LITTLE IO, art et culture pour les enfants

Depuis l’école maternelle, les enseignants de notre ville ont toujours placé l’ouverture des enfants à l’art et la culture au centre de leur projet éducatif. Ainsi, mes enfants ont pu découvrir la peinture, la sculpture, la photographie… Lorsque nous allons dans les musées lors de nos voyages (Londres, Athènes), nous essayons de rendre ces visites ludiques mais ce n’est pas toujours facile. C’est en partant de ce même constat que la créatrice de Little IO a eu son idée d’entreprise.

 

little io art et culture

Bonjour,

En quelques mots, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J’ai étudié l’histoire de l’art à l’université, où je me suis passionnée pour les questions liées à l’iconographie : j’adorais trouver dans les textes classiques les clés de lecture des œuvres que je devais étudier ! Je me suis ensuite spécialisée en édition, après un an de stage, en recherche iconographique justement ! J’ai rencontré Diane de Selliers, avec qui j’ai collaboré pendant près de 15 ans en tant qu’éditrice pour une collection de livres d’art consacrés aux textes fondateurs illustrés. Je conçois le métier d’éditeur comme celui d’un « passeur » de savoirs, et les questions liées à la transmission culturelle m’ont peu à peu passionnée, faisant naître en moi l’envie de travailler pour un public d’enfants.

A quel moment avez-vous décidé de vous lancer dans la création de votre activité ?

Il y a trois ans, j’ai quitté les éditions Diane de Selliers pour créer io art&culture. Mon objectif était avant tout de travailler de façon indépendante, afin de concilier plus simplement mon activité et ma vie de famille, avec trois enfants qui étaient alors petits ! Je souhaitais poursuivre une activité de conseil en édition, et développer en parallèle un projet pour les enfants.

En quoi consiste Little IO ?

Little io propose aux enfants de découvrir au sein d’ateliers les mythes fondateurs à travers l’exploration de nombreuses œuvres d’art : peinture, sculpture, mais aussi musique, danse, cinéma ! Chaque héros donne lieu à une histoire contée s’appuyant sur de nombreuses citations des grands textes classiques qui ont fixé le mythe, et dont les enfants apprécient la poésie. Puis je propose aux enfants une ballade d’un tableau à un extrait d’opéra, en passant par un extrait de film ou une sculpture. Les enfants découvrent ainsi les mythes en s’initiant à l’histoire de l’art ! Des jeux et des chansons rythment l’atelier où les enfants s’expriment de façon très libre et réjouissante !

Little IO

D’où vous est venue cette idée ?

Je visite pas mal de musées avec mes enfants et leurs amis. À chaque fois la visite devient intéressante si l’on raconte une histoire. Celle d’un artiste ou d’un sujet. À partir du moment où l’enfant embarque dans une histoire –et les héros littéraires, religieux ou réels sont ô combien captivants- il s’intéresse à tout ce qu’on lui propose ! « Il était  une fois » est comme une clé magique pour ouvrir l’immense porte de la curiosité et de l’imaginaire des enfants. Tout devient alors possible : on raconte l’histoire de Pierrot et voilà qu’on arrive à écouter avec intérêt quelques minutes du « Pierrot lunaire » de Shoenberg, dont les dissonances ne sont pourtant pas évidentes pour des oreilles d’enfants !

Et comment avez-vous fait pour passer de l’idée à la création de votre entreprise ?

J’ai rencontré beaucoup de monde et pris de nombreux conseils ! Mon idée initiale était de concevoir un produit éditorial, une revue à laquelle les enfants seraient abonnés. Mais je voulais d’abord éprouver le contenu auprès de « vrais » enfants, et prendre le temps de concevoir quelques numéros sur quelques héros avant de me lancer. Mes enfants et leurs amis ont été le premier cercle, et j’ai adoré animer ces premiers ateliers, si bien que la formule s’est développée sur cette base, alors que dans mon esprit les ateliers ne devaient être qu’une phase temporaire ! Puis le bouche à oreille et un peu de communication m’ont permis de faire connaître les ateliers un peu plus largement, de les proposer aux écoles et aux institutions et même de développer quelques franchises. Reste maintenant à mettre en route la phase 2, c’est-à-dire le développement du produit éditorial qui permettra d’atteindre l’équilibre financier !

Avez-vous pu bénéficier d’aides telles qu’un accompagnement par une structure, d’aides financières spécifiques pour les femmes ?

Non mais je suis en train de m’activer sur ces questions de soutiens financiers et d’accompagnement, que j’ai découvert tardivement…

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées dans votre parcours de création ?

Les difficultés liées au fait de travailler seule d’abord, car j’aime travailler en équipe : le dialogue est énergisant et fertile, cela me manque beaucoup au quotidien. Je multiplie donc les rendez-vous et déjeuners avec des personnes qui peuvent m’aider à avancer dans mes réflexions. Et je travaille avec une stagiaire à temps partiel, étudiante en médiation culturelle, dont la présence est dynamisante.

J’ai créé cette activité sans véritable « plan » et en suivant un rythme qui peut sembler un peu lent à un entrepreneur aguerri, mais qui est mon rythme car je suis perfectionniste et prudente ! Mais le revers c’est que l’équilibre financier est encore loin d’être atteint !

La charge de travail est une autre difficulté car j’ai depuis un an une activité parallèle : j’ai accepté de prendre la direction des éditions Diane de Selliers et je suis très investie dans cette mission dont je suis fière et heureuse. Mais cela me mène à gérer trois vies : les éditions, Little io –qui a besoin d’être développé- et ma famille, ce qui fait que mes journées sont denses et mes nuits courtes !

Comment faites-vous pour concilier votre activité professionnelle et votre vie personnelle ?

Je ne sais pas ! Mon mari est très présent, et j’essaie d’avoir chaque jour un moment où j’arrête tout, ordinateur fermé et entièrement disponible pour les enfants. Il est vrai que je me remets souvent au travail lorsqu’ils sont couchés mais cela préserve une ambiance douce et harmonieuse.

Quelles sont les solutions mises en place pour faciliter votre quotidien ?

Les grands-parents vivent à 500km et notre budget baby-sitter est très limité. Pour faire face tout est donc question d’organisation : je suis la reine des listes et j’ai appris avec le temps à les suivre de façon efficace !

J’ai la chance d’avoir mon bureau à 15 minutes à pied de chez moi et je trouve sur mon chemin de quoi faire les courses chaque jour.

Et notre quartier est comme un village, nous y vivons depuis de nombreuses années et les enfants y vont à l’école ; nous avons dix personnes à appeler dans notre rue en cas de besoin, ce qui est rassurant !

Quels conseils pourriez-vous donner à une personne qui souhaite se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ?

Prendre son temps, définir son projet en l’éprouvant en situation réelle, et accepter qu’il évolue en fonction de cette expérience !

Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Je croule sous le travail et les responsabilités mais chaque jour je mesure la chance que j’ai de vivre librement et de faire un travail que j’adore. Partager la culture, l’art et la beauté avec les enfants est une expérience riche et magnifique ! Je rêve d’aller plus loin encore mais il me manque un coéquipier ou une coéquipière qui ait une vraie fibre commerciale pour assurer le succès de la phase 2 du développement de Little io. À bon entendeur !!

Merci beaucoup pour toutes ces informations sur votre parcours.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site Little IO où leur page Facebook.

 

Entreprendre au féminin

Pour rappel : ces interviews n’ont aucune visée promotionnelle de l’activité des personnes interrogées. L’objectif est de communiquer sur le thème de la création d’entreprise par les femmes, d’apporter des informations et conseils.
Si vous aussi vous avez envie de partager votre parcours de créatrice ou créateur d’entreprise, vous pouvez m’envoyer un résumé de votre parcours par mail egalimere@gmail.com ainsi qu’un lien vers votre site ou votre page FB.

 

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :