Lecture : Brigitte devient féministe

Dans les blogs que j’aime suivre, il y a celui ci : Olympe et le plafond de verre. Juste avec son intitulé, vous comprendrez que ce blog aborde le sujet des inégalités femmes-hommes. Jusqu’à très récemment, je pensais qu’il était tenu par une femme qui s’appelait Olympe. Oups ! Olympe s’appelle en réalité Brigitte Laloupe et elle vient de sortir un roman graphique intitulé “Brigitte devient féministe”.

Et devenez quoi ? J’ai eu la grande chance de le recevoir et de pouvoir le lire un peu avant tout le monde.

Brigitte devient féministe

Lorsque j’avais vu lu le descriptif, j’ai eu très envie de le lire. J’avais hâte de découvrir cette histoire de petite fille qui devient féministe, de connaître le pourquoi, le comment.

Je trouvais que les illustrations étaient très belles en plus. Elles sont de Myriam Dal Molin que vous pouvez trouver sur Instagram .

Extrait de “Brigitte devient féministe” –
Texte de Brigitte LALOUPE – dessins de Myriam Dal Molin

Alors, quand le livre est arrivé, je me suis arrangée pour me poser au calme et me plonger dans l’histoire.

Et là, j’ai enchaîné les chapitres sans m’arrêter…

Tout me parle dans ce livre

Nous sommes à quelques années près de la même génération et j’ai trouvé plusieurs points communs entre ce récit et ma vie.

Son père qui travaillait à l’usine Michelin. Le mien dans une grande entreprise de sidérurgie.

Sa mère qui arrête de travailler pour se consacrer à son foyer et à l’éducation de ses enfants. Comme la mienne.

Une mère qui passe sa journée à laver, ranger, lessiver, préparer à manger… Comme la mienne. Mais toutes deux nous ont toujours dit de bien travailler à l’école pour avoir un bon métier et être autonome dans notre vie.

Le harcèlement de rue, les remarques sexistes que nous sommes nombreuses à connaître, hélas…

Extrait de “Brigitte devient féministe” –
Texte de Brigitte LALOUPE – dessins de Myriam Dal Molin

Et puis le féminisme en trame de fond

Dès le début du récit, Brigitte est intriguée par des petites phrases qu’elle entend. Des phrases telles que “c’est plus facile d’être un garçon”.

Elle se trouve ensuite confrontée à des situations qui lui font prendre conscience des inégalités filles-garçons, notamment via un concours de mathématiques dont elle est exclue.

Brigitte s’interroge sur l’éducation à la sexualité avec des planches illustrées dont le clitoris est le grand absent. Elle découvre les premières règles et les activités sportives interdites. La contraception et l’injonction à rester pure jusqu’au mariage…

Petit à petit, ses questions de petite fille deviennent autant de raison de s’interroger sur la place des hommes et des femmes dans notre société. Sur le rôle social attribué à chacun.e en fonction de son sexe. Les stéréotypes qui persistent et se renforcent parfois. Les inégalités face à l’emploi, à la contraception, à la culture.

Un plaidoyer pour le féminisme à mettre entre toutes les mains.

J’ai fermé ce livre en ayant envie de le faire lire à tout mon entourage. Mais je me suis vite rendue compte que finalement, il n’est pas adapté aux plus jeunes. En revanche, si vous avez dans votre entourage des jeunes filles ou garçons de 16-17 ans, ils peuvent s’intéresser à ce roman graphique.

Les plus jeunes pourront alors découvrir comment ça se passait “à l’époque”. Une époque pourtant pas si lointaine mais qui a marqué le début des grands mouvements de libération de la femme. Un bel hommage à ces femmes qui se sont battues pour nos droits, dont Simone Veil

Un livre pour rappeler que les combats menés hier sont encore d’actualité aujourd’hui même si, sur certains aspects, il y a de belles avancées.

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :