Presse people, gros culs et diktats du corps

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ouvert un magasine de presse people. Vous savez, ces magasines aux titres racoleurs et aux photos compromettantes des stars et personnalités. Mais il y en avait beaucoup sur la table dans la salle d’attente du cabinet médical dans lequel nous étions samedi. Alors, pour patienter, j’ai pris le premier qui me tombait sous la main… Pour le rejeter quelques secondes plus tard, écœurée, énervée, outrée après avoir lu un article au titre fort racoleur dans le genre “Elles font de leurs fesses un business“.

Je n’ai pas eu le réflexe de prendre en photo cet article qui aurait permis d’illustrer ce billet. Je pensais pouvoir le retrouver sur le net mais pour l’instant, mes recherches sont vaines.

Donc là, sur une double page, sont exposées les fesses de Kim Kardashian, Jennifer Lopez, Nicki Minaj… Leurs poses accentuent leur cambrure et fait ressortir leur derrière plus que de naturel.
Ce n’est pas cette exposition de culs qui me choque (quoique !) mais les légendes sous les photos :
– Kim Kardashian se serait fait greffer des pastèques pour avoir un aussi gros popotin,
– Jennifer Lopez ne souhaite pas que les jeunettes lui fassent de l’ombre alors elle remontre son célèbre fessier, à son âge !
– Nicki Minaj a dû faire travailler des heures et des heures des petites mains pour permettre à son gros cul de rentrer dans son short en jean…
Avatar Egalimère fait GRR

Presse People et gros culs : en avant les diktats de la minceur !

Et voilà, alors que mon gros cul et moi commençons ENFIN à réussir à vivre ensemble, je me prends en pleine poire ces réflexions envers les personnes ayant des fesses rebondies, charnues… Bref, des “gros culs” !
Alors quoi ? Pour la presse people, quand on a un “gros cul”, on le cache et on reste chez soi ? Tant qu’on ne rentre pas dans une taille 34-36, on ne se dénude pas à la plage, on ne porte pas de short ? 
 Tant qu’on ne ne correspond à leurs critères de beauté, on ne se fait pas prendre en photo ? Ou alors en ayant recours à l’excès à Photoshop pour donner l’illusion d’être plus fine, plus ferme ?
Epernay - silent sunday 25

La presse people entretient les diktats du corps 

Chers rédacteurs et chères rédactrices de ces magasines. Vous qui vous cachez derrière des pseudos et des commentaires acerbes, avez-vous la moindre idée des images que vous véhiculez envers une majeure partie de la gent féminine ? (A relire : la jupe double peine )

A vous moquer des gros culs des personnalités publiques, c’est toute une partie des femmes que vous enfoncez dans les complexes, que vous insultez ! Certaines sont “rassurées” de voir que ces personnalités sont comme tout le monde, voire plus grosses. Mais, pour d’autres, nous ne faites que renforcer l’image négative qu’elles peuvent avoir d’elles. Parce qu’avoir des formes, c’est déjà difficile à assumer au quotidien quand on est soumis au regard de notre société.

Nous ne sommes pas toutes des stars ! Nous n’avons pas toutes à nos côtés un ensemble de styliste-coach-agent pour nous aider à faire de nos fesses notre fond de commerce. Ou même nous assurer un revenu à coup d’images sublimées au point d’en devenir une source de fantasme.

Non, la réalité est toute autre. Notre société est encore bien soumise aux diktats de la mode, aux exigences du corps “parfait”. Avoir des formes ou des rondeurs c’est pour de nombreuses femmes être sujettes aux moqueries. C’est aussi être confrontées aux regards et aux remarques blessantes des autres, être victimes de discriminations à l’emploi

Il est déjà bien difficile d’avoir un regard bienveillant sur soi lorsqu’on traîne des complexes. Avoir un corps qui ne correspond pas à l’image qu’on a de soi peut être une source de conflit intérieur. Certaines, après avoir tenté tous les régimes de la terre, se sentent prisonnière d’une enveloppe corporelle bien trop pesante…

Alors stop !

L’image qu’on a de soi dépend avant tout de ce qui se passe dans nos têtes. Alors pourquoi trouvons-nous que nos corps ne sont pas “parfaits” ? Parce qu’ils ne correspondent pas aux images qui nous sont renvoyées par les magasines et les médias.
Mais ouvrons les yeux !
Combien de femmes et d’hommes correspondent à ces critères ? Très peu en réalité… Pourquoi essayer de ressembler à cette minorité ? Parce qu’on nous fait croire que cela devrait être “la norme” ! Les médias et la société nous renvoient sans cesse à ces images alors que nous devrions chercher à mettre en valeur ce qu’il y a de bien et de beau en nous.

Alors, apprenons à nous regarder différemment. A aimer ce que nous sommes, qui nous sommes parce qu’en chacun-e de nous se cache une belle personne… 

Et comme le dit Môman ImparfaitePrenons nos gros culs et asseyons-nous sur cette presse people !!” 

Valentine Féau, la normalitude

Commentaires

  1. Répondre

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :