Ti’Loulou et les troubles de l’attention

Au retour des vacances de Noël, j’avais rendez-vous avec la maîtresse de Ti’Loulou pour la remise des livrets. Lors de notre échange, elle m’a fait part de ses remarques sur l’attitude de mon fils, notamment des troubles de l’attention, et me demandait si j’observais la même chose à la maison.

Ti’Loulou, l’enfant pressé…

Ti’Loulou a 9 ans 1/2 maintenant. Quand nous parlons de lui, nous disons souvent qu’il a tout fait très vite : il est né en 2 h 30, a marché à 10 mois, arrêté la tétine tout seul vers 2 ans en même temps qu’il est devenu propre… Il a un caractère assez “fonceur” et affirmé et en même temps, il est très sensible, a du mal à gérer la frustration, ne supporte pas de perdre.

Depuis son entrée au CP, nous avons souvent eu le même retour de la part des enseignant.e.s : il a du mal à rester concentré en classe, il fait les choses trop vite… Certain.e.s avaient pensé qu’il était précoce, d’autres qu’il avait besoin de canaliser davantage son énergie.

Il pratique le judo et le handball, a commencé la guitare cette année et nous pensions que ces activités étaient complémentaires et pouvaient l’aider à se défouler ou se concentrer. Mais lors de ce rendez-vous avec la maîtresse, quelque chose m’a fait dire qu’il fallait agir maintenant pour qu’il puisse continuer sa scolarité de manière plus sereine.

Des troubles de l’attention

Comme nous avions remarqué que Ti’Loulou écrivait la tête très proche sa feuille, nous avons pris rendez-vous chez l’ophtalmo. Mais les délais d’attente étant long, nous avons entre temps rencontré une orthophoniste/sophrologue pour les “troubles de l’attention”.

L’entretien a duré 1 h. J’ai assisté au début, puis je suis sortie le laissant seul avec elle. Je suis revenue la fin pour le retour de cette dernière. Pour elle, tout va bien. Ti’Loulou est resté attentif toute la séance, il s’exprime bien, a un bon recul sur les choses. Elle n’a pas jugé nécessaire d’entreprendre des séances de sophrologie pour qu’il canalise son énergie mais reste disponible à tout moment en cas de besoin.

Puis, nous avons vu l’ophtalmo. Elle a pratiqué les examens et nous a indiqué que Ti’Loulou n’avait pas forcément besoin de verres correcteurs. En revanche, il présente un “déficit de convergence” qui nécessite un bilan orthoptique suivi peut-être de séances de rééducation.

Là encore, entre la sortie de consultation et le rendez-vous avec l’orthoptiste, il s’est écoulé un certain délai. Mais bon, nous voilà enfin arrivés à la date de rendez-vous et là, tout s’est éclairé !

Et la lumière fût !

Pendant la phase d’anamnèse, elle nous a demandé ce qui nous amenait à la consulter, quelle attitude avait Ti’Loulou en classe, de quelle manière il se tient quand il écrit ou lit… Puis, elle a procédé à l’examen et a confirmé le déficit de convergence en revenant point par point sur ce que cela entraîne dans le quotidien de Ti’Loulou.

Comme il voit double de près, sa vision doit s’accoutumer et compenser. Du coup, il lit et écrit très près de la feuille en penchant la tête. De cette manière, un œil travaille plus que l’autre. C’est plus confortable pour Ti’Loulou mais cela n’arrange pas les choses puisqu’il compense.

Quand il relève la tête pour regarder au tableau par exemple, il voit trouble le temps que ses yeux fassent la mise au point. Ces va-et-vient entre le tableau et sa feuille fatiguent sa vue, il voit de plus en plus trouble et c’est là qu’il commence à décrocher son attention.

Lorsqu’il parle à un adulte qui lui demande de le regarder dans les yeux, il a du mal à le faire car, là encore, le déficit de convergence lui demande de faire un effort pour concentrer son regard. Du coup, il lui arrive de regarder ailleurs pour “se reposer les yeux”. Ce qui peut être interprété comme un manque d’attention (ou de respect pour certaines personnes).

Au niveau de la lecture, s’il ne suit pas les lignes avec un doigt, il peut sauter un mot, les inverser, passer une ligne. Il concentre donc son attention sur le “déchiffrage” des mots au détriment de la compréhension du texte.

Il est également plus sensible à la lumière, au soleil.

Il va donc commencer dès la semaine prochaine les séances de rééducation avec l’orthoptiste.

Le caractère héréditaire du déficit de convergence

Je suis sortie de cette consultation soulagée parce qu’enfin, nous avons pu avoir quelques explications sur certaines attitudes de Ti’Loulou. Alors non, ça n’explique pas tout non plus, il a aussi une part de responsabilité dans son attitude en classe. Mais comprendre ce que ce déficit de convergence engendre au niveau de sa vision, de ses postures et attitude nous a permis d’éliminer certaines pistes évoquées avec l’enseignante.

Et puis, il semblerait qu’il y ait un caractère héréditaire du déficit de convergence. Pendant l’entretien avec l’orthoptiste, alors que je la regardais bien droit dans les yeux, elle m’a demandé depuis combien de temps je n’avais pas fait de rééducation.

En 2 minutes, elle a vu que mon œil gauche “partait”, que l’effort de convergence me faisait larmoyer. Elle a procédé à un petit test rapide et là, je n’ai pu que constater que je vois trouble très rapidement quand elle approche un objet de mes yeux. Et non, tout n’est pas dû à mon âge !!! J’ai moi aussi besoin de quelques séances de rééducation.

Un diagnostic pas toujours posé par les ophtalmo

J’ai été très étonnée car, en effet, j’avais fait de la rééducation il y a fort longtemps (je devais avoir 25 ans, j’en ai quasiment le double). Depuis, plus aucun.e ophtalmo ne m’a prescrit de séance. Je suis bien suivie pour ma vue, les verres progressifs sont trèèèèès confortables MAIS ne font pas tout. Il semblerait que beaucoup passent “au travers” de ces diagnostics alors peut-être que ça vaut le coup de poser la question lors des consultations.

Donc voilà, tout ça pour expliquer que nous n’avons jamais pensé à l’orthoptie pour Ti’Loulou. Et pourtant, quand elle m’a expliqué l’impact sur sa vie quotidienne, j’ai réalisé que si nous ne l’avions par rencontrée, nous aurions peut-être poursuivi nos “investigations” dans une mauvaise direction.

Crédit Photo @Nana Cam Photos

Vers la fin des “troubles de l’attention”

Son trouble de l’attention n’est peut-être pas le signe d’une précocité, d’un ennui en classe, d’un besoin de suivi psychologique ou avec la sophrologue. Nous allons commencer les séances et faire un bilan à la fin des 10 consultations prescrites. En cas de besoin, nous poursuivrons pour la consolidation.

En parallèle, nous tenons son enseignante informée de nos démarches et continuons à échanger avec elle sur l’attitude de Ti’Loulou en classe. Nous verrons donc si ces séances ont un impact positif sur sa concentration, son attention, sa compréhension des textes.

Commentaires

  1. Par Julie

    Répondre

    • Répondre

  2. Par steve

    Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :