La charge mentale de Noël

Ahhh la magie de Noël ! Le sapin qui brille de mille feux, la table joliment décorée, l’odeur de la dinde qui cuit dans le four. Les enfants sont impatients de découvrir leurs cadeaux, les convives ont commencé à boire l’apéro en riant. Et pendant ce temps là, en cuisine, la tension monte d’un cran. La dinde sera-t-elle assez cuite ? Est-ce que j’ai bien mis des couverts pour tous les invités ? Je n’ai oublié personne pour les cadeaux ? J’ai bien préparé une assiette à part pour Suzanne qui ne mange pas de viande ? Le champagne, oh non, j’ai oublié de mettre le champagne au fraiiiiiiis !!! Tout ceci vous parle ? Alors bienvenue non pas dans la magie mais dans la charge mentale de Noël !

La magie de Noël - Sapin - Egalimère - Ça sent le sapin - Charge mentale de Noël

Les cadeaux

La question commence à se poser en octobre-novembre quand les grandes surfaces commencent à mettre les chocolats en rayon. Les chocolats et les jouets. Plein de jouets. Et, alors que vous déambulez dans les rayons alimentaires, il y a cette voix qui demande “Au fait, on leur offre quoi aux gosses cette année ?”.

A cet instant précis, à moins d’avoir déjà établi une liste des goûts et intérêts des enfants, vous n’en savez rien. C’est donc à partir de cet instant que vous allez vous mettre en quête de la fameuse liste au Père Noël. Liste qui vous sera utile quand la famille, la belle famille, vous demandera “Et qu’est-ce qu’ils veulent les enfants pour Noël ???”.

Liste qu’il faudra bien avoir en tête pour éviter les discussions du type :

– “C’est le black friday, je voulais commander les cadeaux pour tes enfants alors ils veulent quoi ?

– Je ne sais pas, je n’ai pas encore demandé…

– Mais après il sera trop tard pour avoir les jouets à ce prix là ! Tu n’as pas d’idée, c’est sûr ????”

Il vous faut donc penser aux cadeaux pour les enfants mais aussi pour la famille. Et le casse-tête commence. Il faut se souvenir de ce qui a été offert les années précédentes, des goûts de tout le monde. Essayer de se rappeler si, au fil d’une conversation, un indice n’a pas été glissé comme idée cadeau. Et puis faire la liste, les achats, les emballages… Sans oublier de trouver la cachette idéale pour éviter aux enfants de déballer les cadeaux avant l’heure.

Chez vous c’est plus grand

Vient ensuite la question du lieu de réveillon. Avouez, vous croisez un peu les doigts pour qu’à la plouffe, ça ne tombe pas encore sur vous cette année… Et hop, perdu ! Bah oui, chez vous :

  • c’est plus grand,
  • ça fait moins loin que pour aller chez Tatie Lucette,
  • c’est central pour tout le monde,
  • on peut y aller en transports en commun,
  • si on a trop bu, on pourra rester dormir…
  • liste non exhaustive

Donc, de manière un peu contrainte et forcée, vous acceptez, encore une fois. Et dans votre esprit, vous pensez déjà à l’organisation que cela va nécessiter. Ranger toute la maison, astiquer, balayer, nettoyer avant le réveillon. Penser à changer les draps au cas où. Ressortir la belle vaisselle, les beaux verres, l’argenterie qu’il faudra faire briller avant. Vérifier qu’il y aura assez de chaises et de couverts pour tout le monde. Prévoir la liste des invité·e·s et le plan de table. Appeler les gens pour les inviter et les relancer pour avoir confirmation de leur venue. Et le menu, oh punaise, le menu…

Maison de Zandvoort - Egalimère

Qu’est-ce qu’on mange pour le réveillon ?

Soirée sandwichs pour tout le monde !!! Non, pizzas alors ? OK, c’est le réveillon alors vous vous décidez de respecter la tradition et de vous lancer dans les fameux plats de réveillon. Ces plats traditionnels qui vont faire plaisir à tout le monde. Sauf à Suzanne qui ne mange pas de viande. Et Gabriel qui risque une allergie aux crevettes. Sans oublier Cathy qui attend un heureux événement. Ah mince, c’est pas Julien qui ne supporte pas le gluten ???

Finalement, cela s’avère plus compliqué que prévu ce menu de réveillon. Est-ce que vous allez faire un plat unique et des plats spéciaux pour les autres ? Un repas sans viande/crustacé/gluten au risque de voir les autres convives faire la tête ?

Et puis, à quel moment allez-vous faire les courses ? Après le travail ou le weekend ? En avance ou au dernier moment pour éviter d’avoir à tout stocker car vous manquez de place ?

Sans compter que cette année encore, comme ça se fait chez vous, c’est vous qui payerait sans doute tout ou grande partie… D’ailleurs, avez-vous pensé à demander à vos convives d’amener le fromage, le vin ou le dessert ? Et de noter qui amène quoi pour éviter les doublons ou le manque de vin/champagne ?

Normandie feu de cheminée bouteille

Joyeux Noël !!

Vous avez penser à poser votre journée auprès de votre employeur·e pour pouvoir tout préparer. La maison est propre et bien rangée. Les draps sont changés. Vous avez sorti l’argenterie et la belle vaisselle. Les fiches cuisines sont vos alliées pour la journée que vous passez à préparer la dinde (tant pis pour Suzanne qui aura son plat à part), la purée de marrons…

Les enfants ont pris leur douche et sont habillés avec leurs vêtements des grandes occasions. La table est dressée et bien décorée, il vous reste donc quelques minutes pour aller vous préparer.

Arrivent alors les invité·e·s et là commence la première valse : les débarrasser, installer les manteaux, mettre les mets et boissons au frais ou dans la cuisine…

Puis, pendant que chacun·e se met à l’aise autour d’un verre pour l’apéro, vous enchaînez. Qui boit quoi ? Les petits fours sont assez chauds ? Pas de cacahuète à hauteur d’enfants.

Et ça continue au moment du repas pendant lequel vous multiplier les allers-retours dans la cuisine. Il faut débarrasser la table des couverts et assiettes sales, les mettre dans le lave vaisselle ou les entreposer pour les laver plus tard. Apporter les plats, faire le service. Sans oublier le vin, l’eau plate et pétillante… Et supporter les réflexions de Tatie Lucette sur sa recette de purée de marrons meilleure que la vôtre…

Vous ne mangez rien car vous n’avez pas faim après cette journée passée à cuisiner. Et puis, à peine les fesses posées sur la chaise que vous vous relevez pour aller chercher quelque chose, débarrasser…

 

Les cadeaux, les cadeaux !!!

C’est l’heure, tout le monde déballe ses cadeaux. Vous retenez votre respiration en espérant que personne n’a été oublié et qu’il ne manque rien. Vous avez bien pensé aux piles pour les jouets des enfants et celles pour le réveil de Tonton Lucien. Tout le monde crie, c’est l’euphorie, chacun va essayer son jouet ou s’asseoir pour lire la notice… Et vous ramassez tous les papiers, cartons, emballages pendant ce temps…

La soirée avance et vos forces s’amenuisent. Vous iriez bien vous coucher, là, maintenant, tout de suite mais ça ne se fait pas. Alors vous restez en essayant de ne pas penser à tout ce qui vous attend le lendemain. Mais oui, ranger, nettoyer, sortir les poubelles, amener les bouteilles et les cartons au recyclage…

Vous essayez maintenant de profiter de la soirée, de vos convives, des chocolats… Parce que malgré tout, Noël c’est ça, les retrouvailles, la famille, les échanges… et la charge mentale à laquelle on ne pense pas.

Magie de Noël et enfants réunis - Egalimère

Comment éviter la charge mentale de Noël ?

Lorsque j’en ai discuté dans le groupe privé sur ma page Facebook et autour de moi, il y a eu quelques propositions que j’ai trouvé intéressantes :

  • Chacun prépare sa liste de souhait à l’avance et l’envoie à la famille. Cela peut être une liste de “petits cadeaux” ou un demande de cadeau collectif. On essaie de prévoir l’envoi de la liste assez tôt pour que les un·e·s et les autres puissent profiter des bonnes occasions pour l’acheter ou le trouver d’occasion. On ne pense pas assez à éviter la surconsommation à Noël et avoir le réflexe occasion.
  • Chacun·e s’occupe des cadeaux pour sa famille.
  • Pour le repas : chaque invité·e amène quelque chose (entrée, plat, fromage, dessert, vin…). L’option “apéro de Noël dînatoire” fonctionne très bien dans certaines familles. Chaque convive est libre de préparer un truc ou de l’acheter tout prêt. Cela évite à la personne qui reçoit de passer son temps dans la cuisine et d’enchaîner le service.
  • Dans certaines familles, pas besoin de le dire, les choses se font naturellement. Chez d’autres, c’est plus compliqué de demander à chacun·e de participer pour débarrasser la table, faire la vaisselle, ramasser les emballages… C’est peut-être pas grand chose au niveau individuel mais pour la personne qui reçoit, cela permet d’alléger la charge de travail. Nous ne devrions pas avoir à le demander, cela devrait se faire “naturellement”. Ça s’appelle le partage des tâches et permet d’éviter à la même personne de se taper tout le boulot. Valable au moment des fêtes mais également toute l’année. Notamment au sein du couple et de la famille (pour rappel, allez lire la BD d’Emma sur le sujet)
  • La question du budget n’est pas souvent abordée dans les familles. Dans un témoignage reçu, une personne m’indiquait que chaque année, ces dépenses creusaient un trou dans son budget. L’argent est une question tabou en famille, au moment de fête, mais un vrai soucis pour certaines personnes. Peut-être que les personnes invitées, si l’idée du chacun amène un truc n’est pas retenue, pourraient demander si elles peuvent participer financièrement. Oui, c’est délicat à aborder mais c’est encore plus délicat pour la personne qui reçoit de devoir faire attention à son budget après les fêtes.
  • Pas tout le temps chez la même personne. Même si c’est plus pratique pour les un·e·s et les autres, il faut varier les lieux pour que le réveillon reste un plaisir et non une contrainte.

Ce ne sont que quelques propositions pour alléger ou éviter la charge mentale de Noël. Mais si vous en avez d’autres à partager ici, n’hésitez pas à commenter. 

 

(Et si vous arrivez jusque là, vous noterez que cet article a été rédigé de manière inclusive.

C’est à dire qu’il ne s’adresse pas aux femmes ou aux hommes mais A TOUT LE MONDE.)

Comments

  1. Répondre

    • Répondre

  2. By Christine

    Répondre

    • Répondre

  3. By Cathy

    Répondre

    • Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :