Déconnexion #10dumois

Ahhh, les voilà, elles sont ENFIN là après des mois passés la tête dans le guidon : les vacances !!! Après cette année ultra-connectée pour cause de télétravail, continuité pédagogique, je ne rêve que d’une chose : de déconnexion !

Des vacances pour me retrouver, nous retrouver

Je ne sais pas comment ça s’est passé pour vous mais chez nous, les temps passés sur les écrans ont explosé. Ah ah, je ris en pensant à tous nos vieux principes parentaux à base de règles sur l’utilisation des smartphones et jeux vidéo.

En fait non, je ne ris pas, je pleure parce qu’aujourd’hui, je me rends compte à quel point il est difficile de faire marche arrière avec les enfants.

Avant le confinement

Je me rappelle très bien ce jour où, juste avant les annonces du président, notre fils aîné avait donné rendez-vous à un copain pour se rendre au skate parc. Nous ne savions pas encore à quoi nous attendre et entendions tout et son contraire sur le Covid. Nous avions donc demandé à notre enfant d’annuler cette sortie en lui indiquant que nous préférions rester sur nos gardes face à ce virus.

Frustré, Loulou s’est alors énervé après nous en nous disant : “Vous croyez trop que c’est la fin du monde, qu’on va tous mourir avec ce virus. Pourquoi je peux pas aller avec mon copain alors que je l’ai vu hier et que vous n’avez rien dit ? Vous me privez de ma vie sociale !!!”.

Il n’a pas rejoint son copain. Le soir même, nous apprenions que nous étions confinés pour 15 jours (bien plus en réalité mais à ce moment là, nous ne le savions pas encore)…

De longues semaines sans sortir…

Du jour au lendemain, nous voilà donc contraints d’organiser nos vies professionnelles et familiales en ajoutant une charge non négligeable de continuité pédagogique.

Il a fallu mettre en place de nouvelles modalités de fonctionnement, de nouvelles règles et surtout, trouver comment assurer des réunions en visio dans le calme avec deux adolescents surexcités.

Télétravail et continuité pédagogique

La solution de facilité a été, une fois les leçons et devoirs réalisés, de les laisser regarder des séries à la télévision, jouer en ligne, échanger sur messagerie avec les copains et les copines.

J’étais sur une prise de poste, je travaillais comme une dingue pour me mettre à niveau et je n’ai pas vu ce qui se passait pourtant sous mes yeux.

En quelques semaines, mes enfants sont devenus accros aux écrans.

Des changements d’habitudes

La fin du confinement signifiait pour moi un retour à une vie sociale, retrouver les amies, sortir, aller au cinéma…

Mais, pour les enfants, il en était autrement. Ils ne ressentaient pas le même besoin et préféraient rester enfermés à la maison plutôt qu’aller rejoindre les copains.

Je ne comprenais pas ce manque d’envie de sortir alors même qu’au début du confinement un refus de sortie nous avait valu des échanges enflammés avec Loulou.

C’est en échangeant avec ce dernier que j’ai compris. Avec cette longue période de confinement, leurs vies sociales se sont développées via les jeux vidéos et les plateformes de discussion en ligne.

Fortnite

Des vies sociales à distance

Un jour, Loulou nous demande s’il peut aller déjeuner avec son meilleur ami. J’étais très heureuse qu’enfin, il sorte et aille retrouver un copain “en vrai”, avec des échanges en direct. Il est parti vers 11 h 45 et je lui ai souhaité une bonne après-midi. A 13 heures 30, il était de retour à la maison sous mon regard médusé.

Là, il m’explique qu’ils ont déjeuné, discuté ensemble et qu’ils avaient l’un et l’autre de rentrer. Ils ont passé le reste de l’après-midi à échanger via la plateforme de discussion en ligne.

Leurs relations ont changé. Leurs manières de discuter ne sont plus les mêmes. Du réel, ils sont passé au semi-virtuel et il n’est pas facile pour eux de changer ces nouvelles habitudes.

Comment se passera la déconnexion ?

Pour moi, elle sera facile et nécessaire. Je n’en peux plus de cette ultra-connexion depuis plus d’un an. J’ai envie de renouer avec la simplicité des échanges. Je veux voir des gens et leur parler “en vrai” (dans le respect des gestes barrières). J’ai envie de nature, de ballades, d’en prendre plein les yeux avec des paysages…

Pour les enfants, j’imagine que cela va être beaucoup plus compliqué. Ils arrivent à un âge où ça commence à être la honte de partir avec les parents. Un âge où les copains passent en priorité et les besoins de garder le lien sont importants.

Aller voir nos familles va être d’un ennui sans nom pour eux. Partir ensuite tous les 4 nous vaut déjà des soupirs et des yeux levés au ciel à l’annonce de ce que nous aimerions faire ensemble.

Pourtant, j’ai envie de leur offrir une parenthèse loin des écrans. J’aimerai que ces vacances soient pour nous l’occasion de nous retrouver. Que nous prenions du temps ensemble loin de la course métro-boulot-tâches domestiques et parentales-dodo.

Que cette déconnexion nous permette de jouer à nouveau en famille, de rire, d’aller regarder les étoiles allongés sous des couvertures.

Qu’elle nous permettre de vivre pleinement ces moments si précieux en famille car bientôt, ils ne seront plus que des souvenirs…

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :