Parcours de Barbara, créatrice de Malayette

Pour cette reprise des interviews “Entreprendre au féminin”, je vous propose de découvrir le parcours de Barbara, créatrice de Malayette. Le petit plus de cette boutique de vente en ligne de vêtements et accessoires pour bébés ? Proposer des articles faits main et en France et les proposer sur le site par thèmes et non par genre. Bah oui, il fallait que je le souligne quand même 🙂

Malayette logo En quelques mots, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Bonjour !
Je m’appelle Barbara et je suis maman de 2 petites filles (4 ans et 18 mois).

Je suis juriste de formation.
Après avoir travaillé plusieurs années sur Paris, mon mari a eu l’opportunité d’une mutation à côté de Toulouse.
Originaires tous les deux de la région de Montpellier, on a saisi l’occasion de nous rapprocher de nos familles.

A quel moment avez-vous eu envie de créer votre activité, Malayette ?

Nous avons déménagé 3 fois ces 4 dernières années. Et d’autres mobilités ne sont pas exclues ces prochaines années.
Sauf à Paris, il n’a pas toujours été facile de retrouver du travail.

En plus après la naissance de nos filles, je souhaitais pouvoir gérer mon emploi du temps de manière plus flexible.
Créer mon entreprise m’est donc apparue comme une bonne solution pour pouvoir concilier vie professionnelle et familiale.

Comment avez-vous fait pour passer de l’idée au projet ?

Après notre installation à Toulouse, cela faisait déjà plusieurs mois que j’y pensais. Mais le travail de juriste me plaisant tout de même, j’avais peur de regretter ce choix. C’était vraiment une toute nouvelle orientation !

C’est suite à un problème de santé que je me suis rendue compte que la vie était trop courte pour réfléchir. Alors du jour au lendemain, j’ai entrepris les démarches pour l’immatriculation de mon entreprise et ai contacté un webmaster pour la création du site.

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste Malayette ?

Je créé et fabrique des accessoires pour bébés, qui sont commercialisés sur ma boutique en ligne www.malayette.com.

Je propose des articles tels que des bavoirs, des capes de bain, des couvertures ou encore des sacs à langer.
Mais j’ai essayé d’y apporter ma touche personnelle dans le choix de tissus colorés ou avec des imprimés originaux afin que mes produits ne ressemblent pas à ceux vendus dans les grandes enseignes.
En plus en tant que jeune maman soucieuse du bien être des bébés, je n’ai sélectionné que des tissus de qualité.

Malayette accessoires enfants - entreprendre au féminin - Egalimère

Avez-vous pu bénéficier d’un accompagnement pour vous aider dans vos démarches ? D’une aide spécifique pour les femmes ?

Après avoir démissionné, je me suis inscrite en tant que demandeur d’emploi. En cette qualité, Pôle emploi propose un dispositif d’accompagnement pour les créateurs d’entreprise sur plusieurs mois.
Mais certaine que mon projet serait finalisé plus rapidement seule, j’ai refusé. Je ne voulais pas perdre de temps.
Or avec le recul, je pense que j’ai eu tort.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors de la création de votre activité et celles que vous pouvez encore rencontrer ?

La première est la solitude. J’avais l’habitude de travailler en équipe, surtout que dans mon ancienne entreprise, on était tous en open-space. Là se retrouver seule, à la maison, dans un domaine que je ne maîtrise pas et dans une nouvelle ville, le moral en prend parfois un coup.

La deuxième difficulté a été le manque de compétences.
J’ai fait le choix d’une boutique en ligne pour pouvoir travailler à la maison et être disponible pour mes filles. Mais j’ai sous-estimé les connaissances nécessaires pour la création d’un site marchand.
Tout était nouveau pour moi, donc il a fallu que je forme dans plusieurs domaines. Le lancement du site a donc pris plus de temps que prévu.

Maintenant que le site est créé, la principale difficulté est de se faire connaître.
Je découvre que le référencement est un travail technique et de longue haleine.

Comment faites vous pour gérer vos différentes activités du quotidien (boulot, blog, famille…) ?

Je travaille par phases, pendant les siestes de la petite, mais surtout le soir lorsqu’elles sont couchées et le week-end.
Du coup, j’ai accepté que tout ne puisse pas être fait d’une seule traite.

Par exemple, pour la réalisation des produits, je peux commencer à couper les tissus le matin et préparer tout le matériel nécessaire.
L’après-midi, je finis de coudre et je prends les photos. Le soir, je mets en ligne sur le site.

Je fais de même pour les tâches ménagères, j’en fais un peu dès que je peux.

Malayette - repas - entreprendre au féminin - Egalimère

Quelles sont les solutions mises en place pour faciliter votre quotidien ?

Travaillant à la maison, j’avais fait le choix de garder notre fille à plein temps.
Mais depuis quelques mois, elle va à la crèche 3 matinées par semaine pour me dégager un peu de temps.

Mon mari est souvent en déplacement la semaine, mais il prend le relais le week-end.

Quels conseils pourriez-vous donner à une personne qui souhaite se lancer dans la création d’entreprise ?

Il est nécessaire de bien préparer son projet en amont pour s’assurer de la faisabilité et prendre conscience des contraintes.
Le mieux, c’est de tout mettre par écrit et de tracer une feuille de route.

Il faut aussi s’entourer, ne pas rester seul. Il existe de nombreux réseaux sociaux pour femmes entrepreneures et cheffes d’entreprise.
Je ne l’ai pas fait jusque-là par manque de temps en gardant ma fille.
Mais je vais m’y intéresser pour pouvoir partager mais surtout apprendre au contact des autres.

Si vous voulez ajouter quelque chose, c’est à vous !

Un grand merci à Egalimère d’avoir mis en place cette rubrique.
Tous les témoignages sur votre blog soulignent la force de entrepreneuriat féminin et me remotivent.
Alors j’espère que le mien aura aussi un petit effet positif 😉

Merci à vous Barbara. Je vous souhaite une belle réussite dans ce projet et nul doute que la force des réseaux sociaux sera avec vous pour vous faire connaître ! 

 

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :