Lioncelle, écologie et jouets non genrés

Il y a quelques semaines, j’ai été contactée par Alexandra Filippi, co-créatrice de Lioncelle, qui souhaitait me présenter son projet. Après un long et intéressant échange pendant lequel nous avons parlé stéréotypes, jouets genrés, je lui ai proposé d’en parler dans une interview.

Lioncelle est né de la rencontre de deux personnes qui avaient des projets différents mais une envie commune de faire avancer les choses. Quand la création d’entreprise rime avec empowerment et développement durable, voici le parcours de créatrice d’Alexandra.

Lioncelle - Egalimère Bonjour Alexandra,

En quelques mots, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Je suis mère de 3 enfants. J’étais directrice de magasin pendant 15 ans dans diverses enseignes dont une de prêt à porter pour enfants. Et puis, j’ai entrepris une reconversion professionnelle en tant que Thérapeute manuelle (shiatsu, Réflexologie).

Alexandra Filippi - Lioncelle

A quel moment avez-vous décidé de vous lancer dans la création de Lioncelle ?

J’habite Paris et j’ai vite été confrontée au manque de place dans mon appartement.

De nature minimaliste, j’ai toujours réfléchi à un moyen de consommer responsable et d’occasion si possible.

J’ai eu l’idée de créer une sorte de dépôt vente en ligne. En plus de l’écologie, je suis très sensible à la notion de mixité.

J’ai commencé à développer mon projet de mon côté (à l’époque il portait un autre nom que Lioncelle)

Ce projet était axé sur la réutilisation des jouets et la vente de jouets d’occasion.

Puis j’ai rencontré Assia Asri qui avait eu l’idée d’un site de jouets mixtes sous l’angle de l’empowerment.

Elle l’a nommé Lioncelle.

Nous avons décidé de fusionner nos deux concepts et de garder le nom Lioncelle qui est très puissant en terme de message.

Lioncelle - Ecologie et jouets non genrés

En quoi consiste cette activité ?

C’est un site de jouets valorisant la mixité par le prisme de l’empowerment. Mais il consiste aussi à donner la possibilité aux garçons d’avoir des jouets dits de Filles car ces jouets ne sont pas clivants.

Nous proposons un concept innovant grâce à 3 options : la vente de jouets neufs ou d’occasion, le rachat des jouets aux particuliers et un système d’abonnement permettant d’accéder à tout le stock (pour avoir une alternative à l’achat simple).

D’où vous est venue cette idée ?

Pour ma part, ça répond à un besoin de désencombrement et j’en avais marre de revendre les jouets sur des sites dédiés. Assia en avait marre de se retrouver dans les magasins de jouets avec des rayons roses et des rayons bleus.

Jouets genrés - Egalimère

Et comment avez-vous fait pour passer de l’idée à la création de votre entreprise ?

On avait chacune notre projet, on a chacune une activité professionnelle en parallèle.

Un jour j’ai senti l’urgence, je voulais agir avant Noël et je lui ai fait une déclaration d’amour entrepreneuriale 😊

Elle a dit oui, on a eu un coup de foudre et on s’est associée.

Tout s’est précipité, on est actuellement dans la phase de crowdfunding (se termine le 4 Novembre) pour pouvoir créer le site.

Avez-vous pu bénéficier d’aides telles qu’un accompagnement par une structure, d’aides financières spécifiques pour les femmes ?

Nous sommes accompagnées par Led by her et Femmes entrepreneurs est un de nos partenaires.

En revanche nous n’avons aucune subvention pour le moment, d’où la campagne de crowdfunding.

Construire et rédiger son business plan - couverture du livre

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées dans votre parcours de création ?

L’argent, c’est le nerf de la guerre et c’est ce qui manque pour aller vite et bien.

On a besoin d’une équipe pour déléguer (dès qu’on a les moyens, on embauche).

Et une grande difficulté est la gestion du temps entre nos vies privées, nos activités professionnelles et le développement du projet.

C’est une occupation à temps plein et les nuits sont courtes.

De plus, le mental compte beaucoup. C’est difficile de faire face au refus. Le découragement arrive souvent et il faut être très combative et pugnace pour se relever à chaque échec (qui se transforme de fait en expérience 😊)

Comment faites-vous pour concilier votre activité professionnelle et votre vie personnelle ?

C’est difficile, un peu “à l’arrache”.

Je saute beaucoup de repas (en fait j’oublie de manger, la journée passe trop vite). J’essaie de me réserver des moments en famille, mon conjoint subit souvent. C’est compliqué mais quand on s’engage, on ne peut pas revenir en arrière.

J’essaie de tout anticiper, tout organiser dans les moindres détails surtout au niveau perso pour ne pas avoir à gérer un imprévu au dernier moment, mêmes si ils arrivent souvent.

Organisation familiale casse tête activités

Quelles sont les solutions mises en place pour faciliter votre quotidien ?

Une baby-sitter, prise de recul, baisser mon niveau d’exigence sur certains points (je zappe souvent la phase brushing le matin et les repas ne sont pas toujours équilibrés)

Mon rêve: embaucher une personne pour l’entretien de ma maison.

Quels conseils pourriez-vous donner à une personne qui souhaite se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ?

Faire un état des lieux de sa vie, ses finances, ses compétences et son temps Avant de commencer.

Savoir exactement les sacrifices dont on est prêt à faire et ceux que l’on ne fera jamais.

Obtenir l’adhésion de son entourage surtout le conjoint pour éviter les crises de couples, pour les personnes célibataires, c’est la situation idéale d’après moi.

Et aussi, ne pas écouter les personnes négatives. J’en entends trois par jour et je ne lâche rien.

En revanche les objections constructives, il faut en tenir compte car elles font avancer.

Merci Alexandra pour cette interview et plein de succès à Lioncelle !!!

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :