Les Faire Part de Gaspard

Ce sont parfois les envies ou les frustrations de la vie personnelle qui peuvent donner l’idée de se lancer dans une activité.C’est le point de départ des Faire Part de Gaspard, un univers haut en couleur…

 

Faire part et carte de naissance sur votre boutique Les faire-part de Gaspard

 

Bonjour,

En quelques mots, pouvez-vous nous dire qui vous êtes et quel est votre parcours ?

Je m’appelle Catherine, j’ai 47 ans et suis l’heureuse maman (solo) d’une petite fille que j’ai adoptée en Haïti en 2010 et qui a maintenant 6 ans.
Après un BTS édition en 1988, j’ai travaillé pendant 25 dans plusieurs maisons d’édition, des maisons connues et en tant que directrice technique lors de mon dernier poste. Je dirigeais un service de fabricants qui est l’interface entre les éditeurs et les imprimeurs. Cela implique une connaissance pointue des techniques d’impressions de papier bien sûr mais aussi d’autres supports, comme pour les présentoirs pour les librairies par exemple. Il faut aussi une bonne dose de diplomatie car les contraintes techniques ne font pas bon ménage avec la créativité des éditeurs.
Pour résumer, après une fusion avec une autre maison d’édition et un doublon de poste j’ai décidé de quitter mon entreprise pour finaliser la création de ma petite entreprise qui était déjà bien avancée.

A quel moment avez-vous décidé de vous lancer dans la création de votre activité et pourquoi avoir fait ce choix ?

Cela faisait déjà quelques années que je cherchais à changer de voie car je ne m’épanouissais plus dans mon entreprise pour plusieurs raisons :  la pression au bureau augmentait terriblement alors que les responsabilités diminuaient à cause de l’appartenance à un gros groupe d’édition et j’étais devenue maman, ma priorité était maintenant ma fille. J’aurais pu décider de changer de travail et de chercher à aller vers une autre maison d’édition… mais mon raz le bol était plus profond et je voulais prendre mon envol, mais comment ?

C’est lors de vacances en Sicile avec une autre maman adoptante que nous avons décidé de monter un projet ensemble. Au tout début j’étais sûre de ne plus jamais vouloir imprimer du papier !!!! Mais les envies de mon associée m’ont rattrapée et séduite car son envie à elle c’était de vendre des faire-part de naissance et d’adoption personnalisable en ligne. J’ai tout d’abord dit non… et puis je suis arrivée rapidement à la conclusion que mes compétences allaient forcément être un plus, autant que celles de mon associée qui travaille dans une banque. Et puis je n’aurai plus de patron, je travaillerai pour moi ce qui change tout.

Comment avez-vous fait pour passer de l’idée de création au projet ?

Nous avions toutes les deux eu des difficultés à trouver des faire-part pour nos adoptions respectives. Nous ne voulions ni l’une ni l’autre (sans nous concerter) quelque-chose qui stigmatise l’adoption, nous voulions rester simple et chic. Nous avons fini pour mon associée faire sa propre création et pour moi-même faire appel à une graphiste qui a su entendre mes attentes.

J’ai tout d’abord continué à travailler car nous ne savions pas combien de temps allait nous prendre cette création d’entreprise. Nous étions très enthousiastes et en quelques mois les grandes lignes éditoriales étaient définies, ce que nous souhaitions proposer aux clients, le type de créations, les services proposés. Le graphisme du site est très vite né, le hibou s’est imposé… Les faire-part de Gaspard était né.

 

Avez-vous pu bénéficier d’un accompagnement par une structure pour vous aider dans vos démarches, pour choisir le statut juridique le mieux adapté en fonction de votre activité, vous informer sur les aides à la création d’entreprise pour les femmes ?

Nous avons travaillé seules pour créer la société et avons choisi nous-mêmes le statut juridique. Nous étions des wonder woman et pensions pouvoir tout faire toutes seules ! Bon, nous avons changé d’avis et nous avons maintenant l’aide de notre comptable, un avocat et une attachée de presse qui nous aident sur les différents points pour lesquels nous n’avons pas les compétences.

Pour ma part, après avoir négocié un départ de mon entreprise j’ai pu bénéficier d’un outplacement qui est toujours en cours et qui m’a permis d’accélérer l’ouverture du site. Mon associée est toujours salariée et m’a donc laissé les rennes. Je dirige donc notre petite entreprise et je développe sa notoriété et son évolution avec l’aide de ma coach…

Lors de vos démarches, avez-vous senti qu’être une femme pouvait être un frein à la création d’entreprise ou au contraire un avantage ? Comment cela s’est-il manifesté ?

Je n’ai pas senti qu’être une femme posait plus ou moins de problèmes entre mes anciennes responsabilités et ma création d’entreprise. Quelle que soit la situation être une femme demande plus de travail pour être crédible, il faut s’affirmer plus, dire plus haut et fort pour être entendue. Cela ne devrait pas être ainsi bien sûr, malheureusement la parité n’est pas encore existante partout tant en terme d’égalité représentative au sein des comité de directions ni en terme de salaires. Dans mon poste et à ma dernière responsabilité nous étions 4 femmes et 1 homme au même niveau, les 4 femmes avaient un salaire de 20% inférieur à celui de l’homme… mêmes compétences… même âge.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées lors de la création de votre entreprise ?

Comme nous n’avions droit à aucune aide parce que nous étions toutes les deux salariées nous avons beaucoup cherché seules toutes les options disponibles. Pas d’ACCRE ou NACRE pour nous. Nous avons contacté malgré tout le CCI de notre région qui nous a orienté vers les bonnes démarches.

De quoi aviez-vous besoin pour vous lancer dans Les Faire Part de Gaspard ?

J’avais besoin d’en avoir par-dessus la tête de mon ancienne vie LOL ! Je plaisante mais ça a été vraiment un moteur. L’arrivée de ma fille aussi a été décisive. Et enfin monter le projet à deux était pour moi indispensable pour partager les moments stressants et aussi les joies. Et je suis toujours aussi ravie de partager cette expérience avec mon associée. Même si maintenant je suis celle qui gère la société nous avons toujours autant de plaisir à voir grandir notre marque, mon associée a été un vrai moteur.

Pouvez vous nous dire en quoi consiste cette activité ? 

Comme je l’ai dit plus haut nous proposons un site de faire-part naissance, adoption et naissance prématurée que le client peut personnaliser en ligne avec ses propres photos et textes. Nous avons un soucis de qualité et de service haut de gamme tout en rentrant dans des prix du marché. Chaque client est gérer comme s’il était le seul client de la marque et nous mettons un point d’honneur à apporter notre aide et des conseils dès que le client est en demande.

Comment faites vous pour concilier votre activité professionnelle et votre vie personnelle ? 

J’ai la chance de pouvoir travailler de chez moi. J’ai aussi la chance de pouvoir co-travailler dans un bureau que je partage régulièrement avec une autre petite entreprise qui est une maison d’édition ! Difficile de quitter ce monde impitoyable ! Du coup je gère mon emploi du temps comme je le souhaite. Après avoir déposé ma fille à l’école je me mets au travail immédiatement. Je gère les arrivées de commandes et le relationnel client le matin, je vais à l’imprimerie dès que les commandes sont prêtes et du coup je peux gérer ma vie de famille plus facilement. Le soir j’ai plus de temps pour m’occuper d’elle. Dès qu’elle dort je me remets au travail les jours de grande activité.

Quelles sont les mesures mises en place pour faciliter votre quotidien ?

J’ai du mal à répondre à cette question, je n’ai pas mis en place de choses particulière. J’ai gardé la nounou de ma fille qui me permets d’avoir des rendez-vous même en fin d’après-midi, mais qui me permets aussi d’emmener ma fille à la danse le jeudi après-midi. Je savoure cette liberté qui disparaîtra dès que j’aurai des salariés…. mais en attendant je peux le faire.

Quels conseils pourriez vous donner aux femmes qui souhaitent se lancer dans la création de leur activité ?

De beaucoup réfléchir aux conséquences d’une diminution des revenus. De savoir qu’on ne peut se rémunérer que longtemps après le début de l’activité. Un site de e-commerce demande des mois et des mois de travail avant de voir l’effet sur les ventes. En bref il faut beaucoup de patience et l’envie de se surpasser. Bien s’entourer dès le début : avocat et comptable, CCI, pôle-emploi, pépinières d’entreprises, coaching. Nous ne sommes pas tous entrepreneur dans l’âme et c’est vraiment quelque chose qui se construit avec le temps, toutes les aides sont les bienvenues.

Ne pas hésiter à rencontrer d’autres entrepreneurs pour partager son expérience.
Et puis il ne faut pas négliger l’image de sa société tant en terme de graphisme (logo par exemple) que de service client.

 

Si vous avez quelque chose à ajouter, c’est à vous !

Si vous avez une bonne idée et l’envie en vous de créer votre activité foncez ! Ne perdez pas confiance ou courage, c’est un processus qui prend du temps. et puis je vais être bateau mais l’honnêteté, la sincérité, autant de qualités qui se retrouvent dans ce que vous vendez.

Pour retrouver Les Faire-Part de Gaspard, vous pouvez vous rendre sur le blog, le site ou la page Facebook

 

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *
Si vous aussi vous avez envie de partager votre parcours de créatrice d’entreprise, vous pouvez m’envoyer vos coordonnées par mail egalimere@gmail.com ainsi qu’un lien vers votre site ou votre page FB.
Pour rappel : ces interviews n’ont aucune visée promotionnelle de l’activité des personnes interrogées. L’objectif est de communiquer sur le thème de la création d’entreprise par les femmes, d’apporter des informations et conseils.

 

Commentaires

  1. Répondre

    • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :