Déconfinement, nouvelle organisation familiale

En faisant le bilan à 1 mois de mon nouveau poste, j’ai réalisé que cela coinçait encore au niveau de l’organisation familiale et professionnelle. La période de confinement et de télétravail n’a pas été simple, la reprise en présentiel avec le déconfinement ne le sera pas non plus !

Confinement, télétravail, continuité pédagogique, tâches domestiques et familiales…

Être à la maison en télétravail, c’est ne pas être disponible à 100 % pour les enfants. Et ça, soit ils ont du mal à le comprendre, soit ils en profitent.

Il faudra que je rédige un article sur “les pires moments de solitude en visioconférence avec des enfants” parce que j’ai vécu des situations bien cocasses pendant ce confinement.

Même si nous avons mis en place une organisation familiale pour assurer la continuité pédagogique pendant le confinement, il y a eu du changement avec la reprise du travail pour mon mari.

Pour faire court, je me suis retrouvée seule à la maison avec les enfants jusqu’à 20 h 30 tous les jours. Donc, en plus de la pression que je me mettais pour le travail, je me mettais la pression pour tout le reste.

Forcément, au bout d’un moment, ça craque !

Physiquement, je suis là mais je ne peux pas répondre à toutes leurs sollicitations.

Un exercice pas compris, un cahier perdu, une vidéo à lancer sur la tablette… parfois, ça doit attendre que j’ai terminé ce que je suis en train de faire. Alors ils râlent, pestent, s’emportent…

Et puis, il y a ces fichus écrans. Quand je suis enfermée dans la chambre de Ti’Loulou pour les visioconférences ou des choses qui me demandent de la concentration, c’est “free style” sur les écrans.

Il y a aussi cette continuité pédagogique que je survole le soir après mes journées de travail. Je l’avoue, je n’ai pas assez d’énergie pour consacrer 2 heures par jour à revoir le travail de Ti’Loulou, lui expliquer ce qu’il n’a pas compris.

Un petit retour de Madame la Culpabilité

Alors oui, je culpabilise de ne pas être en mesure de tout concilier alors que je suis “à la maison”.

Je culpabilise quand mes enfants me font remarquer que moi aussi, je passe toute la journée sur un écran. Quand ils ont faim et que je leur prépare un sandwich parce que je me laisse envahir par mon travail à la maison.

Je culpabilise parce que je me sens épuisée, que je manque de patience et de temps pour mes enfants, ma famille.

Et puis, il commence à y avoir cette pression de la part de la direction générale de ma boîte pour que tout le monde reprenne en présentiel.

Mais là, avec le déconfinement progressif, comment reprendre à temps plein avec des enfants non prioritaires pour la reprise des cours à l’école ?

Depuis la réouverture des écoles le 2 juin, j’ai fait une demande pour que Ti’Loulou puisse être accueilli.

Mais son école ne peut pas accueillir tous les enfants, il leur a fallu faire des choix. Et Ti’Loulou n’était pas prioritaire.

Hier, bonne nouvelle, nous avons appris qu’il pourrait réintégrer son école les lundi et mardi.

Cela me permettra d’aller au bureau au moins ces 2 jours-là. Éventuellement une journée supplémentaire le vendredi, journée de travail administrative pour mon mari.

Loulou quant à lui ne reprendra pas le chemin du collège. A moins que les futures annonces gouvernementales liées au déconfinement lèvent toutes les mesures sanitaires…

Une réorganisation et un partage des tâches nécessaires avec ce déconfinement

Nous le savions et nous en avions discuté en famille AVANT que je prenne la décision de prendre ce poste : il va y avoir des changements ! Nous avions déjà commencé à réorganiser les tâches pour tout le monde à la maison pendant le confinement.

Mais comme je suis encore à la maison, j’ai tendance à vouloir être sur tous les fronts. Surtout que je suis levée vers 5 h 30 tous les matins parce que mon cerveau est en ébullition (j’ai pas fait ceci, je n’ai pas répondu à untel…).

Donc, avec ce déconfinement et un retour progressif au bureau pour moi, une nouvelle discussion et rappel des points que nous avions vus ensemble s’imposait.

Davantage d’autonomie pour les enfants et de nouvelles responsabilités

C’est ainsi que nous avons envisagé les choses. Les enfants ont déjà beaucoup gagné en autonomie dans leur organisation avec la continuité pédagogique. Mais il est quand même nécessaire de s’assurer que le travail a été fait et bien fait. Nous continuerons donc à vérifier cela tous les soirs mais en se répartissant les matières en fonction de nos appétences.

Les enfants vont cuisiner de plus en plus. Et oui, c’est bête à dire mais la cuisine était encore un domaine réservé aux parents. Ils sont demandeurs alors depuis plusieurs jours, nous les laissons faire. Bon, c’est sûr, on va manger beaucoup de pâtes mais au moins, ils prennent plaisir à s’y mettre.

Nous avons aussi davantage réparti les tâches ménagères : mettre la table, débarrasser, remplir et vider le lave-vaisselle, passer l’aspirateur, étendre la lessive, plier son linge…

C’est une nouvelle organisation qui implique davantage les enfants qui se met en place.

Il va y avoir quelques ajustements au fur et à mesure mais cela devenait nécessaire pour un meilleur équilibre vie familiale et vie professionnelle.

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :