvé la perle rare qui vient nous prêter main forte une fois par semaine pour le ménage… Bah oui, après tout, “Y’a quelqu’un payé pour ça !”.

Bazar

Illustration Mademoiselle Maman

Si mon fils était encore chez la nounou, je ne lui apprendrais pas la propreté, ni comment se tenir à table, ne m’occuperais pas de son éveil parce qu’elle serait un peu “payée pour ça !”

J’amènerais mes enfants à l’école et plutôt que de mettre le mouchoir avec lequel je viendrais d’essuyer le nez de mon fils dans une poubelle, je le jetterais au sol sans le ramasser… Bah oui, “Y’a des gens payés pour ça !”

J’irais prendre le RER et à la sortie, pareil, je jetterais mon billet au sol… Rappelez-vous, “y’a des gens payés pour ça !”

Lorsqu’une personne m’arrêterait dans le métro ou dans une gare pour me demander son chemin, je l’enverrais vers le point “information” parce que c’est là que sont “les gens payés pour ça !”

J’arriverais au travail et je refuserais de faire toutes les tâches qui ne sont pas expressément mentionnées sur mon contrat de travail… Non mais,  “Je ne suis pas payée pour ça !”

Lorsque je prendrais ma pause déjeuner dans notre coin convivial, je ne nettoierais pas le micro-onde une fois de temps en temps, je ne passerais pas un coup d’éponge sur la table, je laisserais mon assiette sale là… Après tout, “Il a quelqu’un payé pour ça !”

Je refuserais d’aider ma collègue à finaliser son Powerpoint de présentation pour son intervention parce que c’est une partie de son boulot et qu’ “elle est payée pour ça !”

Lorsque ma voisine me demanderait si je peux récupérer son fils à la sortie de l’école, je refuserais parce que “je ne suis pas payée pour ça !”

Si ma copine m’interrogeait sur son projet professionnel, je lui conseillerais d’aller voir un cabinet conseil en ressources humaines parce qu’après-tout, les consultant-e-s “sont payés pour ça !”

Lorsque mon âme sœur m’appellerait  pour me confier ses interrogations, ses doutes, ses peurs, je lui demanderais de prendre rendez-vous avec un-e psychologue parce qu’écouter et analyser, ils-elles “sont payé-e-s pour ça !”

Si vous avez un problème avec les paramètres de votre téléphone, ne me demandez rien et appelez votre assistance où les téléconseillers et téléconseillères sont “payé-e-s pour ça”

J’irais faire mes courses chez mon ami qui vend des surgelés ou dans le magasin bio du coin et je laisserais le caissier ou la caissière tout mettre dans mon sac parce qu’il-elle “est payé-e pour ça !”

Le soir, nous n’aiderions plus les enfants à relire leurs leçons pour s’assurer que leur apprentissage est en cours d’acquisition parce que “les instits sont payés pour ça !”

Quand j’amènerais mes enfants chez le médecin et qu’il me demanderait ce qu’ils ont, je répondrais “Mais c’est à vous de me le dire, vous serez payé pour ça !”

Lorsque j’irais au restaurant, je ne laisserais plus de pourboire à la personne qui nous aura servi-e-s parce qu’ “elle est payée pour ça !”

Lorsque je reprendrais une illustration pour mon blog, je ne prendrais même plus la peine d’en avertir les auteur-e-s, après tout, pour certain-e-s  c’est leur boulot et ils-elles “sont payés pour ça !”

Et puis, j’arrêterais de bloguer pour parler des inégalités, des stéréotypes, de la création d’entreprise parce qu’il y a des personnes qui sont “payé-e-s pour ça !”

Elle serait pas belle la vie  ?

Une vie où nous ne ferions que ce pour quoi nous sommes payé-e-s, une vie de chacun pour soi !

Parce que oui, si tout le monde arrête de faire quoique ce soit tant qu’il n’est pas payé, il y a fort à parier que dans mon entourage, beaucoup de gens qui ne me donneraient plus de conseils dans aucun domaine, plus de coup de main de quelque sorte que ce soit, plus d’indication sur un chemin à prendre ou un choix à faire, ne répondraient plus à mes appels, me laisseraient me débrouiller avec les paramètres de mon téléphone ou tout autre appareil électronique, laisseraient mes enfants avec leurs lacunes et leurs mauvaises manières, plus personne pour me dépanner les soirs de galère… Adieu sourires et moments conviviaux !!!

Je ne connais pas toutes les personnes qui pensent ainsi, elles ont sans doute leurs raisons mais elles restent obscures pour moi. J’ai été élevée dans des valeurs de respect des personnes, de ce qu’elles sont, de ce qu’elles font. J’ai donc du mal à comprendre ce genre de réflexion, du mal à comprendre qu’on ne puisse pas s’entraider même si cela n’est pas notre travail, même si cela nous prend un peu de temps…

Je pense qu’au contraire, nous avons toutes et besoin des un-e-s et des autres, que nous formons les maillons d’une chaîne qui nous permet d’avancer dans la vie. Que l’entraide, le respect et le soutien sont des valeurs essentielles pour vivre dans une société de plus en plus individualiste et violente.

Et si on remettait un peu de respect dans nos vies ?

Alors la prochaine fois que vous allez jeter votre mouchoir dans la rue, levez les yeux et cherchez une poubelle. Quand votre concierge vous remettra votre courrier, souriez et dites merci. Lorsque la personne à qui vous confiez votre enfant vous raconte sa journée, soyez reconnaissant-e pour toutes ces choses qu’elle lui apprend en vous permettant d’avoir l’esprit libre pour votre travail. Quand le médecin diagnostique une maladie, pensez à toutes ces années passées le nez dans les livres pour en arriver là…

Chaque profession regorge de personnes plus ou moins passionnées, des personnes qui se sont donné du mal pour en arriver là, des personnes qui assument la responsabilité de toute une famille, des personnes qui sont là parce qu’elles n’ont pas d’autre choix…

Peu importe qui elles sont, peu importe leur parcours, la moindre des choses qu’elles méritent, c’est qu’on les respecte, qu’on respecte leur travail comme vous aimeriez que le vôtre soi respecté !

Respect de l'autre

Auteur-e non identifié-e

Et la chanson, c’est cadeau pour que ce mot reste dans vos esprits : RESPECT !

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :