Babypoom, le parcours de Jérôme Idylle

Lors de notre visite au Salon Baby de Paris le 8 octobre 2016, Angélique Marquise des Langes 2.0 nous a présenté Jérôme Idylle, le créateur de Babypoom (elle en parle dans cette vidéo à 3’30). Jeune père, Jérôme a eu l’envie d’annoncer la naissance de sa fille de manière originale. Il a donc conçu Babypoom d’abord pour un usage personnel avant d’en faire son activité.

Babypoom

Crédit Babypoom

Bonjour,

En quelques mots, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours

Je m’appelle Jérôme IDYLLE, j’ai un Master en Informatique et Mathématique obtenu à l’université de Montpellier 2. J’ai ensuite travaillé 3 ans dans la Finance de marché à la Défense pour le groupe Crédit Agricole CIB et ensuite pour le groupe Mulliez durant 1 an. J’ai eu la chance de côtoyer durant ces expériences professionnelles des personnes très expérimentées et passionnées par leur métier qui m’ont donné l’envie d’aller toujours plus loin. Le digital est un domaine qui évolue tellement vite qu’il faut être en veille permanente pour rester accroché au wagon.

Après ces expériences en tant que salarié, j’ai tout de suite eu envie de me lancer dans l’entrepreneuriat. En 2013 j’ai créé avec 2 associés une première startup qui propose de la location de voiture entre particuliers dans les zones touristiques.

Babypoom

Crédit Babypoom

Vous avez créé Babypoom. Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Babypoom est un service à destination des nouveaux parents qui souhaiteraient annoncer à leurs proches la naissance de bébé de façon originale. On s’appuie sur le digital pour revisiter le concept de faire-part de naissance et ainsi mieux véhiculer l’émotion des parents à la naissance de bébé. Le principe est simple les parents préparent leur annonce sur babypoom.com. Le jour de la naissance, partagent un lien sécurisé avec leurs proches. Ils peuvent alors découvrir sur leur téléphone l’arrivée de bébé sous forme d’un storytelling interactif qui propose de :

  • Deviner le prénom de bébé pour voir apparaitre progressivement sa première photo,
  • Découvrir les premiers éléments de naissance (poids, taille…),
  • Revivre comme s’ils y étaient les grandes étapes franchies durant la grossesse pour rendre ce moment si unique,
  • Réagir à la naissance grâce à un livre d’or qui centralise toutes les réactions d’ami.e.s et que l’enfant se fera un plaisir de relire en temps voulu,
  • Contribuer s’ils le souhaitent grâce à une cagnotte qui aide les parents à combler les premiers besoins de bébé. Cette cagnotte se veut solidaire car une partie des fonds est reversée à une association venant en aide aux enfants dans le besoin.
Babypoom

Crédit Babypoom

A quel moment avez-vous eu envie de créer votre activité ?

Babypoom est un nouveau projet que la vie a mis sur mon chemin. Je l’ai créé dans un premier temps uniquement pour la naissance de ma fille car je trouvais les solutions d’annonce de naissance pas très adaptées. On a tous reçu le fameux texto « bébé mesure X cm et pèse Y kilos » qui pour moi ne reflète pas l’émotion vécue. L’autre solution est d’envoyer un faire-part papier, c’est une solution beaucoup plus émotionnelle car il y a des couleurs, de la personnalisation, une ou des photos. Mais le gros problème c’est que lorsque nos ami.e.s ouvrent la boite aux lettres pour récupérer le faire-part, bébé est né il y a déjà un mois environ. Est-ce vraiment la définition d’un faire-part? C’est une solution qui était viable à l’époque où il n’y avait que la voie postale pour annoncer.

Mais nous vivons dans un monde ou les moyens de communication sont plus instantanés.

Pour ma fille, j’ai donc essayé de trouver un nouveau moyen d’annoncer sa naissance qui allie l’instantanéité du texto et l’émotion du faire-part papier. Mes ami.e.s qui l’ont reçu ont adoré et les futurs parents m’ont demandé la même chose pour annoncer la naissance de leur futur bébé… Babypoom était né.

Babypoom

Crédit Babypoom

Comment avez-vous fait pour passer de l’idée au projet ?

C’est un vrai avantage de savoir coder. Je n’ai pas eu besoin d’intermédiaire pour implémenter ce qui se passait dans ma tête. Quelques nuits blanches et des week-ends devant l’ordi m’ont permis d’avoir quelque chose qui tourne.

Avez-vous pu bénéficier d’un accompagnement par une chambre de commerce ou une autre structure pour vous aider dans vos démarches ?

Non j’ai tout réalisé à partir de mon bureau et à ce stade j’ai fonctionné sur mes fonds propres. Maintenant pour atteindre l’ambition que nous souhaitons pour Babypoom, il faut structurer un peu plus les choses et notamment sur la partie financière avec des aides publiques ou privées.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées dans votre parcours de création ?

Entre créer un faire-part pour sa fille et un service de faire-part accessible au grand public, il y a un monde. Tous les aspects doivent être considérés, technique, légal, administratif, communication, marketing… Ça demande du temps qu’il faut pouvoir concilier avec sa vie de famille aussi.

Babypoom

Crédit Babypoom

De quoi aviez-vous le plus besoin lors du lancement de votre entreprise ? Et maintenant ?

J’ai eu la chance d’avoir une première expérience dans l’entrepreneuriat. Donc j’ai refait les mêmes choses plus vite et en évitant les erreurs du passé. Maintenant, nous sommes dans la phase de consolidation de l’équipe, les bons profils aux bons endroits. Avoir une bonne équipe est un élément déterminant pour la réussite d’un projet.

Quels conseils pourriez-vous donner aux personnes qui souhaitent se lancer dans la création de leur propre activité ?

Action, action, action… ne pas attendre sur les autres pour démarrer et tester son idée. On a toujours tendance à se dire que si je n’ai pas ceci ou cela je ne pourrais pas me lancer. Je ne pense que ce soit la bonne façon de fonctionner. Il y a toujours moyen d’y aller step by step, de valider quelques hypothèses même sans moyen. J’utilise beaucoup la méthode lean startup et ça change les choses. De petites victoires à chaque fois qui font que l’on avance. Le time to market (délai de mise sur le marché NDLR) est aussi important et comme on le dit si bien dans la Silicon Valley, “Si tu n’as pas honte de ton produit quand tu le lances, c’est que tu l’as lancé trop tard”.

Merci Jérôme pour ce partage d’expérience et ces conseils et longue vie à Babypoom !

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :