Consommer autrement #10dumois

Depuis quelques temps, nous nous sommes mis à consommer autrement, notamment en matière de zéro déchet. Depuis cet article de 2019, nous avons également changé quelques habitudes avec les éponges lavables et des cotons-tiges en silicone.

Mais, consommer autrement, c’est aussi revoir nos habitudes et, en cela, la crise sanitaire actuelle nous a permis de réaliser certaines choses, notamment en termes de gaspillage alimentaire.

La sur-consommation et le gaspillage alimentaire

Faire les courses peut être une corvée pour certain.e.s personnes mais j’avoue que j’aime bien me balader dans les supermarchés avec un caddie. Je prépare toujours une liste de course pour le mois mais, comme la plupart d’entre-vous sans doute, je résiste rarement aux tentations. La petite promotion sur le fromage par ci, la nouveauté dans les desserts au soja, le lot de pâtes feuilletées…

Nutella -Offres promotionnelles - Egalimère - consommer autrement

Je sors donc avec un caddie qui déborde et j’entasse tout ça dans mon réfrigérateur.

Mais voilà : à trop remplir ce dernier, nous avions tendance à consommer ce que nous voyions en premier. Et donc, vous le voyez venir : une bonne dose de gaspillage alimentaire dont je ne suis pas fière du tout.

Consommer autrement en temps de confinement

La limitation des accès aux grandes surfaces pendant le confirment et les bugs répétés des commandes internet m’ont conduite à faire les courses dans les petites surfaces du coin.

Cela signifie donc des petits endroits où on ne trouve pas de tout, où seul un panier de courses est mis à disposition et les tentations beaucoup moins nombreuses.

J’ai donc dû limiter mes achats à ce que je pouvais porter et commencer à faire les courses pour la semaine et plus “en gros”.

Mais, en cette période de changement de poste et de télétravail entre 10 et 12 heures par jour, j’avais tendance à préparer toujours les mêmes choses, histoire de parer au plus vite et de satisfaire aux goûts des ados de la maison.

C’est là que c’est posée la question de diversifier nos menus

La question des menus a toujours été un casse-tête et je ne suis pas du tout du genre à anticiper sur la planification des repas sur la semaine.

Là, en période de confinement, il fallait penser menus midi ET soir. Déjà que j’avais tendance à faire un peu tout le temps la même chose, j’étais bien à court d’idée.

C’est en échangeant sur Instagram que Mel m’a donné une idée toute simple : prévoir les menus en famille, avec des plats que peuvent préparer les enfants.

Mais comment je n’y avais pas pensé plus tôt ???

Bah, c’est simple : je suis la seule à prévoir les repas et à cuisiner la semaine en raison des horaires de travail et des activités des un.e.s et des autres. Mais là, en étant ensemble à la maison, sans loisir, c’était l’occasion rêvée de tenter cette nouvelle organisation.

Je me suis donc lancée ce défi parce qu’après-tout, pourquoi cette charge mentale supplémentaire lié au confinement devrait reposer uniquement sur moi ?

Donc, bingo, l’après-midi même je réunissais les hommes de la maison en leur mettant un planning sous les yeux. L’objectif était non seulement de définir les menus du midi et du soir pour toute la semaine, mais aussi de répartir les tâches. En gros, qui pouvait préparer des “pâtes à la papa”, des croques-monsieur salade, du poulet au curry et quand ?

Tout le monde a joué le jeu et nous avons ainsi pu prévoir des plats pour les 15 jours à venir.

Bilan de cette façon de consommer autrement

Pour l’instant, je ne vois que du positif :

  • Avec ces menus, c’était plus simple de faire les courses,
  • Dans cette petite surface, plus rapide avec moins d’aliments non prévus,
  • Même si quelques produits sont plus chers, une baisse du budget alimentaire puisque moins d’achats “tentation”,
  • Un réfrigérateur mieux rangé et ordonné,
  • Beaucoup moins de gaspillage alimentaire (et là, on est assez fier.e.s !),
  • On alterne mieux les légumes et la féculents parce que répartis sur la semaine,
  • On a aussi retrouvé nos paniers bios depuis la fin du confinement donc retour des légumes et fruits frais et de saison,
  • Pour les enfants, une nouvelle responsabilité et des plats choisis et préparés par chacun d’eux. Donc, moins de “j’aime pas”, “c’est pas bon”,
  • Et surtout, une autre répartition des tâches domestiques et un allègement de la charge mentale !

Même si les enfants ne font plus régulièrement les repas, j’avoue que rentrer après une grosse journée de boulot et les voir en cuisine, ça me fait toujours son petit effet.

Je ne sais pas si nous allons tenir dans la durée mais, pour le moment, je n’y vois que des avantages ! Donc, moi qui n’était pas du tout dans la #Teammenus je remercie Mel de m’avoir encouragée à le faire.

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :