Les Créations de Marie, passion bijoux

C’est par le biais d’un concours organisé par La mère Instit, Mère Imparfaite, que j’ai découvert Les Créations Marie et le parcours de sa créatrice, Marie donc.

J’ai eu envie d’en savoir un peu plus et elle a bien voulu partager son expérience de créatrice d’entreprise.Les créations de MarieBonjour Marie, 

En quelques mots, pouvez-vous nous dire qui vous êtes et quel est votre parcours ?

Je m’appelle Marie. J’ai 34 ans et je suis Maman de deux enfants.
Après un BTS Assistante de Direction, je suis entrée dans la fonction publique territoriale en emploi jeune. Au bout de 5 ans, j’ai été titularisée.
A la naissance de mon premier enfant, j’ai pris un congé parental pendant 10 mois. J’ai repris à temps partiel.
Lorsque ma fille est née, je pensais faire la même chose mais finalement, j’ai pris les 3 ans pour être au côté de mes enfants et profiter de tous ces premiers moments avec eux.

A quel moment avez-vous décidé de lancer Les Créations de Marie et pourquoi avoir fait ce choix ?

Lors de mon congé parental, je me suis mise à créer des bijoux. Je créais notamment des bijoux pour la SPA à titre bénévole qui étaient vendus au profit de cette association et ils avaient un grand succès.
Encouragée par ma soeur, j’ai créé des bijoux pour le Téléthon dont tous les bénéfices ont été versé à l’organisme qui gère cette action également.
Mon entourage m’a conseillé de ne pas m’arrêter là et ma sœur a créé la page Facebook “Créations de Marie”.
Là, je n’ai pas compris ce qui se passait, il y a eu rapidement des likes, des partages de ma page et j’ai commencé à avoir des demandes pour créer des bijoux personnalisés.
Cette activité a pris de l’ampleur après le lancement d’un concours.
La fin de mon congé parental approchait, je pensais reprendre mon emploi à mi-temps et me consacrer à mon activité en dehors mais j’avais aussi envie de continuer à passer du temps avec mes enfants.
J’ai donc fait le choix de me mettre en disponibilité et de me lancer sous le statut d’auto-entrepreneure.

Comment avez-vous fait pour passer de l’idée de création au projet ?

J’ai toujours eu un esprit créatif. J’ai créé des bijoux au départ pour moi, ma sœur, mes amies… Et puis tout s’est enchaîné à partir de la page Facebook.

Avez-vous pu bénéficier d’un accompagnement par une structure pour vous aider dans vos démarches, pour choisir le statut juridique le mieux adapté en fonction de votre activité, vous informer sur les aides à la création d’entreprise pour les femmes ?

Non, j’avoue que tout s’est fait assez facilement pour moi. J’ai pu bénéficier des conseils de mon entourage car certaines personnes étaient déjà auto-entrepreneurs. Elles m’ont aidée à remplir le dossier en ligne.
Je n’ai pas été accompagnée par des organismes même si j’avais entendu parler de la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Lors de vos démarches, avez-vous senti qu’être une femme pouvait être un frein à la création d’entreprise ou au contraire un avantage ? Comment cela s’est-il manifesté ?

Ni un frein ni un avantage. Je crée des bijoux pour une clientèle féminine essentiellement. Mon fournisseur est une femme avec laquelle je m’entends très bien et qui a été très aidante à mes débuts. Elle m’a proposé des facilités de paiement des marchandises, m’a donné des conseils pour mes créations, pour mes ventes. Entre femmes, on se soutient !

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées lors de la création de votre entreprise ?

Pour faire augmenter mon chiffre d’affaires, il faut que je vende. Les commandes via Facebook ne suffisent pas et j’ai donc voulu me lancer sur les marchés, les foires, les salons. Mais au début, quand on n’y connaît rien, ce n’est pas facile de savoir où ça se passe, comment s’inscrire, quelles personnes contacter…
Un autre aspect, c’est la couverture sociale. En m’étant mise en disponibilité, j’ai perdu tous mes droits à la sécurité sociale. Je bénéficie d’une couverture par le biais du RSI mais les démarches sont longues et prennent beaucoup de temps.
J’ai également dû gérer des difficultés personnelles sur lesquelles je ne reviendrais pas ici.

De quoi aviez-vous besoin pour lancer Les créations de Marie ?

De créativité essentiellement ! Pour la matière première pour la réalisation des bijoux, comme je le disais, j’ai eu la chance de trouver une fournisseuse très sympa qui m’a proposé d’échelonner mes règlements. Je n’avais pas tellement d’apports personnels et il fallait donc que je fasse attention à mes dépenses, d’autant plus que je me retrouvais seule avec mes deux enfants.
J’ai eu beaucoup de mal à obtenir des informations sur les marchés, les foires, les expositions alors que c’est essentiel pour mon activité professionnelle. Si j’avais pu avoir dès le début des informations à ce sujet, j’aurai perdu moins de temps.
Mais bon, toutes ces expériences sont enrichissantes, c’est comme ça qu’on apprend. Au début, on balbutie mais plus ça va, plus j’arrive à nouer des contacts et à force, je sais ce qu’il faut faire et comment m’y prendre.

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste cette activité ? 

Je propose de la création de bijoux artisanaux. Même si je propose des modèles; mes clientes peuvent choisir de changer tel ou tel composant afin de personnaliser ces créations et de faire quelque chose qui corresponde à leurs envies, à leur personnalité. Les modèles deviennent alors unique et c’est, je pense, ce qui fait que mon travail est apprécié et recommandé.

Les créations de Marie

Comment faites-vous pour concilier votre activité professionnelle et votre vie personnelle ? 

Comme je travaille depuis la maison, je choisis mes horaires de travail.
Mes enfants vont à l’école le matin. Je les récupère à midi, je passe l’après-midi avec ma fille pendant que mon fils retourne à l’école. A 16 h 30, nous sommes tous ensemble.
Lorsque je pars sur des salons, des marchés, des expositions, ma mère, ma famille ou mes ami-e-s s’occupent des enfants. C’est une chance d’habiter à proximité de la famille et de pouvoir compter sur l’aide de mes proches.
Je suis une Maman Poule comme on dit. Je fais passer le bien-être et le bonheur de mes enfants avant le mien. Quand ils sont là, je suis à 100 % avec eux.
Comme je n’ai pas besoin de beaucoup de sommeil, je profite de mes soirées et de mes nuits pour travailler.
Je m’occupe de l’entretien de la maison sur les temps du déjeuner ou de la soirée.
Le matin, quand les enfants ne sont pas là, je gère l’administratif, l’envoi des commandes, les achats auprès de ma fournisseuse…

Quelles sont les mesures mises en place pour faciliter votre quotidien ?

Pas vraiment de mesure mais de l’anticipation ! Lorsque je dois me rendre sur un salon, un marché ou une exposition, je dois être sûre que quelqu’un pourra s’occuper de mes enfants. C’est une condition sine qua none ! Ma famille et mes ami-e-s sont généralement mis à contribution pour cela.
Pour le reste, je m’organise pour créer les bijoux, gérer l’administratif et les envois en fonction du temps de présence de mes enfants.

Quels conseils pourriez vous donner aux femmes qui souhaitent se lancer dans la création de leur activité ?

Créer son activité ne se fait pas aussi facilement pour tout le monde. Mon activité est fluctuante. Il y a des mois où je travaille bien, où je fais un bon chiffre d’affaires mais des mois où j’ai peu de commandes. Il faut donc anticiper ces mois “sans” et pouvoir mettre de l’argent de côté pour ne pas se retrouver dans une situation financière catastrophique.
Il faut également savoir que, pendant quelques temps, la création de son activité prend toute la place dans sa tête. Mes amies me disent que j’ai changé et quelque part, c’est vrai. Je me rends compte que je pense tout le temps à mes créations, que je réfléchis beaucoup au lendemain. Si mon activité ne me permet plus d’assurer une sécurité financière à mes enfants, je reprendrais mon ancien poste dès qu’il le faudra.
Pour l’instant, je vis correctement de mon activité, je fais ce qui me plait, je peux profiter de mes enfants mais je suis consciente que tout peut s’arrêter demain.
J’ai fait de ma passion mon métier, j’ai de la chance de pouvoir en vivre.Mais avant de se lancer, il vaut mieux se renseigner. Je sais que si ça ne marche pas, je peux retourner dans la fonction publique territoriale. Mais tout le monde n’est pas dans ma situation.

Retrouvez donc Marie et ses créations sur sa page Facebook 

 

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *

Si vous aussi vous avez envie de partager votre parcours de créatrice d’entreprise, vous pouvez m’envoyer vos coordonnées par mail egalimere@gmail.com ainsi qu’un lien vers votre site ou votre page FB.

Pour rappel : ces interviews n’ont aucune visée promotionnelle de l’activité des personnes interrogées, l’objectif étant de communiquer sur le thème de la création d’entreprise par les femmes, d’apporter des informations et conseils.

Commentaires

  1. Par Anonyme

    Répondre

    • Répondre

    • Par Anonyme

      Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :