Gérer nos réseaux sociaux avec les enfants qui grandissent

Il y a quelques temps, MamanProut m’avait interpellée pour savoir comment je gérais mon blog et les réseaux sociaux maintenant que les enfants grandissent ? Comment est-ce que nous abordions cela en famille ? Est-ce que c’était source de conflits ou de moqueries pour eux ?

Illustration Môman Imparfaite

Jusqu’alors, la question ne s’était jamais posée. Je ne voyais pas pourquoi mes enfants auraient quelque chose à redire à mes publications sur le blog car :

  • leur anonymat est préservé depuis le début du blog et de ma présence sur les réseaux sociaux,
  • aucune photo de leur visage n’a jamais été publiée ou alors floutée,
  • je leur demande depuis quelques années leur autorisation avant de publier une photo ou tout autre texte les concernant.

Et puis un soir, en rentrant du collège, Loulou m’a demandé

Maman, tu peux arrêter de parler de moi sur Instagram ? J’en ai marre que Gilbert sache ce que j’ai fait le week-end et en parle à tout le monde en faisant genre il se moque !”

Sur le coup, je suis restée perplexe. Comment son camarade de classe pouvait-il savoir tout cela ? Pourquoi nos activités familiales se retrouvaient-elles soudain source de dérangement pour Loulou ?

Instagram, cette porte ouverte sur nos vies

Depuis son anniversaire, Loulou a un smartphone. Nous avons établi des règles avec lui pour l’usage du téléphone, des jeux, des réseaux sociaux…

Il a créé un compte Instagram qui reste privé. De temps en temps, et en sa présence, nous consultons ce qui y est publié de sa part ou de celle de ses camarades.

Il a invité bon nombre de ses copains et copines, la famille, et s’est abonné à quelques comptes, dont le mien. C’est donc ainsi que Gilbert, étant dans les contacts de Loulou, a pu avoir accès à sa trentaine d’abonnés et ses abonnements, dont celui à mon compte.

Il lui a suffit de quelques clics sur les différents comptes publics pour savoir qui faisait quoi, quel était le lien avec Loulou. De quoi alimenter son côté Monsieurjesaistout et s’en vanter auprès des camarades.

Et voilà comment des publications qui me semblaient anodines (un match de hand, une compétition de judo, une sortie en famille…) deviennent gênantes pour Loulou.

réseaux sociaux - vacances loin des réseaux sociaux- articles sponsorisés
Crédit Photo Nana Cam Photo

Que faire pour éviter que la situation perdure ?

La première chose que j’ai faite, c’est de discuter avec Loulou pour comprendre ce qui le gène dans mes publications.

En réalité, ce ne sont pas mes publications qui le dérangent mais le fait que ses camarades puissent y avoir accès et lui faire des réflexions.

J’ai cherché à savoir si c’était récurent mais non, c’est occasionnel et surtout, venant de Gilbert la plupart du temps. Les autres camarades s’en moquent bien ou ne lui font aucune remarque.

Première étape donc : empêcher l’accès de certaines personnes à mon compte.

Puis, nous avons échangé sur les anciennes publications. En les relisant, nous nous demandions si elles pouvaient être sources de moqueries. Si Loulou pensait que c’était le cas, je supprimais ou alors je modifiais le commentaire.

Deuxième étape : remonter dans l’historique des publications et supprimer celles qui le dérangent maintenant qu’il est adolescent.

Pour finir, nous avons longuement discuté de la manière dont je pourrais continuer à parler de lui (ou non) sur Instagram. J’avoue que ça me chagrine énormément de ne plus avoir la “liberté” de parler de nos sorties, loisirs. Pour certaines photos ou commentaires le concernant, je lui demandais déjà son accord (contrairement à ce que d’autres ont l’usage de faire…).

Mais je n’avais pensé que des publications telles que “Cinédimanche avec Loulou et Ti’Loulou”, “Aujourd’hui c’est compétition de judo pour Loulou”, “Encore un beau match de l’équipe de Loulou”… puissent un jour ou l’autre être source de malaise pour lui.

Alors, pour respecter son désir, je ne publierai que des photos accompagnées de textes qu’il aura validés. Et ce de manière systématique, sur toutes les publications le concernant. Si avec du recul, il trouve que ces publications doivent être supprimées, je les supprimerai.

Troisième étape : définir des règles de publication avec Loulou et lui demander son accord avant de publier une photo, un texte le concernant.

Les réseaux sociaux et la protection de nos enfants

Je sais que nous sommes quelques parents à nous interroger sur ce que nous publions de nos enfants sur les réseaux sociaux. Et encore plus maintenant qu’ils grandissent et ont eux-même accès aux réseaux sociaux.

J’avais bien pensé à leur droit à l’image, conserver leur anonymat, ne pas publier de photos dégradantes/humiliantes/gênantes, idem pour les textes…

Quand je pensais protection, je pensais pédocriminalité, cyberviolences, cyberharcèlement, vol d’identité ou de données…

Mais avec cette histoire de Gilbert Fouilletout, je me rends compte que je n’avais pas envisagé tous les “travers” des réseaux sociaux.

On ne peut pas protéger nos enfants de tout, mais si on peut éviter de les mettre dans des situations délicates, autant mettre en place ces principes de précautions.

Et chez vous, comment ça se passe avec les réseaux sociaux et vos enfants qui grandissent ?

Est-ce que vous avez changé votre manière de publier sur les réseaux sociaux?

Vos enfants vous ont-ils déjà fait part d’une gêne par rapport à vos comptes, vos publications ?

Comment l’avez-vous abordé en famille ? Quelles solutions avez-vous mises en place ?

Commentaires

  1. Répondre

    • Répondre

  2. Répondre

    • Répondre

      • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :