Témoignage de Delphine, Courtière en assurances

La semaine dernière, Magali inaugurait ce nouveau rendez-vous et je vous remercie pour vos différents retour très encourageants.

Nous allons donc continuer cette série d’interviews et sans plus attendre, vous faire découvrir Delphine, courtière en assurance, et son organisation familiale.

Bonjour,

En quelques mots, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours de courtière en assurances ?

Je m’appelle Delphine, j’ai 35 ans et je suis mariée et j’ai deux enfants. Nous habitons dans un petit village du sud de la France.

J’ai un parcours professionnel assez simple, j’ai lâché l’école avec mon BEP secrétariat. Après avoir enchaîné les petits boulots j’ai fait une formation dans l’immobilier. Je suis restée dans ce secteur pendant 12 ans. Pour mes enfants et parce que je n’arrivais plus à gérer la pression, je me suis reconvertie dans le courtage en assurances, depuis 3 ans.

Combien avez-vous d’enfants et quels sont leurs âges ? 

Mon grand a 7 ans et demi, le petit a 4ans. 

A la naissance de vos enfants, avez-vous pu bénéficier d’un congé parental (vous ou votre conjoint) ? 

Non nous n’en avons pas pris.

Pour quelles raisons ? 

Malheureusement nous ne pouvions pas nous le permettre financièrement. Nos enfants sont arrivés à des périodes compliquées pour nous, il a fallu concilier notre vie de famille et professionnelle dès la fin du congé maternité.

Quels sont les modes de garde pour vos enfants ?

Pour le grand, mon mari bossait de 14 h à 2 h du matin , il gardait le petit le matin, Mamie prenait le relais l’après-midi et moi le soir, nous avons eu une place en crèche quand il a eu 13 mois, juste à côté de chez nous, cela nous a simplifié la vie.
Quand je suis tombée enceinte du second, mon mari a changé d’emploi, il avait des horaires flexibles qui lui ont permis de s’occuper du grand qui venait tout juste de rentrer à l’école maternelle, surtout quand j’ai été hospitalisée (pendant 2 mois).
Quand j’ai repris le travail après mon congé maternité, c’est Mamie qui a pris le relais . Nous n’avons eu une place en crèche qu’aux 10 mois de mon petit dernier.
Aujourd’hui, mon mari et moi avons les mêmes horaires.
Ma famille nous aide beaucoup dans la gestion des enfants et c’est grâce à eux que nous pouvons nous retrouver, sans pour autant abuser, ils ont leurs vies et leurs activités. Nous pouvons nous reposer sur eux sans problème. Les parrains et marraines sont également très présents, un grand plus.

Est-ce que cela vous a paru compliqué de trouver une place en crèche ? Comment vous-y êtes-vous pris ?

Non je n’ai pas trop eu de problème pour avoir une place. Pour mon aîné je me suis inscrite sur une liste d’attente à 5 mois de grossesse, pour le second j’ai fait l’inscription à 1 mois de grossesse. Mais la place qui nous a été accordée n’était que pour 3 jours par semaine. Il a donc fallu que nous trouvions une solution pour les autres jours. J’en demandais déjà beaucoup à ma mère alors j’ai décidé de changer de boulot, de style de vie.
Un ami m’a proposée un poste à mi-temps et je pouvais prétendre à un complément de libre choix d’activité. J’ai démissionné et j’ai pu grâce à ce boulot m’occuper des enfants quand ils n’étaient ni à la crèche, ni à l’école. Je suis ensuite passée à 80% et je le suis toujours. Je ne travaille pas le mercredi après-midi, il est réservé aux garçons. Activités ou farniente, c’est comme ils veulent.

Votre employeur a-t-il mis en place des mesures pour favoriser l’articulation  de ses salarié-e-s ?

Non pas vraiment mais que ce soit dans l’immobilier ou aujourd’hui quand j’ai un problème avec les enfants mes employeurs ont toujours été compréhensifs.

Quelles mesures aimeriez-vous qu’il mette en place ?

Quand les enfants sont malades je voudrais pouvoir les garder, quitte à bosser à la maison. Les jours enfants malades ne suffisent pas toujours et prendre sur mes congés ça pose problème parle que pour les vacances j’en ai besoin pour les garder.
Mère enfant
Illustrations de Fanala du blog Bb en route

Comment faites-vous pour concilier votre vie professionnelle et votre vie personnelle ?

Je travaille du lundi au vendredi de 9 h à 18 h et le mercredi de 9 h à 12 h. Le matin, je suis minutée, même si je ne bosse pas très loin de chez moi. Mon mari s’occupe du petit déjeuner et moi de préparer les enfants. Ils vont ensuite chez mes parents car c’est super Papy qui les dépose à l’école à côté de chez nous et qui les récupère après l’école. Même si les enfants restent à la cantine ça évite l’étude et la garderie.
Le soir nous nous partageons entre la douche et le repas. Nous essayons au maximum de partager ce moment avec les enfants. Nous avons un rituel lorsque nous passons à table, chacun raconte sa journée à tour de rôle, ce qu’il a aimé et moins aimé. De cette façon, nous essayons de savoir si quelque chose ne va pas.

Quelles sont les mesures mises en place pour faciliter votre quotidien ? 

Le soir, c’est en général mon mari qui s’occupe de la douche du dernier et moi du repas mais ça peut aussi être l’inverse. Chez nous c’est 50/50, chacun apporte sa participation aux tâches ménagères : je fais les machines et mon mari repasse, le ménage c’est à deux, le coucher des enfants aussi. Nous nous soutenons beaucoup et quand l’un de nous est moins en forme, l’autre assure derrière.

Vous arrive-t-il de prendre du temps pour vous ? Pour votre couple ? Comment vous organisez-vous dans ces cas-là ?

Je suis une grande boulimique de concerts, cinéma et séries en tout genre. À l’arrivée des enfants, il a fallu ralentir mais je refuse rarement un concert et je peux me le permettre grâce au papa. Mon mari est mon second, mon double, si j’ai besoin de faire des courses, me balader ou sortir il s’occupe des enfants. Quand je suis fatiguée aussi, il m’offre la possibilité de recharger mes batteries. Je fais du sport le lundi et lui le week-end ou entre midi et deux. Quand il en a besoin, il a aussi ses moments. Nous essayons de partir en week-end à deux quand c’est possible ou nous faire des petites soirées cocooning quand les enfants sont couchés. Mes parents et ma sœur habitant la même maison familiale que nous, ils nous gardent souvent les enfants quand nous sortons. Et ça vaut tout l’or du monde : les enfants dorment tranquillement dans leur lit et nous les savons en sécurité.

Si vous aviez un conseil à  donner aux autres parents, quel serait-il ?

Je n’ai pas de conseil parce que chaque famille fait comme elle peut. Je sais que je suis une femme active avec un mari très présent pour les enfants et pour moi et j’ai la chance d’avoir ma famille pour m’aider quand je sature. Je crois que l’important c’est de ne pas avoir peur de demander quand on en a besoin car il ne faut pas oublier que nous, maman, avons deux journées.

Et pour finir la question bonus !

L’astuce “Mère parfaite” ?
A la rentrée scolaire, nous avons eu du mal pour canaliser les enfants le soir et que le coucher se fasse tôt et tranquille. J’ai mis en place un petit emploi du temps pour chacun avec des photos et des plages horaires. Depuis, plus de soucis, ils le respectent sans problème
L’astuce “Mère imparfaite” ?
Le petit Mac do télé pour les petits, quand Papa et moi avons besoin de souffler. Les enfants sont ravis.
Merci beaucoup Delphine pour ce témoignage très intéressant.

 

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  * 

Le témoignage de Delphine vous a donné envie de partager votre expérience en matière d’Articulation des Temps, envoyez-moi un mail avec vos coordonnées à l’adresse suivante : egalimere@gmail.com.
Signature Egalimère

 

Commentaires

  1. Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :