L’éducation numérique avec la plateforme Squla

Mercredi 21 septembre 2016, nous étions invités à découvrir la plateforme d’éducation numérique Squla avec les enfants. Essayée et adoptée quasi instantanément par ces derniers, j’ai aussi été séduite par différents aspects dont je vous parle plus bas.

Education numérique - Squla

Illustration Squla

L’utilisation de la tablette à la maison 

Mes enfants doivent être les rares de leur classe à ne pas jouer sur tablette de manière quotidienne. Ils n’ont pas de console de jeu portable, pas de console qu’on branche sur la télé… Nous privilégions les jeux de sociétés en famille, les sorties, les lectures à tout ce qui ressemble à des écrans. Pourtant, nous n’avons pas pu échapper à l’appel de la tablette !

Mais, contrôle parental oblige, pas pour faire n’importe quoi ni jouer à des jeux que nous n’approuvons pas. Par ailleurs, la tablette, c’est 1 h par enfant le samedi et le dimanche si la semaine s’est bien passée. J’appelle ça une récompense là où d’autres me parleront de chantage parental.

Bref, pour l’instant, leur utilisation de la tablette est limitée au niveau des jeux à Zombie Tsunami (merci les grands cousins !) et Minecraft. Ils s’en servent également pour effectuer des recherches sur Internet quand ils font leurs devoirs et butent sur une question.

J’avais déjà proposé aux enfants quelques applications ludo-éducatives mais ils n’avaient pas vraiment accroché. Je n’avais pas renouvelé mes recherches d’une application plus adaptée à leurs goûts et niveaux et voilà que je reçois cette invitation qui parlait d’éducation numérique. J’avoue, ma curiosité l’a emportée et nous voilà donc partis à la découverte de cette plateforme.

L’éducation numérique ou comment apprendre en s’amusant

Dès notre arrivée (en avance, j’ai toujours peur d’arriver en retard – private joke avec l’organisatrice), nous avons pu tester l’application grâce à des tablettes mises à disposition. Les enfants ont très rapidement compris le fonctionnement et n’ont plus quitté les tablettes de l’après-midi. Parfois, il faut savoir renoncer à ses principes 😉 Mais c’était pour “la bonne cause” parce que cela leur permettait de tester l’application et d’en parler directement à l’équipe de Squla.

De loin, on pourrait croire que les enfants s’amusent parce qu’ils poussent des “Yes !”, des “Oh noooon !”, des “Ah voilà !”. Et c’est là tout l’intérêt de cette application : ils n’ont pas l’impression de faire des “devoirs”. Et pourtant, ils apprennent ou révisent. Si, si, je vous assure !

éducation numérique - squla - photo Egalimère

Pourquoi parler d’éducation numérique ?

Pour faire simple, les concepteurs de Squla travaillent en lien avec Nathan pour les contenus en français et mathématiques. Dans les autres matières, ils s’appuient sur une équipe de professeur.e.s des écoles.

Tous les contenus s’appuient sur les nouveaux programmes scolaires enseignés de l’école maternelle au CM2. Les matières proposées sont donc le français, les mathématiques, l’histoire, l’instruction civique et morale, la géographie, l’anglais et les sciences. C’est d’ailleurs lors de cette présentation que j’ai compris que l’histoire, la géographie et les sciences sont regroupées dans une partie “Questionner le monde”, conformément aux nouveaux programmes scolaires.

Ici, le jeu est utilisé comme un outil d’apprentissage et c’est ce qui rend les “missions” attractives pour les enfants. Il n’y a pas de notion de “bien” ou “pas bien”, “acquis” ou “non acquis”. Quand l’enfant réussi sa mission (qu’il a bien répondu aux différentes questions), il gagne des pièces. S’il ne répond pas correctement à une question, elle revient à la fin du quizz.

Avec les pièces, l’enfant aura la possibilité d’acheter un nouvel avatar ou commander un cadeau. Mais ça, chuuuut, je n’en ai pas trop parlé aux miens 😉

Comment fonctionne Squla ?

Il faut tout d’abord se créer un compte utilisateur sur la plateforme depuis un ordinateur fixe. L’enfant choisit un pseudo, un avatar, indique sa classe. Il est possible de rajouter un enfant mais il vous sera demandé de souscrire un autre abonnement. Même si tous les enfants de la maison peuvent jouer sur la même session, il est recommandé que chaque enfant ait la sienne pour pouvoir suivre son évolution par rapport au programme.

La page d’accueil présente les différentes matières par classe, les missions, les jeux, le mode multijoueur, les films…

éducation numérique - squla - photo Egalimère

Il est possible de jouer depuis l’ordinateur mais également depuis une tablette ou un smartphone via l’application. Pour cela, il suffit de la télécharger. L’application ne permet pas d’effectuer les réglages des paramètres (comme changer son avatar par exemple). Cela se fait uniquement depuis la plateforme.

Une fois l’application installée, l’enfant s’identifie et accède au menu. Il choisit sa mission (français, mathématiques, questionner le monde, anglais…) et le quizz commence !

Comme je le disais, elle est très facile à prendre en main. Mes enfants ont compris très rapidement le mode de fonctionnement.

Les questions sont posées de différentes manières : quizz, mot à compléter, cibles à viser, bulles à faire éclater… C’est donc ludique et attractif.

Pendant les missions, un petit œil s’affiche. En cliquant dessus, cela permet à l’enfant d’avoir une explication par rapport à la réponse qu’il vient de donner. J’aime bien ce petit rappel mais il faut faire attention que l’enfant ne passe pas cette étape trop rapidement. Je lui demande de me la lire à chaque fois.

Le rôle des parents 

Voilà l’autre côté séduisant et rassurant de cette plateforme, le contrôle parental.

Lors de la création du compte, les parents indiquent leur adresse mail. Ainsi, chaque semaine, ils reçoivent un résumé de l’activité de l’enfant : temps passé, sur quelle matière, nombre de questions auxquels il a répondu, le pourcentage de bonnes réponses…

L’enfant a la possibilité de défier d’autres joueurs mais, pour cela, les enfants doivent se connaître. Cela sécurise donc les parents par rapport aux dangers liés à Internet et aux jeux en réseau.

Ce que j’ai trouvé sympa aussi, c’est la possibilité de définir des objectifs avec l’enfant. Par exemple, je constate que Loulou a tendance à choisir les mêmes matières pour remplir ses missions. Les matières dans lesquelles il n’a pas de difficultés à l’école. Du coup, je peux lui fixer un objectif de réaliser des missions dans telle ou telle matière. Il doit atteindre l’objectif à la fin de la semaine.

Cela évite de rester sur les mêmes matières et permet de couvrir l’ensemble du programme scolaire.

J’ai aussi la possibilité de lui laisser des petits messages pour l’encourager ou le féliciter. J’indique tout cela dans sur la plateforme et il peut les lire lorsqu’il se connecte sur la tablette.

Les limites que nous nous fixons

Même s’il s’agit d’éducation numérique, nous ne souhaitons pas que l’application prenne le dessus sur les devoirs. Le plaisir de jouer sur la tablette est souvent plus fort que la “contrainte” des devoirs. En effet, Loulou a déjà tenté un “mais je vais travailler sur la tablette comme ça…”. Futés les enfants non ? Donc, priorité aux devoirs et aux activités sportives et culturelles. L’usage de la tablette devrait rester exceptionnel en semaine mais nous voyons déjà que l’envie est forte pour lui de s’y mettre.

Voilà donc pour mon premier retour sur cette plateforme d’éducation numérique.

Si vous souhaitez en savoir plus :

Il est possible d’essayer une mission avec votre enfant ICI  pour savoir si la plateforme lui plait.

Ensuite, au niveau des tarifs, il existe différentes formules. Pour la formule choisie par la plupart des parents, comptez 7,95 €  par mois pour un enfant, 5,95 € pour le 2ème… Il y a des tarifs préférentiels à l’occasion du lancement de la plateforme (voir ICI)

Vous pourrez avoir aussi une idée du contenu et du fonctionnement en regardant la vidéo.

Comments

  1. By wperpe

    Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :