Mal des transports, comment le vaincre ?

Je crois bien que dans notre quête de la solution miracle pour vaincre le mal des transports, nous avons tout essayé. Le moindre trajet en voiture avec les enfants peut vite se transformer en galère. Nous avons eu des mauvaises surprises alors maintenant, nous anticipons. Je vais vous parler de nos essais dans cet article parce que, si vous aussi, vos voyages sont ponctués de « Haaaan, j’ai chaud » suivi d’un « Beurp », vous aurez peut-être d’autres conseils à nous apporter.

Attention, dans cet article, je vous parle de notre expérience, dont l’utilisation de médicaments. Avant de donner tout médicament à votre ou vos enfant-s, il est fortement recommandé de demander un avis MEDICAL, de bien lire les NOTICES D’UTILISATION et les CONTRE INDICATIONS.

Tout d’abord, un peu d’explications.

Le mal des transports, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit en fait d’un problème de coordination entre deux sources sensorielles différentes : la vue et l’audition, explique Jean-Louis Koeck, médecin à l’hôpital d’instruction des Armées Robert Picqué de Villenave-d’Ornon (Aquitaine). La source auditive “informe” cette zone du cerveau du fait que l’individu est en mouvement, alors que la source visuelle donne l’information contraire !” (Source : Sciences & Avenir)

En gros, notre cerveau reçoit deux informations contradictoires ce qui le perturbe. En réponse, il déclenche les signes que vous connaissez bien : sueurs, pâleurs, vertiges, nausées, vomissements…

Et voilà comment nos voyages se transforment en cauchemars…

Voyage en voiture et mal des transports

Des conseils pour lutter contre le mal des transports

Sur Internet, vous trouverez différents sites qui proposent des solutions diverses et variées pour lutter contre le mal des transports.

Je vais résumer ce que j’ai lu (sources principales laboratoires BOIRON , Top Santé, Sciences & Avenir…) :

  • Bien dormir la veille du départ,
  • Manger léger avant le départ et hydratez-vous,
  • Pensez à votre confort pendant le voyage, évitez les vêtements trop serrés, choisissez une position confortable,
  • Calez si possible votre tête pour limiter ses mouvements,
  • Laissez passer un filet d’air et respirez calmement et profondément,
  • Fixez un point à l’horizon,
  • Faire des pauses régulières,
  • Évitez la lecture ou de fixer votre attention sur des écrans,
  • Que le conducteur ou la conductrice ait une conduite souple.

Malgré ces conseils, nos enfants sont quand même sujets au mal des transports. Comme je le disais, je pense que nous avons tout essayé, avec plus ou moins de succès…

A la recherche de LA solution contre le mal des transports

La première fois que Loulou a été malade en voiture, nous étions loin de nous douter qu’il s’agissait du mal des transports. Il devait avoir à peine plus d’un an. Nous avons mis ça sur le dos d’une maladie, une gastro, un truc qu’il avait eu du mal à digérer… Mais quand cela s’est reproduit la fois suivante, nous avons vite cherché quelle solution serait la mieux adaptée pour un enfant. D’autant plus que Ti’Loulou est lui aussi sujet au mal des transports. Je vous laisse donc imaginer ce que peuvent donner nos voyages en voiture, en car, en avion, en train (nous n’avons pas encore pris le bateau avec les enfants)…

Car - voyage - vacances - mal des transports

Les bracelets acupression

Ils sont simples d’utilisation puisqu’ils se placent sur un point précis du poignet de l’enfant (un point d’acupression). Ils exercent une pression constante et promettent de prévenir et soulager les sensations de mal-être.

bracelet contre le mal des transports

Notre avis : il faut croire que nous ne maîtrisons pas bien les points d’acupression…

L’homéopathie

J’avais placé beaucoup d’espoir dans l’homéopathie parce que cela avait été assez efficace pour moi. Nous avons donc essayé les granules de Cocculine® dans des petites dosettes et celles de Gelsemium 15CH. Les granules sont à prendre la veille du départ, juste avant de partir et dès l’apparition des symptômes. (A partir de 18 mois)

Notre avis : à mon grand désarroi, cela n’a pas été très efficace pour nos enfants.

Le sirop

Sur les conseils de notre pédiatre, nous avons tenté le sirop Nausicalm. Le sirop se prend juste avant le départ (à partir de 2 ans – bien lire la notice et les contre-indications !!) et peut entraîner une certaine somnolence.

Notre avis : je n’ai pas constaté d’effet de somnolence chez nos enfants. La prise du sirop n’a pas empêché les vomissements.

Les recettes de grand-mère 

Nous avons entendu beaucoup de choses sur les remèdes de grand-mère pour lutter contre le mal des transports. Tester ces méthodes naturelles nous semblaient être une bonne alternative pour les enfants. Alors, au choix, nous avons essayé de mettre :

  • une feuille de basilic sur l’oreille,
  • un morceau de sparadrap sur le nombril,
  • du persil dans un mouchoir posé sur le ventre,
  • de l’huile essentielle de menthe poivrée sur un mouchoir…

Notre avis : grand-mère doit avoir d’autres astuces à nous donner parce qu’aucune n’a été efficace jusque là…

Le spray anti-mal des transports

Il s’agit d’un mélange d’huiles essentielles à vaporiser dans l’habitacle avant le départ.

Notre avis : déconseillé aux personnes sensibles aux odeurs. Je ne me souviens pas de la composition de ce spray mais nous n’avons pas supporté l’odeur. Nous avons finalement roulé les fenêtres ouvertes pour la faire partir sans renouveler l’expérience.

Le roll-on d’huiles essentielles

Découvert récemment, juste avant le départ en vacances de Ti’Loulou avec son grand-père mi-juillet. Il s’agit d’un mélange d’huiles essentielles à appliquer sur l’intérieur des poignets, tempes et cou, au niveau des trajets veineux. Application 1/2 heures et 1/4 d’heures avant le départ (PAS AVANT 3 ANS).

Huiles essentielles - mal des transports

Notre avis : Effet placébo ou efficacité réelle, en tous cas, Ti’Loulou n’a pas été malade en voiture. A voir avec le voyage en car pour l’aller et le retour en colonie, puis avec nous sur un trajet plus long en voiture.

A défaut de solution efficace contre le mal des transports

Jusqu’à présent, aucun de ces remèdes n’a été très efficace. Nous essayons toujours de mettre en application des bons conseils vus sur les sites (pauses régulières, repas léger, conduite souple…) mais cela ne suffit pas toujours.

Avec le temps, Loulou gère mieux les voyages en voiture et en car. Ti’Loulou est encore très souvent malade. Alors, pour éviter d’avoir de mauvaises surprises, nous anticipons chaque déplacement. Cela demande de l’organisation pour avoir différentes choses à portée de main mais cela nous évite maintenant de nous trouver pris au dépourvu.

Un petit seau dans lequel nous mettons un sac en plastique étanche

Le sac en plastique seul n’est pas très pratique pour les enfants. Pour peu que la fenêtre soit légèrement ouverte, le sac bouge, se ferme et c’est l’assurance d’avoir du vomi partout sur l’enfant et l’habitacle…

Le seau présente une ouverture plus large et surtout, il est rigide. Plus pratique donc. Quand il n’est pas possible de s’arrêter, on ferme le sac en plastique (étanche on a dit !) et on attend le prochain arrêt pour le jeter.

Autre solution, les sacs à vomi dont je vous avais déjà parlé dans CE BILLET

Des affaires de rechange et de quoi nettoyer à portée de main

Une mauvaise expérience nous a servi de leçon. Loulou avait rendu et en avait partout sur lui. Nous étions très chargés et quelle galère de devoir sortir les affaires du coffre de la voiture, prendre des vêtements, filer aux toilettes de l’aire d’autoroute pour le nettoyer et le changer… Du coup, nous avons toujours un petit sac à portée de main qui contient quelques affaires de rechange et de quoi nettoyer les enfants en cas de besoin.

En cas de vomi sur les sièges

Autre mauvaise expérience : s’il y a du vomi sur la ceinture de sécurité, pensez à la nettoyer AVANT qu’elle ne s’enroule… Parce que, sur le coup, on n’y pense pas vraiment mais quand on la déroule ensuite, SUPRIIIIIISE !!!! Sans compter les mauvaises odeurs qui vont persister.

Pour lutter contre les odeurs justement, il est possible de saupoudrer du bicarbonate de sodium (existe en petit flacon ou en petit sachet) qu’on laisse le temps de pouvoir nettoyer plus tard (avec du vinaigre blanc qui a aussi des vertus anti-odeur).

D’autres solutions ?

Je ne pense pas avoir expérimenté tout ce qui peut aider les enfants à lutter contre le mal des transports. Ni les adultes d’ailleurs…

Alors, si vous avez des bons conseils, des choses qui sont efficaces avec vos enfants, n’hésitez pas à les partager en commentaire !

Commentaires

  1. Répondre

  2. Par La Carne

    Répondre

  3. Par Magnork

    Répondre

    • Répondre

  4. Par Odile

    Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :