Tiphaine Corvez, Chocolatière

 Que diriez-vous d’une interview pleine de gourmandise et de chocolat ? Parce que les femmes commencent à se créer une place dans le monde merveilleux de la chocolaterie, laissez-moi vous présenter Tiphaine CORVEZ, Chocolatière, et son parcours de créatrice.
Entreprendre au féminin

Bonjour,

En quelques mots, pouvez-vous nous dire qui vous êtes et quel est votre parcours ?

Je m’appelle Tiphaine Corvez, et je suis gérante de la société Tiphaine Chocolat.
Je fabrique des chocolats artisanaux que je vend sur les marchés ( Antony 92 et Cachan 94). Mon parcours est un peu atypique: j’ai d’abord fait un bac S puis deux premières années de médecine. Je me suis alors rendue compte que les études n’étaient pas mon truc, j’ai donc décidé de réaliser mon rêve: devenir chocolatière. Étant donné que j’avais déjà un bac, j’ai pu faire un CAP cuisine en alternance en 1 an, puis un CAP chocolatier confiseur en 1 an en alternance également. J’ai ensuite travaillé 10 mois chez Jacques Genin, puis 11 mois chez Adrien et Chocolat avant de créer mon entreprise.


A quel moment avez-vous décidé de vous lancer dans la création de votre activité et pourquoi avoir fait ce choix ?

J’ai décidé de me lancer dans la création de mon entreprise lorsque je travaillais chez Adrien et Chocolat. Je me suis vite rendue compte que mon caractère fort m’empêchait de travailler chez un patron plus d’un an. Telles que je voyais les choses, deux solutions s’offraient à moi : changer de voix, ou créer ma propre entreprise. N’étant pas prête à abandonner mon rêve, j’ai tout naturellement décidé de créer mon entreprise !

Comment avez-vous fait pour passer de l’idée de création au projet ?

J’ai commencé par faire des essais de ganaches et bonbons de chocolats chez moi. Je voulais être sûre d’être capable de créer mes propres recettes étant donné que je n’avais pas le droit d’utiliser celles de mes anciens employeurs. Je pensais que l’idée de créer mon entreprise était une pure folie dont seuls mes parents pouvaient me dissuader. Armée de mes bonbons maison, je leur ai finalement parlé de mon projet m’attendant à ce qu’ils me disent que j’étais trop jeune etc. J’ai eu l’agréable surprise d’avoir leur soutient inconditionnel ! Comme personne ne pouvais plus me faire changer d’avis j’ai commencé à réfléchir aux détails liés à la création d’entreprise.

Avez-vous pu bénéficier d’un accompagnement par une structure pour vous aider dans vos démarches, pour choisir le statut juridique le mieux adapté en fonction de votre activité, vous informer sur les aides à la création d’entreprise pour les femmes ?

Étant chocolatière, je dépends de la chambre des métiers et de l’artisanat. Lorsque j’ai créé mon entreprise j’ai donc eu un stage d’une semaine obligatoire pour m’aider à choisir le statut juridique de l’entreprise, ainsi que pour m’informer des aides dont je pouvais bénéficier en tant que femme ou jeune entreprise.

Lors de vos démarches, avez-vous senti qu’être une femme pouvait être un frein à la création d’entreprise ou au contraire un avantage ? Comment cela s’est-il manifesté ?

Le fait que je soit une femme ne m’a paru être ni un frein, ni un avantage (a part peut-être pour les aides). Par contre, ma jeunesse à réellement été un problème par rapport à ma crédibilité vis à vis des banques et fournisseurs.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées lors de la création de votre entreprise ?

Comme je l’ai dit plus haut, ma jeunesse aurait pu être une difficulté auprès des banques et fournisseurs. Heureusement, mon père m’a beaucoup soutenue et aidée dans ces étapes donc au final, je n’ai pas eu trop de difficultés.

De quoi aviez-vous besoin pour vous lancer dans votre nouvelle activité ?

J’ai eu besoin d’un atelier aménagé pour la fabrication de chocolat et d’une place sur les marchés pour pouvoir vendre. Pour cela j’avais un apport personnel et j’ai fait un prêt à la banque.

Comment faites-vous pour concilier votre activité professionnelle et votre vie personnelle ?

Je fais beaucoup de sacrifices, surtout à Noël et Pâques ou ma vie personnelle est inexistante, mais je me rattrape le reste du temps. De toute façon je suis plutôt casanière !

Quelles sont les mesures mises en place pour faciliter votre quotidien ?

Je vis en colocation et mes colocataires sont aux petits soins pour moi  ! J’ai de la chance de les avoir ! J’ai un compagnon et des amis qui me soutiennent énormément tout comme ma famille, ce qui facilite vraiment mon quotidien !

Quels conseils pourriez vous donner aux femmes qui souhaitent se lancer dans la création de leur activité ?

Allez au bout de vos rêves, mais n’oubliez pas que nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours, donc réfléchissez bien aux sacrifices que vous êtes prêtes à faire !

Si vous avez quelque chose à ajouter, c’est à vous !

Si vous avez le courage d’assumer votre “folie” alors foncez, mais préparez vous à donner beaucoup de vous-même! 😉


Merci Tiphaine et bonne chance dans la suite de cette belle aventure.

Vous pouvez retrouver Tiphaine sur son site ou sur sa page Facebook 

 

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *  *
Si vous aussi vous avez envie de partager votre parcours de créatrice d’entreprise, vous pouvez m’envoyer vos coordonnées par mail egalimere@gmail.com ainsi qu’un lien vers votre site ou votre page FB.
Pour rappel : ces interviews n’ont aucune visée promotionnelle de
l’activité des personnes interrogées. L’objectif est de communiquer sur
le thème de la création d’entreprise par les femmes, d’apporter des
informations et conseils.

Cet article vous donne envie de réagir, laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :