Continuité pédagogique et télétravail

Voilà maintenant près de 3 semaines que nous jonglons entre la continuité pédagogique pour les enfants et le télétravail pour moi. Après une première semaine passée à chercher nos marques, nous commençons enfin à trouver un rythme qui convient à toute la famille.

Une mise en route de la continuité pédagogique difficile

Le premier lundi du confinement, nous avons été jeté dans le grand bain de la continuité pédagogique sans avoir eu la moindre consigne. Nous nous sommes donc retrouvés du jour au lendemain avec 2 enfants à la maison, des devoirs à faire, un travail à assurer, les repas à préparer, les tâches domestiques à réaliser.

Je pensais naïvement que mes enfants étaient assez grands (13 ans 1/2 et presque 11 ans) pour travailler en toute autonomie.

Loulou, en 4ème, est habitué à s’organiser pour ses devoirs. Nous n’exerçons plus qu’un contrôle en fin de semaine sur ce qui a été fait, pas fait. Il nous a montré qu’il en était capable et il s’y tient.

Ti’Loulou, en CM2, n’a pas beaucoup de devoirs à faire à la maison depuis le début de l’année. Son enseignante leur donne essentiellement des choses à relire, des tables à réviser, une poésie à apprendre.

Un brin de bonheur - carnet à bonheur

Une présence parentale nécessaire

Mais force a été de constater que nos enfants rencontrent des difficultés de concentration sur une journée entière. Comme tous les autres enfants et nous aussi d’ailleurs.

Cette difficulté est exacerbée par différents types de tentations à la maison : un smartphone, une télé, une console de jeu, des bandes dessinées, des jeux, des jouets…

Donc, même s’ils se mettent sérieusement au travail, au bout de 15 minutes les voilà qui décrochent et sont attirés par autre chose. Si nous ne sommes pas auprès d’eux, nous ne voyons pas que l’un profite de notre manque d’attention pour jouer sur son ordinateur, que l’autre a récupéré un smartphone et regarde des vidéos.

Voilà pourquoi nous avons décidé, mon mari et moi, d’être présents à leurs côtés lorsqu’ils doivent travailler.

Une répartition de la continuité pédagogique

Mais, pour mon mari comme pour moi, il était hors de question d’y passer nos journées entières. S’il a dû cesser toute son activité professionnelle, il consacre une bonne partie de son temps à de la gestion administrative.

De mon côté, je suis en télétravail toute la semaine du coup. Je suis habituée à télétravailler une journée par semaine depuis près de 2 ans maintenant. Mais, en temps normal, je suis seule à la maison. Je n’ai pas à m’interrompre toutes les 15 minutes pour demander le silence, répondre à une question, expliquer une consigne, faire cesser les chamailleries…

Alors nous avons fait ce choix : je m’occupe des enfants le matin, mon mari prend le relais l’après-midi.

Horloge - Barcelone - Egalimère - Temps

La gestion du matin

Je me lève tôt, comme tous les jours quand je dois me rendre au travail, et commence à travailler dès 8 h 00. J’ai une grosse heure devant moi pour avancer sur des choses qui demandent une certaine concentration.

Quand les enfants se lèvent, vers 9 h en général, ils prennent leur petit déjeuner seuls. Une fois leur toilette faite, je fais une pause pour lancer les devoirs à faire.

Loulou reçoit toutes ses leçons via Pronote. Nous voyons ensemble ce qu’il a à faire, il m’indique la manière dont il va s’organiser pour la journée et file dans sa chambre.

Ti’Loulou reçoit chaque jour de la part de sa maîtresse un document avec des choses à voir, toujours sur les mêmes thèmes : un chiffre mystère à trouver, de la conjugaison, des sciences et vie de la terre, un texte à lire avec des réponses à fournir. Il s’installe en face de moi sur la table du salon et commence à travailler.

Télétravailler et assurer la continuité pédagogique

Du télétravail sans cesse interrompu

Pendant le restant de la matinée, je lis mes mails, y réponds, et me consacre à des choses qui ne demandent pas trop de concentration. Ti’Loulou a énormément de mal à rester en place quand il travaille. Il se lève souvent, parle énormément, a soif, a faim, pose des questions qui n’ont rien à voir avec ses cours…

C’est difficile de faire la part des choses. Si je me concentre sur mon travail, Ti’Loulou n’avance pas dans ses devoirs. Mais si je me consacre à Ti’Loulou, c’est mon travail qui n’avance pas.

D’un côté comme de l’autre, je me sens en sous-régime. Mais j’ai compris qu’il ne fallait pas qu’on se mette la pression, nous, les parents, et c’est pour cela que je fais des choses qui peuvent être interrompues.

L’organisation de l’après-midi

Après la pause déjeuner où tout le monde participe à mettre la table, débarrasser, nettoyer… nous prenons un petit temps en famille pour discuter.

Puis, on s’y remet. Là, je vais m’enfermer dans la chambre de l’un des deux enfants de manière à pouvoir passer mes appels téléphoniques ou participer à des échanges sur Skype. Mais aussi avancer sur les projets qui demandent de l’attention.

Télétravail et continuité pédagogique

Mon mari revoit avec les enfants le découpage de l’emploi du temps. Le temps des devoirs, le temps de pause, à nouveau devoir, goûter. Puis ils enchaînent sur un temps de loisirs avant de se mettre à la musique.

Nous arrêtons tout vers 18 h et c’est parti pour un sas de décompression : sport en famille, jeux, belote, fléchettes…

Voilà ce qui fonctionne chez nous

Pour en arriver là, nous avons bien tâtonné la première semaine. Comme je l’ai déjà dit dans une interview, seule, je ne pourrai pas concilier mon télétravail et la continuité pédagogique pour mes enfants.

Même s’ils sont autonomes ou en cours de le devenir pour Ti’Loulou, la présence d’un adulte est quand même nécessaire pour encadrer ces temps d’apprentissage. Pour répondre à leurs questions, chercher avec eux dans le dictionnaire, relire la leçon pour s’assurer que la consigne est bien comprise, corriger les erreurs de grammaire ou de conjugaison…

Niveau professionnel, tout le monde est bien conscient qu’on ne peut pas travailler 8 heures d’affilées. Pour autant, tout le monde fait ce qu’il a à faire. Chaque membre de mon équipe s’adapte en fonction de ses contraintes familiales ou personnelles et jusque là, tout se passe bien. On avance sur les projets, on communique tous les jours. Nous trouvons de nouvelles manières de collaborer, de partager nos dossiers, nos informations.

Continuité pédadogique et télétravail

Bientôt les vacances… confiné.e.s

Les vacances approchent et nous allons maintenir ce rythme puisque nous entrerons dans la phase des “vacances apprenantes”. Nous devions partir dans ma famille dans le Sud mais nous allons rester à la maison.

Le rythme sera sans doute différent, un peu plus cool, plus détendu. Nous savons déjà que l’enseignante de Ti’Loulou va poursuivre les envois de documents quotidiens. Les profs de Loulou quant à eux vont continuer à mettre des cours et devoirs sur Pronote.

Nous ne savons pas encore combien de temps tout cela va durer. On nous parle d’un retour en cours le 4 mai mais d’autres rumeurs circulent sur un confinement bien plus long.

Nous avons trouvé un rythme qui nous convient pour l’instant mais est-ce que ça va durer ? Est-ce que les enfants vont continuer à jouer le jeu de la continuité pédagogique sans rechigner ?

En attendant, on s’adapte au jour le jour.

Des ressources pour vous accompagner

Je suis bien consciente que ce qui fonctionne pour nous ne l’est pas pour tout le monde. J’ai lu de nombreux témoignages de “parents au bord de la crise de nerfs” à cause de cette continuité pédagogique :

  • des ressources à aller chercher à droite et à gauche
  • une charge de travail énorme pour les enfants
  • charge multipliée pour les parents qui ont plusieurs enfants à la maison
  • une charge également pour les parents d’enfants ayant des difficultés scolaires
  • charge exacerbée pour les parents d’enfants en situation de handicap
  • les parents solos qui ne peuvent compter que sur eux-mêmes
  • la culpabilité de ne pas “être à la hauteur” par rapport aux autres…

Face à toutes ces difficultés pour les parents, certaines personnes ont créé des groupes d’entraide sur les réseaux sociaux.

Diane Ballonad Rolland, créatrice de Temps et Équilibre, a créé un groupe d’entraide sur Facebook. Dans ce groupe, vous trouverez des partages de conseils, astuces, bons plans… https://www.facebook.com/groups/Sorganiserenteletravail/

NousToutes a créé un groupe WhatSapp “Confinement et parentalité” qui vous propose de recevoir chaque jour des idées d’activités et des conseils pour décompresser. Toutes les informations sont là : https://docs.google.com/document/d/1ElQF7EVO7iE_6pg-TKq0S_nqvONRv70c_1C4Stz4mYo/edit

Le Secrétariat d’État chargé de l’égalité etc. etc. a publié un “Guide des parents confinés” qui reprend des conseils de professionnel.le.s dans différents domaines. A lire ici : https://drive.google.com/file/d/1XxpfuBKAEYrUbpfKON5ArjAOadHAXILS/view

Commentaires

  1. Répondre

    • Répondre

  2. Par Magali L

    Répondre

    • Répondre

  3. Répondre

    • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :